Publié le 17 août 2015

ENTREPRISES RESPONSABLES

André Sobczak (Audencia): "Former des managers responsables, c’est le rôle des écoles de management"

Les écoles de management doivent former des managers...responsables. Mais ce n'est pas toujours le cas selon André Sobczak, directeur de l'Institut pour la Responsabilité Globale, directeur de recherche et titulaire de la Chaire "PME et Responsabilité Globale" d'Audencia, l'école de management nantaise. Pour lui, les entreprises ont de plus en plus conscience de l'importance des problématiques RSE au sein de leur structure mais les écoles de management ne suivent pas toujours. Or, faute d'une formation adéquate, les employeurs iront recruter dans d'autres sphères leurs managers responsables. 

Novethic : Aujourd’hui, apprend-on à devenir manager responsable dans une école de management ?

André Sobczak : Pas forcément. Beaucoup de managers formés par nos écoles ont mis en place des business model et des pratiques de management qui ne sont pas particulièrement responsables. D’une façon globale, je considère que les écoles de management et le monde académique sont en retard par rapport aux entreprises.

C’est problématique car ces dernières ont pris conscience de cette nouvelle donne, et elles vont chercher de nouveaux profils. Si nous ne sommes pas capables de leur fournir, ils iront les chercher ailleurs.

Surtout, en tant qu’école de management, nous avons un rôle à jouer dans la formation des managers responsables, c’est notre responsabilité.

Novethic : Audencia est la seule école française parmi les "champions" distingués par "Principes de l’éducation au management responsable", un programme des Nations Unies. Comment forme-t-elle les managers de demain à leurs nouvelles responsabilités ?

André Sobczak : Nous envisageons le manager responsable comme un manager qui, quelle que soit sa fonction et le type d’entreprise ou d’organisation dans laquelle il évolue, est une personne capable d’intégrer les enjeux environnementaux, sociétaux et de gouvernance, en plus des enjeux économiques. Ce qui implique que ces dimensions soient intégrées dans tous les enseignements.

Ainsi, 10 % des cours de chacune des disciplines enseignées à Audencia sont consacrées à la RSE. Mais la responsabilité ne s’apprend pas seulement avec des cours théoriques. Nous faisons donc aussi travailler nos étudiants sur des cas pratiques, notamment lors de leurs stages, durant lesquels ils doivent se pencher sur la dimension RSE de l’entreprise, mais aussi de leur mission.

Nous favorisons également les rencontres avec des personnes qui ont une vision différente de l’entreprise, comme des philosophes, des ingénieurs, des membres d’ONG, des syndicalistes, etc.

Novethic : Quelles sont les compétences que le manager responsable doit acquérir lors de sa formation ?

André Sobczak : Cette année, nous avons mené une enquête de terrain auprès d’une trentaine de dirigeants et de parties prenantes. Nous avons distingué 3 familles de compétences qui nous semblent nécessaires au manager responsable.

D’abord, il lui faut pouvoir "penser la responsabilité" : avoir une vision transversale de l’entreprise, une capacité de projection dans le long terme, à changer le business model, etc.

Ensuite, il faut qu’il puisse "organiser la responsabilité", c’est-à-dire mettre un œuvre un projet de transformation de l’entreprise dans une optique environnementale, sociale et de gouvernance, en assurer le suivi et la communication de façon transparente.

Enfin, il faut qu’il puisse "agir avec les parties prenantes", qu’elles soient internes ou externes à l’entreprise. Ce bloc de compétences est indispensable à la mise en place d’une stratégie responsable, mais il permet aussi d’assurer une performance économique de l’entreprise.

Novethic : Une fois en poste, quels sont les retours de vos anciens étudiants devenus managers ?

André Sobczak : Cela dépend de l’entreprise ou de l’organisation dans lesquelles ils évoluent. Certains nous expliquent par exemple que le discours de responsabilité est fort, mais que seules leurs performances économiques sont prises en compte dans leur évaluation. Ce qui est frustrant et surtout incohérent. Mais nous leur enseignons aussi que c’est à eux d’être acteur du changement.

 

 

Cet article a initialement été publié dans la lettre professionnelle de Novethic "L'essentiel de la RSE" n°110, juillet 2015

Propos recueillis par Béatrice Héraud
© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Sandrine L’Herminier : "Devenir un manager responsable, ça s’apprend"

La responsabilité sociale des entreprises (RSE) est un concept qui prend de l’ampleur, et qui pourrait donner à l’entreprise de demain un souffle nouveau en intégrant des préoccupations sociales, environnementales, et sociétales dans ses activités. Mais comment développer cette démarche et...

Management responsable : "L’entreprise classique, pyramidale, est de moins en moins adaptée à un monde qui bouge"

Agnès Rambaud et Émilie Bourgey sont respectivement directrice associée et consultante senior du cabinet "Des Enjeux et des Hommes". Ces deux spécialistes de la responsabilité sociale des entreprises (RSE) affirment que les entreprises doivent réinventer leurs pratiques managériales pour...

Pierre Duponchel (Le Relais) : "Il faut donner un avantage aux produits issus de l'économie circulaire"

Créé en 1984, le Relais est aujourd’hui leader en France dans la collecte, le tri et la valorisation des textiles. Pour cette entreprise d’insertion de plus de 2 000 salariés, l’économie circulaire est une seconde nature, avec le réemploi des vêtements usagés ou la création de produits...

Inégalités salariales chez les jeunes diplômés: "Le système doit rapidement évoluer"

En juin 2015, la Conférence des Grandes Écoles a dévoilé les résultats de son étude annuelle sur l’insertion des jeunes diplômés. Parmi les principaux enseignements de l’étude : une nette différence entre les femmes et les hommes en matière de taux d’emploi, mais aussi de revenu, et ce dès...

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Raison d etre cible Dilok Klaisataporn

Découvrez sept raisons d’être qui ont vraiment du sens

De plus en plus d’entreprises adoptent une raison d’être. Ce dispositif de la loi Pacte doit être un mantra de la structure sur son rôle dans la société, au-delà de ses seuls impératifs économiques. Si beaucoup sonnent creux, d’autres, issues de concertations globales avec les équipes, ont un sens...

Biodiversite nature renard Xeppo

Donner une valeur à la nature, le défi à relever pour les entreprises

Et si les services rendus par la nature ou les impacts des entreprises sur l’environnement étaient intégrés dans les comptes des entreprises ? Des méthodologies de comptabilité multi-capitaux, prenant en compte le financier, l’environnement et l’humain, ont vu le jour pour pousser les entreprises à...

Camif bannit produits hors union europeenne

Pour être plus responsable, Camif retire de son catalogue tous les produits fabriqués en dehors de l’Union européenne

C'est un changement radical pour Camif. Le distributeur de meubles et d'appareils électroménagers a banni de son catalogue tous les produits fabriqués en dehors de l'Union européenne. L'entreprise mise sur le local et le durable quitte à ce que cette décision plombe à court terme son bilan. Une...

RSE Adeolu Eletu on Unsplash

La RSE s'engouffre dans les Conseils d'administration des grandes entreprises

La responsabilité sociétale des entreprises (RSE) atteint de plus en plus les Conseils d'administration du SBF 120. Dans une nouvelle étude, l’Institut français des administrateurs dessine la forte croissance des comités dédiés à la RSE dans les conseils, l'indexation sur des objectifs climatiques...