Publié le 14 février 2018

ENTREPRISES RESPONSABLES

Real Madrid-PSG : face à l’inflation des salaires et des transferts, l’UEFA siffle le hors-jeu

222 millions d’euros pour Neymar, 160 millions pour Coutinho, 84 millions pour Van Dijk… Le football a toujours su aligner les millions, mais cette fois-ci l’UEFA, l’instance qui dirige le football européen, juge que cela va trop loin. Elle réfléchit à une régulation financière qui permettrait de maintenir un "équilibre compétitif" entre les équipes.

Le PSG a réalisé le transfert le plus important de l'histoire de la Première division avec Neymar.
PSG

Ce 14 février, se tient une affiche inratable du football européen. Le huitième de finale de la ligue des Champions qui oppose le Real Madrid au PSG. Sur le terrain, ce seront des centaines de millions d'euros qui seront chaussés de crampons. Et ces sommes ne cessent de croître.

Le bilan de l'année 2017 en matière de mercato le prouve : les clubs de foot ont dépensé un montant record de 6,37 milliards de dollars (5,1 milliards d'euros) en indemnités de transfert, selon un rapport de la Fifa dévoilé début février. Un chiffre en hausse de plus de 30 % !

En cause, "l'effet multiplicateur" des transactions faramineuses sur la niche des superstars comme Neymar, devenu cet été le joueur le plus cher de l'histoire (222 millions d’euros), alors que plus de 80 % des mouvements de joueurs se réalisent sans indemnités.

Et sous l'impulsion des recrutements spectaculaires de Philippe Coutinho à Barcelone (160 millions d’euros) et de Virgil Van Dijk à Liverpool (84 millions d’euros, défenseur le plus cher de l'histoire) cet hiver, l'année 2018 est sans doute déjà partie pour exploser le record...

Une taxe de luxe

Dès lors, quelles mesures mettre en place pour réguler un marché qui ne cesse de s'emballer, sous l'effet de puissants investisseurs étrangers, comme à Manchester City ou au PSG, qui ne lésinent pas sur les moyens alloués au mercato ?

Le président de l'UEFA Aleksander Ceferin, tout en admettant que l'instance "n'avait pas de stratégie concrète" dans ce domaine par le passé, a proposé fin janvier la création d'une "taxe de luxe" pour y remédier. Son principe ? "Si un club dépense plus qu'il ne doit, il va payer une taxe sur la différence. Ce n'est pas un impôt pour le gouvernement, mais pour l'UEFA. Nous devons encore décider comment nous redistribuerons cet argent", a-t-il expliqué dans la presse suisse.

Dans quel but ? Maintenir "l'équilibre concurrentiel entre les équipes", l'enjeu le plus important du football moderne selon lui. Pour l'économiste Arnaud Chéron, cette piste sonne comme un aveu d'impuissance du fair-play financier (FPF), instrument mis en place par l'instance européenne en 2011 pour assainir les comptes des clubs.

"D'un point de vue financier stricto sensu, les choses ont largement évolué dans le bon sens. Par contre, cela n'a pas empêché la concentration des talents - ce qui reste le problème de fond - dans certains clubs qui arrivent à respecter les règles du jeu en matière de finances", grâce notamment à l'explosion des droits TV, explique-t-il à l'AFP.

Plafonner les salaires

Dans une étude originale publiée mi-janvier, Arnaud Chéron et son équipe de chercheurs de l'Edhec Business School proposent de leur côté de plafonner à la fois le salaire et l'indemnité de transfert à l'embauche d'un joueur pour faire baisser les prix. Un "salary cap" seul, comme en NBA, "serait relativement inopérant" en raison d'un marché du travail différent, et pourrait même entraîner des effets pervers redoutables. Selon leurs projections, l'économie réalisée sur les salaires par le club acheteur va être compensée par une hausse de l'indemnité de transfert. Soit le contraire de l'objectif de départ !

"Avec un plafond à 12 millions d'euros annuel, qui intègre à la fois le montant du salaire et de l'indemnité de transfert, on serait en mesure de réduire les dépenses des indemnités de transferts de l'ordre de 25 %, à tout niveau de transferts, petits comme importants", assure Arnaud Chéron, qui s'est basé sur les données de la Serie A (le championnat italien de football) pour établir ce résultat.

"Très contraignante" de l'aveu même du chercheur, la mesure est-elle réellement applicable ? Si l'on se réfère au contrat de cinq ans de Neymar au PSG, le club parisien est parti pour débourser environ 80 millions (indemnité de transfert plus salaire) chaque année. Très loin du plafond de 12 millions d’euros...

"Peut-être que notre proposition est un peu brutale, admet Arnaud Chéron, mais il nous semble que c'est le moyen le plus direct pour essayer de réguler le marché des superstars et de faire en sorte que les clubs de moyenne gamme soient en mesure de s'attacher les services de certains talents, et ce faisant, rééquilibrer les championnats nationaux". "Cela demande un choix politique qui peut être relativement fort", ajoute-t-il. L'appel est lancé.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Action iStock gesrey

La Plateforme RSE demande des actes aux entreprises en matière de responsabilité sociétale

Face à la crise du Covid-19, la Plateforme RSE, l’instance de concertation sur la responsabilité sociétale des entreprises placée sous l’égide du Premier ministre, appelle à passer de la "parole aux actes". Une prise de position pas si fréquente pour cette instance qui réunit des voix aussi diverses...

Danone se dit prêt à devenir la première "entreprise à mission" du CAC40

Dans un monde ébranlé par l'épidémie de Covid-19, le géant agroalimentaire Danone va proposer à ses actionnaires de devenir une "société à mission" pour renforcer ses engagements sociaux, environnementaux et créer de la "valeur durable", annonce le groupe. Cette proposition présentée lors du conseil...

Restaurateurs assurances coronavirus

Covid-19 : l’étau se resserre autour des assureurs après qu'un restaurateur ait eu gain de cause face à Axa

Le tribunal de commerce de Paris a donné gain de cause à un restaurateur parisien qui avait assigné Axa France alors que l'assureur refusait d'indemniser ses pertes d'exploitation lié au Covid-19. Cette décision marque un tournant pour les professionnels du secteur alors que les assureurs martèlent...

Elizabeth Borne MTES

Relance verte : Élisabeth Borne met les grandes entreprises au défi de montrer l'exemple

Quelques jours après la tribune des grands patrons français sur la nécessité d’une relance verte, la ministre de la Transition écologique Élisabeth Borne leur répond en les rappelant à leurs propres responsabilités. Dans une lettre, elle les invite à agir davantage dès maintenant en faveur de...