Publié le 21 mars 2018

ENTREPRISES RESPONSABLES

Google va censurer les publicités pour le bitcoin et autres produits financiers spéculatifs

Face à l’engouement pour le bitcoin et autres cryptomonnaies, Google va s'attaquer aux publicités pour les produits financiers spéculatifs dès cette année. C’est ce qu’a annoncé le géant Internet américain en présentant le bilan 2017 de ses efforts sur le contrôle des publicités. En 2017, l'entreprise à bloqué 3,2 milliards d'annonces non-adaptées.

"Nous voulons faire en sorte que les publicités Google et que l'écosystème publicitaire soit sûrs et efficaces pour les gens, les annonceurs et les éditeurs", a expliqué au cours d'une conférence vidéo Jessica Stansfield, en charge des contrôles sur les publicités pour Google Europe Afrique et Moyen Orient.

Dans ce cadre, le géant américain a décidé de mieux contrôler les publicités liés aux produits financiers. En 2016 déjà, il avait banni les publicités pour les prêts usuraires. En 2018, suite à l’engouement pour le bitcoin, ce sont les produits financiers non régulés ou trop complexes qui sont visés. Cela concernera aussi d'autres produits financiers risqués, comme les options binaires, les contrats de différences (CFD) ou des places de marchés permettant de spéculer sur les devises.

Depuis trois ans, le groupe intensifie ses efforts pour rassurer les annonceurs et les pouvoirs publics qui réclament une plus grande régulation des plateformes numériques. En 2015, Google avait retiré plus de 700 millions de "mauvaises publicités" puis 1,7 milliard l’an dernier en 2016. En 2017, ce sont plus de 3,2 milliards de publicités violant ses règles qui ont été bloquées, soit plus de 100 "mauvaises publicités" par seconde, selon un bilan publié sur son blog.

Des sites et des publicités retirés pour argumentaires mensongers

Le groupe explique également avoir refusé l'accès à sa régie publicitaire Adsense à des milliers de "mauvais éditeurs", sites et applications,  pour qu'ils ne puissent plus percevoir de recettes publicitaires.

En 2017, 12 000 sites ont été bloqués pour avoir copié ou contrefait des contenus d'autres sites. 7 000 comptes "Adwords", avec lesquels on peut acheter des mots-clés, ont été suspendus pour avoir utilisé des titres mensongers, visant à inciter les internautes à cliquer sur les publicités afin de les diriger sur des sites marchands sans rapport avec la promesse initiale.

Google a également retiré plus de 130 millions de publicités l'an dernier qui violaient ses règles (pour des sites vendant de faux produits pharmaceutiques, proposant des services mensongers, ou de faux diplômes par exemple) et 79 millions de publicités qui dirigeaient les internautes vers des sites contenant des logiciels malveillants.

La rédaction avec AFP

 

 


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

C I O

RSE : Pourquoi les "Chief Impact Officers" sont une bonne nouvelle pour réduire l'empreinte environnementale des entreprises

De plus en plus d’entreprises nomment des "Chief Impact Officers" au sein de leur comité exécutif. Si leurs missions s’apparentent à celle du "directeur développement durable" ou "de la RSE", elles permettent d'aller plus loin en amenant les entreprises à mesurer leurs progrès concrets en matière...

Entreprises vertes 01

La France, pays où les entreprises engagées sont parmi les plus performantes au monde

L'Hexagone se distingue dans un domaine porteur, la responsabilité sociale des entreprises (RSE). Le pays arrive en effet dans le trio de tête du palmarès d’Ecovadis des pays les plus performants en la matière, juste derrière la Suède et la Norvège et loin devant l’Allemagne (15e) ou les États-Unis...

Podium gagnant leader cocorico pixabay

Danone et L’Oréal parmi les 14 entreprises leaders sur l’environnement au niveau mondial

Danone et L'Oréal trustent le podium du CDP (ex-Carbon Disclosure Project) depuis plusieurs années déjà. Véritable référence en matière de transparence environnementale, il classe chaque année les entreprises les plus vertueuses au niveau mondial. Les deux Françaises font ainsi partie des 14 leaders...

Photo Tournage Secoya 1

Secoya veut réduire l’empreinte environnementale des tournages

Depuis dix ans, le secteur de l’audiovisuel français opère une lente mue afin de réduire son empreinte environnementale. Fondée par deux régisseurs, la startup française Secoya – Ecotournage a développé des outils pour rendre les tournages plus verts, comme un calculateur d'émissions de CO2, et...