Publié le 26 février 2021

ÉNERGIE

Bill Gates déroule son plan pour réduire à zéro les émissions de gaz à effet de serre

Il reste optimiste. Mais dans son nouveau livre "Climat : comment éviter un désastre", le fondateur de Microsoft s’inquiète de l’immense marche à franchir pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre à zéro. Pragmatique, Bill Gates propose une feuille de route pour lutter contre le réchauffement climatique. Il détaille notamment comment les entreprises peuvent prendre leur part dans cette transformation de l’économie.

Bill Gates Breakthrough Energy CCO
Bill Gates a fondé l'initiative Breakthrough Energy pour développer les technologies permettant de lutter contre le réchauffement climatique.
@CCO

Les petits pas pour réduire les émissions de gaz à effet de serre ne suffiront pas. Pour Bill Gates, le monde court droit à sa perte et doit passer des 51 milliards de tonnes de gaz à effet de serre émises tous les ans dans le monde, à zéro. Et ce, le plus vite possible ! Le fondateur de Microsoft vient de publier un livre complet pour défendre son point de vue, intitulé "Climat : comment éviter un désastre". Il y décrit la situation actuelle d’un monde qui n’arrive pas à coordonner une réponse au réchauffement climatique, mais donne aussi une feuille de route pour surmonter les obstacles.

Sans surprise, Bill Gates l’ingénieur voit dans le développement de la technologie notre principal allié contre le changement climatique. La réduction de l’activité économique ne suffira pas, selon lui, et la pandémie de Covid-19 l’a démontré. Elle n’a réduit les émissions mondiales que de 5 % environ, en entraînant, outre plus d’un million de morts, la mise au chômage de dizaines de milliers de personnes. Bill Gates en déduit que "nous n’atteindrons pas l’objectif zéro émissions en nous contentant de moins prendre l’avion ou la voiture".

La solution consiste donc à investir. D’abord dans les outils existants, tels les énergies renouvelables, solaires et éoliennes en tête, afin de les déployer massivement. Ensuite dans des technologies qui n’existent pas encore, tant dans le domaine de l’énergie que dans les autres secteurs économiques (alimentation, agriculture, transports, etc.). Son initiative "Breakthroug Energy", lancée peu après la COP 21, vise justement à investir dans des technologies émergentes qui auront un impact sur le changement climatique.

Convaincre les parties prenantes

Pour parvenir à réduire à zéro les émissions, Bill Gates veut convaincre toutes les parties prenantes de la société. Les particuliers ont, certes, leur rôle à jouer. Mais ce sont surtout les organisations publiques et les entreprises qui doivent agir. Dans une tribune parue dans le Financial Times intitulée "My green manifesto" ("Mon manifeste vert", le milliardaire philanthrope explique ainsi la feuille de route que doivent suivre les entreprises.

Et la route risque de se révéler sinueuse et chaotique ! "Éviter un désastre climatique nécessite une nouvelle manière de faire des affaires, le courage de prendre des risques que beaucoup de dirigeants d’entreprises ne sont pas habitués à prendre – et que les investisseurs ne sont pas habitués à récompenser", écrit-il.

Il indique quatre pistes au monde des affaires pour avoir un impact significatif sur le réchauffement climatique. Et il ne s’agit pas juste de faire pousser des arbres, souligne-t-il, égratignant au passage les nombreuses annonces d’entreprises qui plantent des milliers d’arbres pour se racheter une conduite verte. En premier lieu, il demande ainsi d’investir autant que possible dans les technologies permettant de réduire le "green premium", ou "surcoût vert", c’est-à-dire la différence de coût entre une technologie sans émissions et son alter ego carboné. Pour cela, les chefs d’entreprise vont devoir accepter de miser sur des technologies non éprouvées. Et les investisseurs devront renoncer à une partie de leur rendement…

Autre piste, c’est au travers de leur politique achat que les entreprises peuvent jouer, en s’orientant vers des produits bas carbone. Elles réduiront leurs propres émissions, mais permettront aussi de développer le marché pour ces solutions. Enfin, les entreprises doivent investir plus massivement dans leur R&D afin de réduire ce "green premium", mais aussi faire pression sur les gouvernements pour qu’ils co-investissent avec elles sur ces technologies.

Arnaud Dumas, @ADumas5

"Climat : comment éviter un désastre", Bill Gates, éditions Flammarion, 384 pages, 22,50 euros


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Bill Gates est le plus grand propriétaire agricole des États-Unis

Aussi surprenant que cela puisse paraître, Bill Gates, le milliardaire qui a fait fortune avec Microsoft, est devenu cette année le plus grand propriétaire agricole privé des États-Unis. Avec sa fondation, le philanthrope mise sur l'agriculture durable et les plantes résistantes au...

Bill Gates s’associe à la Banque européenne d’investissement pour financer des technologies bas carbone

Les milliardaires internationaux, réunis par Bill Gates dans la Breakthrough Energy Coalition, investissent en Europe pour développer des technologies de rupture permettant de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Avec la Commission européenne et la Banque européenne...

Jeff Bezos, le patron d’Amazon, met 10 milliards de dollars sur la table pour sauver la planète

Le fondateur d’Amazon veut financer des initiatives pour lutter contre le changement climatique. Il vient de créer le Bezos Earth Fund et de le doter de 10 milliards de dollars pris sur sa fortune personnelle. Ce fonds devrait subventionner à partir de l’été prochain des projets de...

Planter des arbres pour sauver la planète : mythe ou réalité ?

Cette semaine, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) va publier un nouveau rapport sur le changement climatique et l’utilisation des terres alors que les activités humaines affectent 72 % de la surface terrestre. Face à ce constant, de nombreux...

ÉNERGIE

Transition énergetique

La transition énergétique désigne le passage de l’utilisation massive d’énergies fossiles, épuisables et émettrices de gaz à effet de serre (pétrole, charbon, gaz), vers un bouquet énergétique donnant la part belle aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique.

Exploitation de lithium au Chili MatthieuColin Hemis 3ca353c690

Rouvrir des mines en France, une piste explosive pour répondre à la transition énergétique

Alors que l'Union européenne s'est fixée des objectifs ambitieux pour réduire ses émissions de CO2, elle importe la quasi-totalité des ressources minières nécessaires à la fabrication des éoliennes, batteries de voitures, panneaux solaires... Pourtant son sol en regorge. En France, la ministre de la...

Centrale a gaz eoliennes transition ecologique taxonomie iStock

Le gaz comme "énergie de transition" a du mal à convaincre

C'est la dernière ligne droite pour la consultation sur le projet de taxonomie verte proposée par la Commission européenne. Celle-ci doit permettre d'orienter les investissements privés vers des activités bas-carbone. Mais l'inclusion du gaz comme "énergie de transition" fait polémique alors que de...

Eoliennes pixabay 01

Comment la "greenflation" menace la transition énergétique

Indispensables au développement des voitures électriques, panneaux solaires, éoliennes... les métaux voient leurs prix s'envoler, atteignant des records. Celui du lithium a ainsi explosé de plus de 400 %. Ce phénomène de "greenflation" pourrait même freiner les politiques de transition énergétique....

Vcentrale nucleaire energie transition pixabay stevepb

L’Allemagne au défi d’atteindre ses objectifs climatiques sans nucléaire… et bientôt sans charbon

La nouvelle coalition allemande, dirigée par le social-démocrate Olaf Scholz, avec les Verts et les Libéraux, a fixé l'ambitieux objectif de 80 % d'énergies renouvelables dès 2030 dans la consommation d'électricité. Le pays entend ainsi réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 65 % à cet...