Publié le 01 février 2018

ENTREPRISES RESPONSABLES

La Formule 1 met fin aux "Grid Girls", une tradition jugée d'un autre temps

Plus de mannequins sur le bitume... Le nouveau propriétaire Liberty Media a mis fin à une tradition en Formule 1 : les grilles de départ seront désormais désertées par les "grid girls", ces jeunes femmes, choisies pour leur plastique, qui indiquent l'emplacement des monoplaces. C’est une question d’image pour l’entreprise.

Une Grid Girl au départ de la course de Formule 1 en Russie.
AFP

Cette petite révolution va prendre effet dès le premier Grand Prix de la saison, en Australie fin mars, et s'appliquera à toutes les catégories en lice lors des week-ends de GP. Liberty Media, aux affaires depuis janvier 2017, estime que la tradition des jeunes femmes sur les grilles de départ des courses "ne correspond pas aux valeurs défendues par notre marque et est clairement en contradiction avec les normes sociétales actuelles", explique le directeur commercial de la F1, Sean Bratches, dans un communiqué.

"Nous ne pensons pas que cette tradition soit appropriée ou en accord avec la F1 et ses fans", ajoute-t-il. La catégorie reine du sport automobile, qui se réinvente sous l'impulsion du groupe américain, leur préférera désormais des invités de marque, artistes, traditions et produits locaux, indiquent ses dirigeants.

Cette décision intervient à la suite du mouvement #MeToo de libération de la parole des femmes face aux violences sexistes et quelques jours après la décision de l'organisation professionnelle de fléchettes du Royaume-Uni de se séparer de ses propres hôtesses.

"Les marques sentent qu'il y a quelque chose qui est en train de changer", analyse pour sa part Fatima Benomar, cofondatrice du mouvement féministe et LGBT Les Effrontées. "Certains univers masculins comme celui du sport ou de l'automobile ont coutume d'utiliser des femmes pour valoriser leurs produits, regrette-t-elle. Il faut en finir avec ces pratiques qui réduisent les femmes à un objet sexuel ou publicitaire."

D'autres sports à suivre

Charlotte Gash, une "grid girl" interrogée par la BBC, se dit elle "dégoûtée que la F1 ait cédé à une minorité pour être politiquement correcte". "Je suis chanceuse car ça n'est pas ma source principale de revenus mais elle l'est pour certaines", dit-elle. "Nous aimons faire ça et nous ne voulons pas qu'on nous l'enlève."

Parmi les quelques pilotes qui se sont exprimés sur Twitter, les opinions sont partagées. "Vous pouvez dire que je suis démodé mais pour moi les grid girls font autant partie du spectacle que les voitures, les écuries et les pilotes", estime l'Allemand Maro Engel, qui évolue en Formule E. "Je suis pour que les pilotes/équipes décident s'ils veulent des femmes, des hommes ou des enfants sur la grille de départ", avance l'ex-pilote de F1 brésilien Lucas di Grassi, lui aussi désormais en Formule E.

"Il serait une bonne idée d'utiliser l'argent ainsi économisé pour investir afin de faire venir plus de femmes dans le sport", souhaite pour sa part l'ancien pilote indien Karun Chandhok, aujourd'hui commentateur pour la télévision anglaise. Les promoteurs de boxe Eddie Hearn et Kellie Maloney appellent eux au maintien de la "tradition" dans leur sport.

"Merci à la F1 d'avoir décidé d'arrêter d'utiliser des grid girls. Un autre sport fait un choix clair quant à ce qu'il veut représenter", se félicite l'association britannique de promotion du sport féminin Women's Sport Trust, qui espère voir la boxe, le cyclisme ou encore les MMA (combat libre) suivre cet exemple.

La Rédaction avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Arctic LNG 2 total energies russie novatek ru

Pourquoi TotalEnergies, de plus en plus isolée, s’accroche à la Russie

TotalEnergies est de plus en plus prise à partie pour sa présence en Russie. Des militants ont perturbé une table-ronde à laquelle participait son PDG tandis que deux ONG ont mis en demeure le groupe de cesser ses activités sur place, en s'appuyant sur son devoir de vigilance et le risque de...

Societes a mission CCO

La création du statut d’entreprise à impact, une "bascule" vers un nouveau modèle de capitalisme

Les patrons engagés signataires du "Manifeste pour l'économie de demain", dont la Maif, le groupe Le Bon Coin ou encore La Ruche qui dit oui, militent pour la création d'un statut à impact, à la fois plus contraignant mais aussi doté de contreparties comme des allégements de charges, des accès...

C I O

RSE : Pourquoi les "Chief Impact Officers" sont une bonne nouvelle pour réduire l'empreinte environnementale des entreprises

De plus en plus d’entreprises nomment des "Chief Impact Officers" au sein de leur comité exécutif. Si leurs missions s’apparentent à celle du "directeur développement durable" ou "de la RSE", elles permettent d'aller plus loin en amenant les entreprises à mesurer leurs progrès concrets en matière...

Entreprises vertes 01

La France, pays où les entreprises engagées sont parmi les plus performantes au monde

L'Hexagone se distingue dans un domaine porteur, la responsabilité sociale des entreprises (RSE). Le pays arrive en effet dans le trio de tête du palmarès d’Ecovadis des pays les plus performants en la matière, juste derrière la Suède et la Norvège et loin devant l’Allemagne (15e) ou les États-Unis...