Publié le 15 avril 2015

ÉNERGIE

Programme de rachat d’actifs de la BCE : un outil pour financer une économie bas-carbone

Des économistes français appellent à un "keynésianisme vert" : ils suggèrent de profiter du programme de rachat d’actifs de la BCE pour financer des projets bas carbone. Le dispositif s’appuierait sur une Valeur Sociale du Carbone, qui permettrait aux porteurs de projets de réduire leurs coûts à hauteur de la quantité d’émissions évitées. L’idée semble séduire les ONG. Reste à savoir si le mécanisme va réellement être mis en place.

Le siège de la Banque Centrale européenne, situé à Francfort.
iStock

Bonne nouvelle sur le front du climat : en 2014, les émissions de CO2 dues au secteur de l’énergie ont stagné dans le monde, a annoncé en mars l’Agence internationale de l’énergie. L’économie mondiale a pourtant été en croissance l’an dernier. C’est la première fois qu’une telle pause est observée dans les émissions sans qu’elle ne soit due à une récession économique, a noté l’AIE.

Pour autant, les efforts de lutte contre le réchauffement climatique restent à intensifier pour espérer limiter la hausse des températures à des niveaux soutenables. Malheureusement, le prix du CO2 sur le marché européen de quotas d’émissions (ETS) est aujourd’hui insuffisant pour susciter les investissements bas carbone nécessaires. Et dans le contexte économique actuel, il paraît difficile de mettre en place des taxes carbone d’un niveau suffisamment élevé.

 

Mettre en place une Valeur Sociale du Carbone

 

En attendant que taxes carbone et prix des quotas augmentent dans l’UE, des économistes français ont imaginé un mécanisme de transition. L’idée ? Orienter vers des projets bas carbone une partie des 1 100 milliards de dollars d’actifs que prévoit de racheter la BCE (Banque Centrale Européenne).

Comment ce mécanisme fonctionnerait-il ? Les États définiraient ensemble une Valeur Sociale du Carbone (VSC), qui donnerait un prix suffisamment élevé à la tonne d’équivalent CO2 évitée dans les nouveaux investissements. C’est ce qu’explique une récente note consacrée au mécanisme par France Stratégie (l’organisme de réflexion rattaché au Premier ministre) et le Commissariat Général au Développement Durable. La note ne précise pas quel serait le montant de la VSC, le renvoyant à un processus d’accord politique.

Imaginons qu’une entreprise souhaite mener un projet bas carbone. Un organisme indépendant certifierait le nombre de tonnes de CO2 susceptibles d’être évitées grâce à ce projet. L’entreprise pourrait alors utiliser ces Certificats Carbone (CC) pour rembourser une partie de ses emprunts auprès du système financier. Le système financier serait lui-même intéressé à l’affaire, car la BCE s’engagerait à racheter ces Certificats Carbone au prix de la VSC.

 

Des prêts plus facilement accordés par les banques commerciales

 

Résultat : le coût du projet serait diminué d’autant pour cette entreprise, réduisant ses risques financiers d’origine climatique. Et le système financier, encore trop souvent réticent à financer des investissements bas carbone et avide de nouvelles opportunités de placements, accorderait plus facilement de tels prêts.

À tout moment, la BCE pourrait demander aux États de racheter les CC. De quoi aggraver le montant des dettes publiques ? "De quoi inciter plutôt les États à mettre en place une véritable fiscalité environnementale, susceptible de leur fournir les ressources pour le cas où la BCE voudrait exercer la garantie. Dans l’intervalle, la transition n’attendrait pas et les nouveaux investissements se feraient en intégrant d’emblée une forte valorisation du carbone", explique l’un des auteurs de la note, Étienne Espagne, chargé de mission pour France Stratégie.

Ainsi, l’augmentation progressive du prix du carbone via les autres mécanismes existants (ETS, taxes carbone) devrait à terme apporter des recettes fiscales suffisantes pour couvrir le rachat potentiel des CC.

 

Un mécanisme soutenu par les ONG

 

"Le dispositif a été présenté aux ONG, dont les retours sont encourageants. Il correspond à leurs attentes", assure le chargé de mission de France Stratégie. "L’idée me semble excellente", témoigne Bettina Laville, présidente fondatrice du Comité 21. "Elle permet d’associer compétitivité et lutte contre le changement climatique. De plus, elle prend vraiment en compte le changement de modèle nécessaire en soulignant que le carbone a une valeur sociale, c’est-à-dire une valeur qui n’est pas seulement mesurée par l’économie. Enfin, elle permet de donner une valeur suffisante au carbone pour les agents économiques", explique la fondatrice de la revue "Vraiment durable".

