Publié le 27 novembre 2018

ÉNERGIE

Programmation pluriannuelle de l’énergie : le gouvernement promet 71 milliards d'euros de soutien aux énergies renouvelables

Mardi 27 novembre, avec plus d’un mois de retard, le gouvernement a finalement présenté sa feuille de route énergétique pour les dix ans à venir. Un accroissement des soutiens aux énergies renouvelables est annoncé, tandis que 14 réacteurs nucléaires seront mis à l’arrêt.

François de Rugy, Brune Poirson, Elisabeth Borne et Emmanuelle Wargon ont présenté la programmation pluriannuelle de l'énergie.
@MTES

Le soutien au développement des énergies renouvelables va passer de 5 milliards actuellement "à 7 à 8 milliards d'euros par an", a annoncé mardi le président Emmanuel Macron, évoquant un triplement de l'éolien terrestre et une multiplication par cinq du photovoltaïque d'ici 2030.

"Nous concentrons nos efforts sur le développement des énergies renouvelables les plus compétitives, et parce que nous veillons au pouvoir d'achat des Français, nous serons exigeants avec les professionnels sur la baisse des coûts", a-t-il dit dans un discours sur la transition énergétique à l'Élysée.

Dans le détail, les dépenses annuelles doivent atteindre jusqu'à 8 milliards d'ici la fin de la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE), qui s'achève en 2028, selon l'Élysée. Cela représente un total de 71 milliards d'euros de soutien aux énergies renouvelables (électriques, biogaz, chaleur renouvelable) sur 2019-2028.

Réduction de 40 % des émissions de CO2

"La montée en puissance des énergies renouvelables en France est inéluctable", a estimé Emmanuel Macron, alors que la France veut augmenter le poids des renouvelables dans la production d'électricité et réduire celle du nucléaire.

François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire, a détaillé ce programme. "Nous sommes à 5,5 milliards d'euros de soutien aux énergies renouvelables en 2019. Nous sommes prêts à passer à 7 à 8 milliards par an dans une période de dix ans", confirme-t-il. L’objectif est d’atteindre "40 % de part renouvelable dans la production d'électricité d'ici 2030".

Cela a pour objectif une décarbonation globale de l’économie. Aussi le ministre fixe "comme objectif 40 % d'émission carbone en moins d'ici 2030". Cela va plus loin que le taux précédent qui était de 30 %.

Concernant le charbon, l’objectif de fermer les quatre dernières centrales françaises d’ici 2022. Enfin le ministre a confirmé les annonces d’Emmanuel Macron sur la fermeture de 14 réacteurs nucléaires d’ici 2035. Il explique : "Il faut une trajectoire prévisible. Nous assumons qu'il faut une progressivité [...] Il faudra vérifier que d'autres modes de production prennent le relais". Comprendre : éviter d’avoir recours à des énergies fossiles pour la production d’électricité.

La rédaction avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Transition énergetique

La transition énergétique désigne le passage de l’utilisation massive d’énergies fossiles, épuisables et émettrices de gaz à effet de serre (pétrole, charbon, gaz), vers un bouquet énergétique donnant la part belle aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique.

Chaudiere gaz iStock

Logements neufs : le gouvernement veut favoriser l'électricité et bannir le gaz

Changement de donne pour les logements neufs. Le ministère de la Transition écologique vient d'annoncer une nouvelle règlementation (RE 2020) qui va peu à peu bannir le gaz, à la faveur de l'électricité. Pour éviter un recours massif aux convecteurs électriques, très énergivores, le gouvernement...

Transition energetique G20 raisons d esperer lueur espoir lumiere pixabay

[Infographie] Transition énergétique dans les pays du G20 : quelques raisons d’espérer

Les politiques climatiques ont (enfin) commencé à porter leurs fruits. Dans les pays du G20, selon un nouveau rapport de Climate Transparency, publié ce mercredi 18 novembre, les émissions de CO2 liées à l'énergie ont baissé en 2019, sans que cela ne soit lié à un choc externe. Une première ! En...

Centrale de Larivot EDF

En Guyane, un projet de centrale porté par EDF illustre le casse-tête de la transition énergétique

Un projet controversé de centrale électrique, porté par EDF, doit voir le jour d'ici 2024 en Guyane. Elle fonctionnerait avec des biocarburants, qui ne doivent pas entraîner de changement d'affectation des sols et dont l'approvisionnement n'a pas encore été précisé. L'objectif est de remplacer une...

Acierie Zenica en Bosnie Arcelor Mital

[Bonne Nouvelle] ArcelorMittal Europe va livrer ses premières tonnes d'acier bas carbone dès 2020

Pour l’industrie lourde, la baisse des émissions de CO2 est un exercice difficile. L’aciériste Arcelor Mittal vise la neutralité carbone en 2050. Pour atteindre cet objectif, celui-ci annonce la production d’un acier vert dès 2020 où l’utilisation massive d’énergie emploiera de l’hydrogène propre....