Publié le 29 mai 2019

ENTREPRISES RESPONSABLES

Faber, Pinault, Lévy, Frérot, Senard : Les hommes du Président pour une industrie plus durable

L’ancien ministre de l’Économie, devenu Président de la République, a ses alliés au sein du tissu industriel. À la tête de grandes multinationales, ces personnalités, toutes des hommes, sont alignées sur la position du chef de l’État pour moderniser l’industrie et parfois la rendre plus durable. Novethic a identifié cinq de ces relais dans les domaines de la mode, de l’agroalimentaire, de l’énergie, de l’économie circulaire et de la mobilité.

Emmanuel Macron a missionné plusieurs industriels pour engager la transformation de secteurs industriels.
@EricFefeberg/AFP

L’homme de la mode responsable

François-Henri Pinault, président de Kering, 57 ans

Sa mission est officielle, mais le timing serré. Paris avait ses Fashion weeks, elle devrait bientôt avoir son "fashion pact ". D’ici le G7 de Biarritz fin août, François-Henri Pinault doit mobiliser ses pairs pour réduire l’impact environnemental de la mode. Le patron n’est pas choisi au hasard. À Davos, Kering paradait en seconde place du classement du Global 100 des entreprises mondiales les plus performantes en matière de développement durable, tous secteurs confondus. À son actif notamment, un outil pionnier de mesure d’impact environnemental des activités du groupe. Point noir au tableau : une grosse affaire d’évasion fiscale que le groupe vient de solder avec le gouvernement italien mais qui fait tache à l’heure de la bataille fiscale menée par le gouvernement...

 

L’homme de l’alimentation durable

Emmanuel Faber, président de Danone, 55 ans

Il siège au sein du One Planet Lab, le groupe de 30 experts lancé en janvier pour alimenter le Président sur les solutions climatiques. Sa mission au sein du groupe biodiversité : "promouvoir une agriculture et une alimentation durables". Le choix d’Emmanuel Faber semble tout indiqué sur le sujet. Le président de Danone en fait un axe de communication de son groupe qui entend réconcilier la santé et la planète par l’alimentation. Pour mobiliser les entreprises sur le sujet, il pourra notamment s’appuyer sur l’initiative d’Epe, Act 4 Nature, dont il est membre et qui vise à engager les patrons français et internationaux sur la préservation de la biodiversité. Avec la COP15 de Pékin en 2020 pour horizon.

 

L’homme de l’énergie décarbonnée

Jean-Bernard Lévy, 64 ans, PDG d’EDF

L’Élysée a fait montre de toute sa confiance à Jean-Bernard Lévy en le reconduisant à la tête du groupe EDF pour un second mandat. Une première chez l’électricien national depuis Marcel Boiteux en 1979. L’homme est arrivé en poste chez l’électricien en 2014, au moment même où Emmanuel Macron prenait Bercy, dans un contexte de restructuration de la filière nucléaire. Jean-Bernard Lévy a maintenu le calme social dans le groupe et, sans renier sa foi dans l’atome, il a été plus allant sur la transition énergétique (plan solaire, plan stockage…) que son prédécesseur Henri Proglio. Avec le soutien de l’État actionnaire, Jean-Bernard Lévy doit désormais réorganiser l’entreprise, mettant d’un côté le nucléaire et de l’autre les renouvelables. Mais les syndicats craignent déjà un démantèlement.

 

L’homme de l’économie circulaire

Antoine Frérot, 60 ans, PDG de Veolia

Il n’a pas été désigné pour une mission officielle par Emmanuel Macron. Mais Antoine Frérot s’est souvent engagé sur des sujets proches de ceux portés par le Président de la République. Récemment, c’est sur la raison d’être des entreprises que le PDG de Veolia a pris la parole, défendant l’idée qu’"une entreprise n’est prospère que si elle est utile à la société et non l’inverse". Veolia a été parmi les premières à avoir résumé la sienne en quelques mots simples : "Ressourcer le monde". Cette raison d’être souligne la stratégie de l’entreprise axée sur le traitement des déchets et l’économie circulaire. Deux thèmes qu’Emmanuel Macron pourrait vouloir développer au niveau de l’industrie française et qu’Antoine Frérot pourrait l’aider à porter.

 

L’homme de la mobilité électrique

Jean-Dominique Senard, 66 ans, président de Renault

Il est pour l’instant un peu occupé par le projet de rapprochement entre Renault et Fiat-Chrysler. Mais entre ses fonctions précédentes à la tête de Michelin et ses fonctions actuelles, Jean-Dominique Senard fait figure de spécialiste de la mobilité, un thème sur lequel Emmanuel Macron pourrait vouloir accentuer les efforts de la France. À l’occasion de la présentation du rapport sur la neutralité carbone d’Entreprises pour l’Environnement, association qu’il présidait encore jusqu’à mi-mai, il insistait notamment sur la nécessité d’électrifier le parc automobile français. Des idées qu’il pourrait porter auprès du gouvernement, tout comme il avait déjà porté l’idée des entreprises responsables dans le rapport qu’il a co-écrit avec Nicole Notat.

Arnaud Dumas @ADumas5, Ludovic Dupin @LudovicDupin et Béatrice Héraud @beatriceheraud 


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Cannes Lion 2022 ban fossil fuel ads

Poussé par des agitateurs internes, le secteur de la publicité doit se réinventer

Encore une cérémonie bousculée ! Un ancien lauréat du Cannes Lion, grande fête de la publicité, a rendu son trophée pour dénoncer le soutien du festival aux "compagnies fossiles". Sous haute pression concurrentielle, parfois qualifié de verrouillé, le secteur de la publicité doit pourtant réinventer...

Arctic LNG 2 total energies russie novatek ru

Pourquoi TotalEnergies, de plus en plus isolée, s’accroche à la Russie

TotalEnergies est de plus en plus prise à partie pour sa présence en Russie. Des militants ont perturbé une table-ronde à laquelle participait son PDG tandis que deux ONG ont mis en demeure le groupe de cesser ses activités sur place, en s'appuyant sur son devoir de vigilance et le risque de...

Societes a mission CCO

La création du statut d’entreprise à impact, une "bascule" vers un nouveau modèle de capitalisme

Les patrons engagés signataires du "Manifeste pour l'économie de demain", dont la Maif, le groupe Le Bon Coin ou encore La Ruche qui dit oui, militent pour la création d'un statut à impact, à la fois plus contraignant mais aussi doté de contreparties comme des allégements de charges, des accès...

C I O

RSE : Pourquoi les "Chief Impact Officers" sont une bonne nouvelle pour réduire l'empreinte environnementale des entreprises

De plus en plus d’entreprises nomment des "Chief Impact Officers" au sein de leur comité exécutif. Si leurs missions s’apparentent à celle du "directeur développement durable" ou "de la RSE", elles permettent d'aller plus loin en amenant les entreprises à mesurer leurs progrès concrets en matière...