Publié le 21 mars 2018

ENTREPRISES RESPONSABLES

Google va censurer les publicités pour le bitcoin et autres produits financiers spéculatifs

Face à l’engouement pour le bitcoin et autres cryptomonnaies, Google va s'attaquer aux publicités pour les produits financiers spéculatifs dès cette année. C’est ce qu’a annoncé le géant Internet américain en présentant le bilan 2017 de ses efforts sur le contrôle des publicités. En 2017, l'entreprise à bloqué 3,2 milliards d'annonces non-adaptées.

"Nous voulons faire en sorte que les publicités Google et que l'écosystème publicitaire soit sûrs et efficaces pour les gens, les annonceurs et les éditeurs", a expliqué au cours d'une conférence vidéo Jessica Stansfield, en charge des contrôles sur les publicités pour Google Europe Afrique et Moyen Orient.

Dans ce cadre, le géant américain a décidé de mieux contrôler les publicités liés aux produits financiers. En 2016 déjà, il avait banni les publicités pour les prêts usuraires. En 2018, suite à l’engouement pour le bitcoin, ce sont les produits financiers non régulés ou trop complexes qui sont visés. Cela concernera aussi d'autres produits financiers risqués, comme les options binaires, les contrats de différences (CFD) ou des places de marchés permettant de spéculer sur les devises.

Depuis trois ans, le groupe intensifie ses efforts pour rassurer les annonceurs et les pouvoirs publics qui réclament une plus grande régulation des plateformes numériques. En 2015, Google avait retiré plus de 700 millions de "mauvaises publicités" puis 1,7 milliard l’an dernier en 2016. En 2017, ce sont plus de 3,2 milliards de publicités violant ses règles qui ont été bloquées, soit plus de 100 "mauvaises publicités" par seconde, selon un bilan publié sur son blog.

Des sites et des publicités retirés pour argumentaires mensongers

Le groupe explique également avoir refusé l'accès à sa régie publicitaire Adsense à des milliers de "mauvais éditeurs", sites et applications,  pour qu'ils ne puissent plus percevoir de recettes publicitaires.

En 2017, 12 000 sites ont été bloqués pour avoir copié ou contrefait des contenus d'autres sites. 7 000 comptes "Adwords", avec lesquels on peut acheter des mots-clés, ont été suspendus pour avoir utilisé des titres mensongers, visant à inciter les internautes à cliquer sur les publicités afin de les diriger sur des sites marchands sans rapport avec la promesse initiale.

Google a également retiré plus de 130 millions de publicités l'an dernier qui violaient ses règles (pour des sites vendant de faux produits pharmaceutiques, proposant des services mensongers, ou de faux diplômes par exemple) et 79 millions de publicités qui dirigeaient les internautes vers des sites contenant des logiciels malveillants.

La rédaction avec AFP

 

 


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Cannes Lion 2022 ban fossil fuel ads

Poussé par des agitateurs internes, le secteur de la publicité doit se réinventer

Encore une cérémonie bousculée ! Un ancien lauréat du Cannes Lion, grande fête de la publicité, a rendu son trophée pour dénoncer le soutien du festival aux "compagnies fossiles". Sous haute pression concurrentielle, parfois qualifié de verrouillé, le secteur de la publicité doit pourtant réinventer...

Arctic LNG 2 total energies russie novatek ru

Pourquoi TotalEnergies, de plus en plus isolée, s’accroche à la Russie

TotalEnergies est de plus en plus prise à partie pour sa présence en Russie. Des militants ont perturbé une table-ronde à laquelle participait son PDG tandis que deux ONG ont mis en demeure le groupe de cesser ses activités sur place, en s'appuyant sur son devoir de vigilance et le risque de...

Societes a mission CCO

La création du statut d’entreprise à impact, une "bascule" vers un nouveau modèle de capitalisme

Les patrons engagés signataires du "Manifeste pour l'économie de demain", dont la Maif, le groupe Le Bon Coin ou encore La Ruche qui dit oui, militent pour la création d'un statut à impact, à la fois plus contraignant mais aussi doté de contreparties comme des allégements de charges, des accès...

C I O

RSE : Pourquoi les "Chief Impact Officers" sont une bonne nouvelle pour réduire l'empreinte environnementale des entreprises

De plus en plus d’entreprises nomment des "Chief Impact Officers" au sein de leur comité exécutif. Si leurs missions s’apparentent à celle du "directeur développement durable" ou "de la RSE", elles permettent d'aller plus loin en amenant les entreprises à mesurer leurs progrès concrets en matière...