Publié le 18 avril 2016

ÉNERGIE

Programmation pluriannuelle de l’énergie : le volet sur les renouvelables adopté, celui sur le nucléaire présenté avant l’été

C'est un sujet de tensions entre la ministre de l’Environnement et plusieurs acteurs de la société civile. Début avril, Ségolène Royal avait déclaré que la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) n’était pas prête, en raison des incertitudes qui pèsent sur le nucléaire. Elle avait alors décidé de ne publier que la partie portant sur les énergies renouvelables, au grand dam des ONG environnementales. Ce volet vient d’être adopté et des précisions apportées sur la présentation d’une PPE complète.

Centrale nucléaire Bugey PHILIPPE DESMAZES AFP
La centrale nucélaire du Bugey, dans le département de l'Ain, photographié le 8 avril 2016.
Philippe Desmazes / AFP

Le Conseil supérieur de l'énergie (CSE) a adopté, vendredi 15 avril, un projet d'arrêté gouvernemental très attendu. Un texte relatif à la programmation des capacités de production d'énergies renouvelables (EnR). Il avait été présenté début avril par le ministère de l’Environnement.

Le texte a été légèrement amendé depuis lors. Il revoit notamment à la hausse les objectifs de développement en termes de puissance installée pour l’éolien terrestre aux horizons 2018 et 2023. 

Le Syndicat des énergies renouvelables (SER), membre du CSE, a préféré voter pour ce texte plutôt que d’attendre une PPE (Programmation pluriannuelle de l’énergie) globale. "Nous attendions ce texte réglementaire depuis des mois. Il va permettre de lancer et de séquencer les futurs appels d'offres pour plusieurs filières majeures de notre secteur", a salué Jean-Louis Bal, président du SER, dans un communiqué. 

 

Une stratégie énergétique globale présentée cet été? 

 

Attendue initialement pour fin 2015, la PPE complète sera finalement présentée avant le 1er juillet 2016. Ségolène Royal s’y est engagée. La ministre de l’Environnement précise que cette feuille de route de la transition énergétique comprendra une fourchette du nombre de réacteurs à fermer en fonction de deux scénarii (baisse ou maintien de la consommation d’énergie), mais qu'elle ne précisera pas les centrales à démanteler.

Des propos confirmés par François Hollande, sur le plateau de France 2 jeudi soir. Le chef de l’État a ainsi rappelé que ce n’est qu’à partir de 2019 que la fermeture de nouveaux réacteurs se posera. "Ce sera à EDF, après l’Autorité de sûreté nucléaire, de nous dire quelles sont les centrales qui devront être fermées et au contraire les autres qui devront être prolongées". Le gouvernement attend l’avis générique de l’ASN en 2018 sur le prolongement de la durée de vie des centrales au-delà de 40 ans, puis un avis au cas par cas à partir de 2019.

Après l’adoption de la PPE, qui pourrait prendre plusieurs mois, EDF devra établir, dans les six mois suivant sa publication, un "plan stratégique" qui présente les actions à mettre en œuvre pour respecter les objectifs de cette programmation pluriannuelle de l'énergie.  

Concepcion Alvarez
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Transition énergetique

La transition énergétique désigne le passage de l’utilisation massive d’énergies fossiles, épuisables et émettrices de gaz à effet de serre (pétrole, charbon, gaz), vers un bouquet énergétique donnant la part belle aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique.

Eoliennes petrole transition energetique pixabay

Climat : Oxfam appelle le gouvernement à contraindre les banques à se désengager des énergies fossiles

L'ONG Oxfam appelle le gouvernement à prendre des mesures contraignant les banques à ne plus investir dans les énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz) pour respecter l'Accord de Paris sur le climat. Selon l’ONG, sur la période 2016-2017, les six plus grandes banques françaises ont consacré la...

Mine de charbon McArthur australie BHPBilliton BHP

La plus grande entreprise minière au monde BHP va tourner le dos au charbon

Le charbon est loin d’être mort mais il perd de plus en plus d’alliés. Après les investisseurs qui s’éloignent de ce secteur, ce sont désormais les entreprises minières qui montrent leur désamour. À la suite de Rio Tinto et Glencore, c’est au tour de BHP d’annoncer une stratégie de retrait du...

Turbine gaz a Belfort general Electric SebastienBozon AFP

GE met les suppressions d’emplois annoncées en France sur le dos d’une transition énergétique mal anticipée

Les difficultés globales rencontrées par GE pèsent lourdement sur la France. Confronté à un marché énergétique qui s’est montré peu favorable au gaz, le groupe continue de couper dans ses capacités de production, en particulier à Belfort. Pour le PDG, il s’agit de s’adapter sa production à la...

La sortie du charbon va couter 40 milliards d euros a l allemagne

L'Allemagne va débourser 40 milliards d'euros pour accompagner socialement sa transition énergétique

40 milliards d’euros. C’est le prix à payer pour reconvertir les quatre principales régions allemandes dépendantes des mines et centrales à charbon, le gouvernement souhaitant abandonner cette énergie polluante d'ici 2038. Et l’enjeu est de taille, il s’agit de "créer de nouveaux empois avant que...