Publié le 26 juin 2014

ENTREPRISES RESPONSABLES

Comment les médias sont-ils notés par les agences de notations extra-financières ?

Chez Oekom research, chaque secteur d'activité est noté selon des critères différents. Julia Haake, la directrice du bureau parisien de l’agence de notation extra-financière, nous explique quels sont les critères appliqués à celui des medias.  

 

 

Julia Haake
Julia Haake
DR

Novethic. Oekom dispose d’indicateurs particuliers pour chaque secteur d’activité. Quels sont les enjeux RSE spécifiques aux medias?

Julia Haake. Il y 5 enjeux clés qui représentent 50% du poids global de la note attribuée à l’entreprise évaluée. Nous regardons la responsabilité éditoriale (éthique journalistique, indépendance des équipes éditoriales, …) qui pèse pour 13% dans l’ensemble de la note. Ensuite, nous évaluons la protection des utilisateurs (marketing responsable, protection des enfants et des jeunes,…) qui représente 8%, l’accès aux medias (handicap, accès des groupes marginalisés économiquement à l’information scientifique…) qui compte pour 4%, les conditions de travail des employés et des freelances (7,5%) t enfin les impacts environnementaux qui pèsent pour 15%. Au final, la note se partage entre 70% de social/sociétal et 30% d’environnemental.

Quels sont les points de vigilance à suivre ?

Deux sujets sont particulièrement importants : celui des contenus car les medias ont un pouvoir d’influence très fort dans la société. Seulement peu d’entreprises ont structuré leur politique sur la question, hormis TF1 et Vivendi en France. Autre point clé : celui des sous-traitants qui reste peu documenté dans le reporting des entreprises alors même que ce secteur a énormément recours à la sous-traitance. Cela a quand même tendance à évoluer.

Comment les entreprises françaises se situent-elles par rapport aux médias étrangers ?

Si l’on prend en compte le classement Oekom du secteur qui compte une soixantaine d’entreprises dans le monde, il y un leadership des medias anglo-saxon. Vivendi (6ème) et TF1 (7ème) restent cependant bien positionnés. La difficulté réside dans le fait qu’il s’agit d’un secteur extrêmement hétérogène, avec un grand écart entre les meilleurs et la moyenne. Or, globalement, les medias français manquent de structuration dans leur politique RSE.

 

Interview Initialement publiée dans repères RSE N°105, avril-mai-juin 2014

Propos recueillis par Béatrice Héraud
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Neutralité carbone, échanges d'émissions, alignement sur 1,5°C... Les entreprises attendent de la visibilité à la COP25

La COP25, qui se tient à Madrid du 2 au 13 décembre, est technique. Celle-ci doit préparer la relève générale de l’ambition des pays participants, ainsi qu’à la définition des mécanismes de coopération internationale volontaire. Les entreprises scrutent de près les discussions en cours car elles...

Nutriscore RSE

Le "nutri-score de la RSE", défendu par les socialistes, ne convainc pas le gouvernement

Les députés socialistes et apparentés ont déposé une proposition de loi portant sur la création d’une certification publique des performances sociales et environnementales des entreprises. Celle-ci entend créer un système de notation proche du nutri-score des produits alimentaires. Mais le...

Hackathon generation starteupeuses

Avec le club Génération Startupeuse, les startups aussi s’emparent des objectifs de développement durable

Beaucoup de startups veulent changer le monde. Mais bien peu mesurent leur contribution à ce stade de leur développement. Le club Génération startupeuse, qui incube des femmes entrepreneures, a tenté de relever le défi en faisant travailler 12 de ses membres sur les objectifs de développement...

Remuneration istock PrettyVectors jpeg

La rémunération des dirigeants, de plus en plus basée sur des critères extra-financiers, reflète une entreprise qui change

La responsabilité sociétale des entreprises (RSE) est de plus en plus prise en compte dans la rémunération des dirigeants des sociétés cotées, selon une étude du cabinet Deloitte. C’est vrai pour la France, mais aussi ailleurs dans le monde. Cela prouve l’ancrage des questions environnementales et...