Publié le 19 avril 2016

ENTREPRISES RESPONSABLES

BP : fronde des actionnaires contre la rémunération de Bob Dudley (DG)

Un directeur général peut-il s’octroyer une augmentation conséquente, alors que son groupe accuse des pertes abyssales et licencie par milliers ? Les actionnaires du pétrolier britannique BP ont répondu non à près de 60%. Une contestation exceptionnelle. Et si ce vote consultatif n’a qu’une valeur symbolique, il envoie néanmoins un message clair à la direction, qui promet de revoir sa politique de rémunération d’ici l’année prochaine. Ainsi, la question de la rémunération des dirigeants dans des entreprises en crise va se poser de plus en plus. Y compris en France. Explications.

Bob Dudley BP CEO DG juin 2015 Paris Eric Piermont AFP
La rémunération de Bob Dudley, le directeur général de BP, est fortement contestée par les actionnaires du groupe pétrolier britannique.
Erice Piermont / AFP

Les actionnaires de BP, réunis en assemblée générale jeudi 14 avril, ont voté à 59,11% contre la hausse de la rémunération du directeur général de l’entreprise, Bob Dudley. Sa rémunération totale passe de 16,4 à 19,6 millions de dollars. Un bond de 20%, alors que le secteur pétrolier est en pleine crise.

Ce vote négatif, bien que consultatif, est inédit par son ampleur. Il a rassemblé de puissants actionnaires tels qu’Aberdeen Asset Management ou Royal London Asset Management. En cause : la perte nette abyssale de 6,5 milliards de dollars qu’a subie le pétrolier en 2015. Il s’agit du plus mauvais résultat de son histoire. Il a poussé le groupe à procéder à des licenciements massifs. 4 000 suppressions de poste sont prévues cette année dans les activités exploration et production. Et encore 3 000 dans le raffinage et la distribution d’ici 2017.

"Dans ce cas précis, ce qui choque le plus les actionnaires, ce ne sont pas les montants, mais l’explosion de la rémunération au vu de la mauvaise performance de l’entreprise, analyse Loïc Dessaint, directeur général de Proxinvest. Les actionnaires ne sont pas dupes. Même si leurs dividendes ont augmenté, ils ont perdu dix milliards de dollars de capitalisation boursière et sont face à une société dont les risques ont été mal maîtrisés (cf. Deepwater Horizon, NDLR) et coûtent une fortune." 


Selon le spécialiste de l'analyse des résolutions soumises aux assemblées générales (AG), nous ne sommes pas face à une fronde générale sur la question de la rémunération des dirigeants. En revanche, son lien avec les résultats de l’entreprise va de plus en plus être questionné par les actionnaires, y compris en France.

 

Licenciements et augmentation font mauvais ménage

 

"La question qui va se poser, c’est comment payer les dirigeants quand il y a des plans de licenciement, interroge Loïc Dessaint. Les réponses sont variées. Chez Vallourec par exemple, les dividendes ont été suspendus et Philippe Crouzet, président du directoire, a renoncé en intégralité à sa part variable. Le PDG de Technip a quant à lui abandonné une petite part de son variable. Chez Peugeot en revanche, aucun geste n’a été fait au vu des très bons résultats et malgré la baisse des effectifs, particulièrement en France." 

Dans l’Hexagone, le say on pay est intégré depuis 2013 au code Afep-Medef, le code de référence en matière de gouvernance d’entreprise des sociétés cotées. Ce code oblige ces dernières à présenter à l’assemblée générale annuelle les différents éléments des rémunérations versées ou dues aux dirigeants mandataires sociaux. L’avis des actionnaires est consultatif. Mais une directive européenne en cours de discussion pourrait imposer aux États membres un système à l’anglaise.

Tous les trois ans, un vote interviendrait sur la politique de rémunération de l’entreprise, en plus du vote consultatif exigé à l’issue de chaque exercice écoulé. "Cela permettrait aux entreprises d’aller vers plus de transparence, notamment sur les critères et les objectifs fixés, et de mesurer si la rémunération est vraiment en lien avec la performance de l’entreprise", commente Loïc Dessaint. Le débat porte désormais sur le caractère contraignant ou non de ce vote.

 

Un dialogue renforcé entre actionnaires et direction

 

Au Royaume-Uni, où le say on pay existe depuis une dizaine d’années, le vote sur la politique de rémunération des entreprises est contraignant. De quoi permettre aux actionnaires de se faire entendre.

