Publié le 14 février 2018

ENTREPRISES RESPONSABLES

Real Madrid-PSG : face à l’inflation des salaires et des transferts, l’UEFA siffle le hors-jeu

222 millions d’euros pour Neymar, 160 millions pour Coutinho, 84 millions pour Van Dijk… Le football a toujours su aligner les millions, mais cette fois-ci l’UEFA, l’instance qui dirige le football européen, juge que cela va trop loin. Elle réfléchit à une régulation financière qui permettrait de maintenir un "équilibre compétitif" entre les équipes.

Le PSG a réalisé le transfert le plus important de l'histoire de la Première division avec Neymar.
PSG

Ce 14 février, se tient une affiche inratable du football européen. Le huitième de finale de la ligue des Champions qui oppose le Real Madrid au PSG. Sur le terrain, ce seront des centaines de millions d'euros qui seront chaussés de crampons. Et ces sommes ne cessent de croître.

Le bilan de l'année 2017 en matière de mercato le prouve : les clubs de foot ont dépensé un montant record de 6,37 milliards de dollars (5,1 milliards d'euros) en indemnités de transfert, selon un rapport de la Fifa dévoilé début février. Un chiffre en hausse de plus de 30 % !

En cause, "l'effet multiplicateur" des transactions faramineuses sur la niche des superstars comme Neymar, devenu cet été le joueur le plus cher de l'histoire (222 millions d’euros), alors que plus de 80 % des mouvements de joueurs se réalisent sans indemnités.

Et sous l'impulsion des recrutements spectaculaires de Philippe Coutinho à Barcelone (160 millions d’euros) et de Virgil Van Dijk à Liverpool (84 millions d’euros, défenseur le plus cher de l'histoire) cet hiver, l'année 2018 est sans doute déjà partie pour exploser le record...

Une taxe de luxe

Dès lors, quelles mesures mettre en place pour réguler un marché qui ne cesse de s'emballer, sous l'effet de puissants investisseurs étrangers, comme à Manchester City ou au PSG, qui ne lésinent pas sur les moyens alloués au mercato ?

Le président de l'UEFA Aleksander Ceferin, tout en admettant que l'instance "n'avait pas de stratégie concrète" dans ce domaine par le passé, a proposé fin janvier la création d'une "taxe de luxe" pour y remédier. Son principe ? "Si un club dépense plus qu'il ne doit, il va payer une taxe sur la différence. Ce n'est pas un impôt pour le gouvernement, mais pour l'UEFA. Nous devons encore décider comment nous redistribuerons cet argent", a-t-il expliqué dans la presse suisse.

Dans quel but ? Maintenir "l'équilibre concurrentiel entre les équipes", l'enjeu le plus important du football moderne selon lui. Pour l'économiste Arnaud Chéron, cette piste sonne comme un aveu d'impuissance du fair-play financier (FPF), instrument mis en place par l'instance européenne en 2011 pour assainir les comptes des clubs.

"D'un point de vue financier stricto sensu, les choses ont largement évolué dans le bon sens. Par contre, cela n'a pas empêché la concentration des talents - ce qui reste le problème de fond - dans certains clubs qui arrivent à respecter les règles du jeu en matière de finances", grâce notamment à l'explosion des droits TV, explique-t-il à l'AFP.

Plafonner les salaires

Dans une étude originale publiée mi-janvier, Arnaud Chéron et son équipe de chercheurs de l'Edhec Business School proposent de leur côté de plafonner à la fois le salaire et l'indemnité de transfert à l'embauche d'un joueur pour faire baisser les prix. Un "salary cap" seul, comme en NBA, "serait relativement inopérant" en raison d'un marché du travail différent, et pourrait même entraîner des effets pervers redoutables. Selon leurs projections, l'économie réalisée sur les salaires par le club acheteur va être compensée par une hausse de l'indemnité de transfert. Soit le contraire de l'objectif de départ !

"Avec un plafond à 12 millions d'euros annuel, qui intègre à la fois le montant du salaire et de l'indemnité de transfert, on serait en mesure de réduire les dépenses des indemnités de transferts de l'ordre de 25 %, à tout niveau de transferts, petits comme importants", assure Arnaud Chéron, qui s'est basé sur les données de la Serie A (le championnat italien de football) pour établir ce résultat.

"Très contraignante" de l'aveu même du chercheur, la mesure est-elle réellement applicable ? Si l'on se réfère au contrat de cinq ans de Neymar au PSG, le club parisien est parti pour débourser environ 80 millions (indemnité de transfert plus salaire) chaque année. Très loin du plafond de 12 millions d’euros...

"Peut-être que notre proposition est un peu brutale, admet Arnaud Chéron, mais il nous semble que c'est le moyen le plus direct pour essayer de réguler le marché des superstars et de faire en sorte que les clubs de moyenne gamme soient en mesure de s'attacher les services de certains talents, et ce faisant, rééquilibrer les championnats nationaux". "Cela demande un choix politique qui peut être relativement fort", ajoute-t-il. L'appel est lancé.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

ODD covid

Coronavirus : le jour d'après se fera avec les Objectifs de Développement Durable (ODD)

De crise sanitaire localisée, la pandémie du Covid-19 est devenue en un temps record une crise économique et sociale mondiale. Elle montre de façon dramatique l’interdépendance des trois piliers du développement durable : l’environnement, le social et l’économie et la nécessité de changer notre...

Respirateur Dyson Dyson

Coronavirus : Renault, PSA, Dyson et Tesla vont fabriquer des respirateurs

Aux côtés des fabricants traditionnels d’équipements médicaux, ce sont des industriels de l’automobile ou de l’électronique qui viennent en renfort pour produire des respirateurs, nécessaires à la survie des malades du Covid-19 les plus gravement atteints. En France, Emmanuel Macron a annoncé la...

Masque 1083 solidarite entreprise coronavirus

Essence gratuite, hôtels, masques... Face au Coronavirus, ces entreprises misent sur la solidarité

[Mise à jour le 25 mars] Accor qui met à disposition ses hôtels pour les soignants, Total qui donne des bons d'essence aux personnels hospitaliers, LVMH qui passe du parfum aux gels hydroalcoolique, la startup 1083 qui réorganise ses ateliers pour produire des masques de protection plutôt que des...

Covid 19 coronavirus crise entrrpises iStock Tera Vector

Face au Coronavirus, les entreprises prennent leurs responsabilités malgré l'impact de la crise sur leurs affaires

Elles sont en première ligne, dans un contexte de crise inédit. Déstabilisées dans leur organisation du travail et dans leur production, les entreprises doivent agir avec pragmatisme et responsabilité pour protéger leurs salariés et la population. Certaines vont même plus loin en mettant en place...