Publié le 16 octobre 2017

ENTREPRISES RESPONSABLES

L'Integrated Thinking conquiert les entreprises françaises et améliore leurs performances

En deux ans, le nombre de rapports intégrés publiés dans l’Hexagone a grimpé de 40 %. Ils réunissent en un seul document les indicateurs de performance financière et extra-financière. Cette montée en puissance s’explique par la diffusion de la pensée intégrée ou "integrated thinking", selon le cabinet de conseil Capitalcom.

En deux ans, le nombre de reportings intégrés a augmenté de 40 % en France.
Istock

"Le mouvement de la pensée intégrée est lancé". C’est ce que conclut l’étude Integrated Thinking (1) publiée le 10 octobre par Capitalcom, en partenariat avec le Cliff, VigeoEiris, l’Ifaci et le C3D. En France, en seulement deux ans, le nombre de rapports intégrés, c’est-à-dire liant les indicateurs de performance financière et extra-financière, a bondi de 40% dans l’Hexagone.

Une montée en puissance réelle mais il reste une marge de progression. En 2017, on ne compte que 23 rapports intégrés, un chiffre à mettre en regards des 1 500 rapports intégrés recensés dans le monde par l’IIRC (International Integrated Repoprting Council), sachant qu’il est obligatoire depuis quelques années dans certains pays comme l’Afrique du Sud. La récente transposition de la directive RSE devrait permettre d’accélérer le processus en France.

"En privilégiant la pertinence à l’exhaustivité de l’information, en positionnant le modèle d’affaires et l’analyse des risques comme points d’entrée du reporting, la déclaration de performance extra-financière ouvre la voie au rapport intégré", souligne Capitalcom. Beaucoup d’entreprises, et notamment des PME et des ETI, se préparent d’ailleurs à publier un rapport intégré dans les prochaines années, précise ainsi l’étude.

Une meilleure compréhension de la stratégie de l’entreprise

Les bénéfices de l’exercice sont nombreux et rapidement visibles selon le cabinet de conseil. Dès la première année, l’étude note une "amélioration de la compréhension de l’entreprise – en particulier ses leviers de création de valeur et sa stratégie – et de la qualité de l’information" pour les collaborateurs et les actionnaires". Et cela se vérifie dans le temps car l’exercice se bonifie au fil des années. Dès le deuxième exercice, les entreprises peaufinent leur présentation du business model et de la stratégie. Elles améliorent la forme et renforcent le fond avec commentaires et explication en année trois, note le cabinet.

Sur les 50 entreprises internationales étudiées pour l’étude, plus de la moitié identifient ainsi les mégatendances pouvant impacter leur marché à moyen et long terme, 45 formalisent leur business model et les trois quarts intègrent une dimension de durabilité à leur stratégie. En interne, le reporting intégré "permet de mettre autour de la table des équipes qui auparavant ne dialoguaient pas entre elles". De fait, même si la direction RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) ou du développement durable reste motrice dans son élaboration, la communication financière est de plus en plus impliquée (45 % en 2017 contre 36% en 2016).

Mieux se projeter dans l’avenir

Le rapport intégré a également trouvé son public. 65 % des analystes et des investisseurs l’examinent. En effet, "l’intergrated thinking" permet de "penser de manière holistique et stratégique la façon dont une entreprise transforme les enjeux sociaux en opportunités économiques", souligne un investisseur interrogé dans l’étude. Il faut aussi dire que lorsqu’il est mis en place, il remplace, dans plus du deux tiers des cas, le rapport annuel et le rapport développement durable.

Des axes de progrès existent tout de même. Ainsi, "le rapport intégré se focalise encore trop souvent sur la création de valeur passée", regrette l’étude. La performance réalisée représente ainsi "46 % de la pagination des rapports internationaux étudiés (25 % en France), au détriment d’une approche prospective de l’entreprise" tandis que "la valorisation des actifs immatériels - pourtant au cœur de la création de valeur des entreprises - reste encore peu mise en avant", déplore Capitalcom. L’autre bémol porte sur la mise en perspective des contenus les uns par rapport aux autres. Elle apparaît "très limitée, voire inexistante, dans 26 % des rapports intégrés étudiés".

Pour suivre les bons exemples, on peut se tourner vers Despar, une enseigne italienne de l’agroalimentaire, le gestionnaire de patrimoine immobilier Gecina et Schneider Electric. Il s’agit des lauréats des premiers "integrated thinking awards", décernés par le think-tank "Institut du capitalisme responsable".

Béatrice Héraud @beatriceheraud

(1) L’étude internationale sur les rapports intégrés publiée par Capitalcom, en partenariat avec le Cliff, Vigeo Eiris, l’IFACI (Institut Français de l’Audit et du Contrôle Internes) et le C3D (Collège des Directeurs du Développement Durable) est basée sur 3 axes : une analyse approfondie de 50 rapports intégrés parus sur cinq continents à partir d’une grille d’évaluation de 25 critères ; une enquête auprès d’une soixantaine d’entreprises françaises et une enquête auprès d’une dizaine d’investisseurs internationaux mainstream et ISR, sur leurs attentes et perception de l’integrated thinking et des rapports intégrés.

© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Deforestation amazonie juillet 2020 christian braga greenpeace

Déforestation : une législation britannique en préparation pour mieux tracer et responsabiliser les chaines d’approvisionnement

Le gouvernement britannique prévoit d’instaurer une nouvelle loi visant à lutter contre la déforestation illégale et à protéger les forêts tropicales. Les entreprises vont devoir tracer leurs chaînes d’approvisionnement pour éliminer les risques sous peine d’amende. Une démarche qui s’inscrit dans...

Next gen

50 dirigeants européens lancent une consultation citoyenne pour repenser le rôle des entreprises dans la société

Emmanuel Faber de Danone, Pascal Demurger de la Maif ou Henriette Dræbye Rosenquist de Pfizer… 50 dirigeants européens ont décidé de lancer une consultation citoyenne à l’échelle européenne pour repenser le rôle de l’entreprise dans la société. Les conclusions de cette consultation inédite, en...

Dpef CCO

Reporting extra-financier : les entreprises françaises sur la (lente) voie de la transformation durable

Les entreprises montrent de mieux en mieux comment elles intègrent les questions environnementales, sociales et de gouvernance dans leurs activités. C’est ce qui ressort de l’analyse des déclarations de performance extra-financières des grandes entreprises françaises. Reste à l'intégrer efficacement...

Micro Europe1

L’audience à tout prix : un modèle à risque bientôt expérimenté par Europe 1 ?

L’arrivée à Europe 1 de l’ancien rédacteur en chef de Valeurs Actuelles a créé un malaise au sein des journalistes au groupe. Ceux-ci demandent aux dirigeants revoir leurs positions sur ce choix en matière de "valeurs éditoriales" pour la chaîne de radio attachées qui se veut "non idéologisé". À...