Publié le 06 mai 2019

ENTREPRISES RESPONSABLES

Pratiques fiscales illégales d'UBS : les actionnaires rappellent le management à l’ordre

Les actionnaires d’UBS ont rejeté la décharge des membres du conseil d’administration et de la direction lors de l’Assemblée générale de la banque suisse. Ce vote marque la volonté de certains actionnaires de ne plus donner de blanc-seing aux pratiques des grandes entreprises. Ils n’ont pas digéré l’amende de 3,7 milliards d’euros infligée par le juge français en raison des pratiques fiscales illégales de la banque, et se réservent la possibilité d’éventuelles poursuites.

Les actionnaires d'UBS n'ont pas digéré l'amende relative aux pratiques de la banque facilitant l'évasion fiscale de contribuables français.
@UBS

L’amende infligée par le juge français en février dernier est restée en travers de la gorge des actionnaires d’UBS. Lors de l’Assemblée générale de la banque suisse, le 2 mai, ils ont rejeté la résolution portant sur la décharge des membres du conseil d’administration et de la direction, laissant la porte ouverte à d’éventuelles poursuites.

Ce quitus au conseil d’administration nécessitait au moins 50 % de vote favorable, or 41,64 % des actionnaires ont voté contre la résolution et 16,69 % se sont abstenus. Les 41,67 % de vote "pour" n’ont donc pas suffi à faire pencher la balance. Une partie des actionnaires a également voté contre la rémunération des dirigeants, celle-ci n’ayant été approuvée que par 79,38 % des votes.

Le cas n’est pas si fréquent de voir des actionnaires se rebiffer contre le management d’une grande entreprise. La fondation Ethos, spécialisée dans l’investissement responsable, ou encore le conseiller en vote américain ISS recommandaient de voter contre la décharge des membres du conseil. Ils exercent ainsi leur pouvoir de contrôle sur le management de l’entreprise. Et rappellent, en creux, que des pratiques responsables valent mieux que la recherche de rentabilité à tout prix.

Les pratiques de la banque pointées du doigt

Par leur vote, ils pointent en effet du doigt les agissements de la banque sanctionnés par le Tribunal de grande instance de Paris en février dernier. Celui-ci a condamné UBS pour "démarchage bancaire illégal" et "blanchiment aggravé de fraude fiscale", avec à la clé une amende de 3,7 milliards d’euros et 800 millions d’euros de dommages et intérêts à payer à l’État français. Le fait que le jugement ne soit pas définitif, UBS ayant fait appel, n’a pas arrêté les actionnaires.

"J’interprète votre décision comme le reflet de votre inquiétude sur l’incertitude qui entoure le procès en cours en France et que vous voulez conserver toutes les options légales ouvertes. Je comprends cela", a déclaré Axel Weber, président de la banque, lors de l’Assemblée générale. Face à la fronde des actionnaires, le dirigeant a voulu rappeler que les dirigeants actuels de la banque n’étaient pas aux manettes à l’époque des faits.

Pour justifier la décision de ne pas accepter de transaction avec l’État français, Axel Weber maintient que, selon lui, UBS n’a pas dérogé aux réglementations suisses ou françaises. "C’est pour cela que nous avons décidé de défendre la banque au tribunal, déclare-t-il. Nous pensons que c’était dans les meilleurs intérêts des actionnaires." Le résultat de l’appel se révélera donc crucial pour le management de la banque.

Arnaud Dumas @ADumas5


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Condamnation record d’UBS : les petits arrangements des banques avec la fiscalité ne sont plus à l’abri

Le spécialiste suisse de la gestion de fortune a écopé d’une amende record de 3,7 milliards d’euros pour avoir facilité l’évasion fiscale de contribuables français. Cette décision de la chambre correctionnelle du tribunal de Paris marque l’attitude plus ferme de l’État français vis-à-vis...

Impôts : Bruno Le Maire annonce l'obligation pour les grands patrons d’être domiciliés fiscalement en France

Après la révélation du cas de Carlos Ghosn qui payait ses impôts aux Pays-Bas, le gouvernement a décidé de mettre en place une loi qui impose aux grands dirigeants d’entreprises françaises d'être fiscalement domiciliés en France.

Emmanuel Faber, PDG de Danone, ne veut plus toucher sa retraite chapeau

Emmanuel Faber a déclaré ne pas vouloir toucher sa retraite chapeau et son indemnité de non-concurrence, renonçant à près de 28 millions d’euros. Une décision à contre-courant de celles de certains de ses homologues du CAC 40. L'atypique PDG de Danone ne donne pas de raison spécifique à sa...

Blédina (groupe Danone) devient la plus grande entreprise française certifiée B corp

La marque d’aliments pour enfants Blédina vient d’obtenir sa certification B Corp. Elle devient la plus grande entreprise française certifiée par ce label international décernées aux entreprises ayant une solide politique de responsabilité sociétale (RSE). Avec cette nouvelle entité...

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Assemblee istock metamorworks

[Le monde en 2050] Dans l'entreprise de demain, le pouvoir est partagé

Ce 3 mai 2050, Triodus est sur le pont. L’assemblée générale du groupe doit entériner la stratégie à dix ans du géant de la gestion des déchets. Sans cet aval, c’est toute la direction qui pourrait être remise en cause. Car en 2050, les règles du jeu de l'entreprise ont changé. Au mois de juillet,...

Pactforimpact photo BH

Pact for Impact : une alliance pour développer l'économie sociale et inclusive à l'international

Lors du sommet Pact for Impact qui s’est tenu les 10 et 11 juillet, les 50 délégations internationales se sont unies pour lancer un manifeste, celui d’une alliance mondiale pour une économie sociale et inclusive. Dans la sphère française, l’initiative gouvernementale 10% lancé fin mai tente aussi de...

Loi Pacte : la Maif, première grande entreprise à se transformer en société à mission

La Maif est la première entreprise à déclarer entamer sa transformation pour adopter le statut d’entreprise à mission ouvert par la loi Pacte d’ici le printemps 2020. Un moyen pour l’assureur "militant", selon son mantra, de valoriser sa différence dans un secteur particulièrement concurrentiel.

Avec son application et sa monnaie virtuelle, la fintech Impak veut booster l’économie à impact positif

Créer un écosystème vertueux, permettant de développer l’économie à impact positif, c’est l’objectif de la fintech canadienne Impak finance. Elle revendique déjà 10 000 utilisateurs et des milliers d’entreprises identifiées comme pouvant contribuer positivement à la société et l’environnement....