Publié le 24 septembre 2019

ENTREPRISES RESPONSABLES

Armes à feu : avec Levi Strauss, Airbnb ou Twitter…près de 150 dirigeants d'entreprise somment le Congrès américain d'agir

Les dirigeants de 145 entreprises ont réclamé l'adoption de lois introduisant une régulation plus stricte des armes à feu aux Etats-Unis, dans une lettre adressée aux élus du Sénat américain. Ils dénoncent "une crise de santé publique qui appelle une action urgente".

145 chefs d'entreprises (Levi Strauss, Uber, Twitter, Airbnb...) demandent au Congrès de mieux encadrer la vente des armes à feu aux Etats-Unis. Chaque jour, une centaine de morts par balle y sont recensées.
@DmyTo

Les PDG de 145 entreprises, d’origines américaines ou ayant "de forts intérêts commerciaux" aux États-Unis, dont Airbnb, Twitter, Uber ou encore Levi Strauss, dénoncent dans une lettre ouverte adressée au Sénat "une crise de santé publique qui appelle une action urgente" (1). Et demandent aux représentants de mieux contrôler et encadrer la vente d’armes à feu sur le sol américain.

Ne rien faire "est simplement inacceptable", écrivent-ils, mentionnant au début de leur message les fusillades d'El Paso et de Dayton, qui ont marqué l'été en causant la mort de respectivement 22 et 9 personnes. Chaque jour, rappellent les patrons, ce sont plus de 100 morts par balles et des centaines de blessés qui sont recensés aux Etats-Unis.

Des propositions de "bon sens"

Ils réclament l'adoption de deux mesures par le Congrès : l'une introduisant la vérification des antécédents des acheteurs "pour toutes les ventes d'armes", et l'autre permettant aux autorités de les confisquer aux personnes signalées comme dangereuses par leur entourage ("red flag laws"). Ces propositions "de bon sens" sont "largement soutenues par le public américain", argumentent les patrons signataires. "Nous exhortons le Sénat américain à se tenir aux côtés des Américains et à agir", écrivent-ils.

Le Congrès est sous pression pour légiférer enfin sur cette question. Majoritaires à la Chambre des représentants, les démocrates ont adopté en février un projet de loi étendant les contrôles des antécédents judiciaires et psychiatriques des acheteurs d'armes à l'ensemble des ventes, y compris entre particuliers ou lors de foires itinérantes. Mais les républicains contrôlent le Sénat et leur chef à la chambre haute, Mitch McConnell, refuse d'organiser tout vote sur des lois concernant les armes à feu tant que Donald Trump n'aura pas explicité sa position.

"Les chefs d'entreprise n'ont plus peur de s'engager" 

L’initiative des patrons américains s’inscrit dans une nouvelle dynamique de prise de position des acteurs économiques et financiers sur le sujet. Jusqu’en 2018, ils étaient restés extrêmement discrets sur ce sujet, quasi tabou pour le milieu des affaires. Mais l’an dernier, la tuerie de Parkland qui avait fait 17 morts lors de la Saint Valentin a changé la donne, en faisant basculer l'opinion américaine et avec, elles les acteurs économiques et financiers. Plusieurs investisseurs comme les mastodontes BlackRock et StateStreet avaient alors affirmé qu’ils useraient de leur poids financier pour convaincre les fabricants et distributeurs qu’ils détiennent en portefeuille, notamment au titre de leur gestion passive.

Avec cette lettre, c’est plus qu’une piqûre de rappel qui est adressée aux représentants du Congrès. La démarche n’est pas sans danger sur leurs affaires mais elle répond à une demande grandissante de la part des parties prenantes des entreprises de prendre position sur les questions de sociétés et de mettre leurs actes en cohérence avec leurs engagements en matière de RSE. "Dans une certaine mesure, ces chefs d'entreprise mettent leur entreprise en péril, compte tenu de la charge politique qui pèse sur eux", a déclaré au New York Times, Chip Bergh, le directeur général de Levi Strauss. Le patron de cette entreprise emblématique de l’Amérique a passé plusieurs jours à essayer de convaincre ses pairs de le rejoindre et de défendre le contrôle des armes à feu. 

Quelques entreprises emblématiques manquent à l'appel - Apple, Facebook, Google ou JPMorgan Chase- mais le succès de l'initiative montre que les temps ont changé. Même la puissante association de chefs d'entreprise, Business Roundtable, qui a longtemps hésité à participer au débat sur les armes à feu, a fini par appelé le Congrès et le gouvernement Trump à "se réunir et adopter une législation bipartite et sensée pour lutter contre cette épidémie" après la diffusion de la lettre. "Les chefs d'entreprise n'ont plus peur de s’engager, souligne ainsi le DG de Levi's. Ils sont en mesure d’agir sur les problèmes qui vont toucher leur entreprise et, désormais, la violence par armes à feu a une incidence sur les affaires de tout le monde"

Béatrice Héraud avec AFP 

(1)    La lettre, publiée dans le New York Times et plusieurs autres médias américains le jeudi 12 septembre, est consultable ici en anglais.


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Economie collaborative economie du partage melitas

Airbnb, symbole d'une économie collaborative obligée de se réinventer après le Covid-19

2020 devait être une année florissante pour l’économie collaborative, les entreprises du type Uber, Delivroo, Blablacar.... Mais le Covid-19 a marqué un coup d’arrêt à la croissance exponentielle du secteur. Ainsi, Airbnb qui devait entrer en bourse cette année et a finalement dû se séparer du quart...

Action iStock gesrey

La Plateforme RSE demande des actes aux entreprises en matière de responsabilité sociétale

Face à la crise du Covid-19, la Plateforme RSE, l’instance de concertation sur la responsabilité sociétale des entreprises placée sous l’égide du Premier ministre, appelle à passer de la "parole aux actes". Une prise de position pas si fréquente pour cette instance qui réunit des voix aussi diverses...

Danone se dit prêt à devenir la première "entreprise à mission" du CAC40

Dans un monde ébranlé par l'épidémie de Covid-19, le géant agroalimentaire Danone va proposer à ses actionnaires de devenir une "société à mission" pour renforcer ses engagements sociaux, environnementaux et créer de la "valeur durable", annonce le groupe. Cette proposition présentée lors du conseil...

Restaurateurs assurances coronavirus

Covid-19 : l’étau se resserre autour des assureurs après qu'un restaurateur ait eu gain de cause face à Axa

Le tribunal de commerce de Paris a donné gain de cause à un restaurateur parisien qui avait assigné Axa France alors que l'assureur refusait d'indemniser ses pertes d'exploitation lié au Covid-19. Cette décision marque un tournant pour les professionnels du secteur alors que les assureurs martèlent...