"Pour trouver des exemples de ce type d’outils, on peut remonter aux années 1930 et 1940, avec notamment le New Deal de Roosevelt. Avec cette différence qu’aujourd’hui, le but est non seulement social mais aussi environnemental. Ce serait du keynésianisme vert en quelque sorte", indique l’un des autres auteurs de la note, Baptiste Perrissin Fabert, chargé de mission au Commissariat Général au Développement Durable.

 

À quand une mise en application ?

 

Le dispositif sera-t-il un jour mis en œuvre ? "Le président François Hollande vient de demander à une commission indépendante de réfléchir à des solutions innovantes pour abonder le fonds vert international et plus largement financer les nécessaires transferts Nord-Sud dans le cadre des politiques climatiques. Cette commission doit rendre ses conclusions fin mai 2015. Notre proposition y sera discutée, entre autres", assure Baptiste Perrissin Fabert. 

Ce type de mécanisme ne sera pas adopté lors de la conférence de Paris sur le climat (COP21) fin 2015. "Mais ce serait bien qu’un alinéa du futur accord indique qu’il sera possible à l’avenir", précise de son côté Jean-Charles Hourcade, chercheur au CIRED (Centre International de Recherche sur l’Environnement et le Développement), qui défend une telle idée depuis longtemps.

Carole Lanzi
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Plan européen d’investissement: priorité aux transports et à l’énergie, mais le financement reste incertain

La nouvelle Commission européenne dirigée par Jean-Claude Juncker s’est donné comme priorité n°1 de relancer la croissance et l’emploi. Comment ? Avec un plan d’investissement de 315 milliards d’euros sur trois ans. L’énergie et les transports figurent parmi les secteurs clés. Mais ce...

Commission européenne : l’environnement dissous dans la croissance verte et bleue

En charge de l’Environnement… et des Affaires maritimes et de la Pêche : le mandat du nouveau commissaire traduit un virage de la politique environnementale européenne, où priorité est donnée à la croissance. La personnalité controversée du commissaire Karmenu Vella accentue encore les...

Commission européenne : le nouveau commissaire pour l’Énergie et le Climat suscite la polémique

Dévoilée hier, c’est l’une des principales nouveautés de la nouvelle commission Juncker : les directions Énergie et Climat vont être dirigées par une seule et même personne. Le portefeuille sera tenu par un Espagnol, Miguel Arias Cañete. Une nomination qui passe mal auprès des écologistes,...

Le conseiller scientifique du président de la Commission européenne, une cible idéale pour les lobbys industriels

A Bruxelles, le poste de conseiller scientifique en chef à la Commission européenne suscite la polémique. La grogne est portée par une trentaine d’ONG qui dénoncent le pouvoir confié à un seul expert. Qui, de plus, n’a de comptes à rendre qu’au président de la Commission.

Les paradis fiscaux au cœur de la crise financière

Les déclarations politiques sur la disparition des paradis fiscaux comme condition indispensable à la sortie de crise se sont multipliées ces derniers jours. Véritables « trous noirs » de la finance mondiale, ils abriteraient aujourd'hui 11 000 milliards de dollars d'actifs et 2,5 millions...

ÉNERGIE

Transition énergetique

La transition énergétique désigne le passage de l’utilisation massive d’énergies fossiles, épuisables et émettrices de gaz à effet de serre (pétrole, charbon, gaz), vers un bouquet énergétique donnant la part belle aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique.

Après un second vote, l'huile de palme finalement exclue des biocarburants

[Mis à jour le 18/11/19] Les députés ont corrigé le tir sur l'huile de palme. Après un vote en catimini jeudi soir qui reportait son exclusion des biocarburants à 2026, ils ont fait marche arrière lors d'un nouveau vote vendredi 15 novembre. Cette seconde délibération avait été demandée par les...

BpifranceAdeme accelerateur Novethic

Bpifrance et l’Ademe veulent faire décoller les PME de la transition énergétique

C’est une vraie piqûre d’adrénaline que vont recevoir les PME de la transition énergétique. La banque publique d’investissement (BPI) et l’Ademe en ont sélectionné une trentaine pour participer à leur accélérateur d’entreprises. Cet entraînement intensif à la croissance doit les pousser à grandir et...

Manihestation Equateur Quito Twitter santiak

La terrible crise en Équateur illustre les risques d’une transition injuste touchant les populations les plus pauvres

En Équateur, la partie de la population la plus fragile, en particulier les Indiens, a mis la rue en feu après un décret présidentiel qui a supprimé les subventions aux carburants, faisant doubler les prix. Cette condition était imposée par le FMI en échange d’un prêt de plusieurs milliards de...

Pacte productif : le gouvernement veut réconcilier l’industrie et le climat

Bruno Le Maire a présenté les premières orientations de son pacte productif. Celui-ci doit permettre d’atteindre le plein-emploi en 2025, en favorisant la relocalisation d’usines sur le territoire. Mais cette réindustrialisation doit se faire en respectant l’objectif de la neutralité carbone de la...