Le vote négatif des actionnaires de BP au sujet de la rémunération du DG du groupe a ainsi poussé la direction à se remettre en question. Le président du pétrolier britannique, Carl-Henric Svanberg, a promis une réforme du mode de rémunération des dirigeants de BP, qui sera soumise au prochain vote contraignant prévu en 2017. "Permettez-moi d'être clair. Nous vous entendons. Nous nous assiérons avec nos principaux actionnaires pour bien comprendre leurs inquiétudes et reviendrons devant vous pour demander votre soutien à une politique renouvelée" en la matière, a-t-il déclaré aux actionnaires.

"Le say on pay a pour effet de renforcer le dialogue entre les sociétés de gestion et la direction. En France, cela a permis de progresser même s’il reste des combats à mener", conclut Loïc Dessaint de Proxinvest. En ligne de mire de l’agence : Carlos Ghosn, le président de Renault-Nissan, qui reste totalement insensible à la contestation de plus en forte de ses actionnaires au sujet de sa rémunération.

Concepcion Alvarez
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Le Parlement européen réclame plus de transparence aux entreprises de l'Union européenne

Reporting pays par pays, fidélisation des actionnaires et Say on Pay. C’est ce qu’ont réclamé les parlementaires européens, mercredi 8 juillet, aux grandes entreprises et firmes européennes cotées. Un vote obtenu de haute lutte, et qui ouvre la voie à une plus grande transparence des...

Les assemblées générales, une caisse de résonance efficace pour la société civile

Le rejet par les actionnaires de BP de la rémunération à la hausse du DG du géant pétrolier est symptomatique d'un mouvement qui prend de l'ampleur. Les interpellations de la société civile en amont et pendant les assemblées générales des grandes entreprises se multiplient en effet. Et...

Ces patrons américains qui gagnent 204 fois plus que leurs salariés

Les données publiées ce mardi par le Glassdoor Economic Research vont encore alimenter le débat sur le creusement des inégalités salariales outre-Atlantique. En moyenne, un patron américain gagne 200 fois plus que ses salariés. Et dans certaines entreprises, ce ratio dépasse les 1 000. Une...

Rémunération des dirigeants d’entreprises : des excès dénoncés aux Etats-Unis

En pleine crise bancaire, l’Etat américain avait renfloué plusieurs grandes entreprises pour leur éviter la faillite. En contrepartie, elles s’engageaient à plafonner les rémunérations de leurs dirigeants. Six ans plus tard, le gendarme chargé de superviser ce programme dénonce des...

"Say on pay" : la révolution actionnariale attendra

Dans les Assemblées Générales (AG) du CAC 40, les actionnaires seront cette année consultés sur les rémunérations des dirigeants. Ce "say on pay", mis en place par le code de gouvernance AFEP-MEDEF, ne devrait pas provoquer de printemps français des actionnaires. S’ils approuvent...

Rémunération des dirigeants : mobilisation variable des actionnaires

Très médiatisée, la question du montant des rémunérations des dirigeants des très grandes entreprises cotées n'a pas généré de frondes particulières chez les petits actionnaires qui assistent traditionnellement aux AG. A quelques exceptions près, ils ont été peu nombreux à monter au...

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Economie collaborative economie du partage melitas

Airbnb, symbole d'une économie collaborative obligée de se réinventer après le Covid-19

2020 devait être une année florissante pour l’économie collaborative, les entreprises du type Uber, Delivroo, Blablacar.... Mais le Covid-19 a marqué un coup d’arrêt à la croissance exponentielle du secteur. Ainsi, Airbnb qui devait entrer en bourse cette année et a finalement dû se séparer du quart...

Action iStock gesrey

La Plateforme RSE demande des actes aux entreprises en matière de responsabilité sociétale

Face à la crise du Covid-19, la Plateforme RSE, l’instance de concertation sur la responsabilité sociétale des entreprises placée sous l’égide du Premier ministre, appelle à passer de la "parole aux actes". Une prise de position pas si fréquente pour cette instance qui réunit des voix aussi diverses...

Danone se dit prêt à devenir la première "entreprise à mission" du CAC40

Dans un monde ébranlé par l'épidémie de Covid-19, le géant agroalimentaire Danone va proposer à ses actionnaires de devenir une "société à mission" pour renforcer ses engagements sociaux, environnementaux et créer de la "valeur durable", annonce le groupe. Cette proposition présentée lors du conseil...

Restaurateurs assurances coronavirus

Covid-19 : l’étau se resserre autour des assureurs après qu'un restaurateur ait eu gain de cause face à Axa

Le tribunal de commerce de Paris a donné gain de cause à un restaurateur parisien qui avait assigné Axa France alors que l'assureur refusait d'indemniser ses pertes d'exploitation lié au Covid-19. Cette décision marque un tournant pour les professionnels du secteur alors que les assureurs martèlent...