Publié le 06 décembre 2015

Cop21 logo

ÉNERGIE

Produire du textile en France et dans le respect du climat, c'est rentable !

TDV Industries fabrique des vêtements professionnels depuis 150 ans. Il y a 15 ans, cette entreprise familiale a massivement investi dans son appareil de production, localisé en France, et dans le respect de l'environnement. Une stratégie gagnante puisque, dans un contexte textile sinistré dans l'Hexagone, l'entreprise tire son épingle du jeu. Entretien avec Corinne Lutin-Delzers, la directrice du marketing et du développement international de cette PME de 168 personnes.

Photo d'illustration
TDV Industries / DR

Novethic. Votre entreprise de textile reste l'une des rares implantées en France. Et pourtant elle prend en compte le respect de l'environnement, et notamment la question climatique, sur l'ensemble de sa chaîne de production...

Corinne Lutin-Delzers. Et c'est rentable! Notre entreprise est familiale, elle existe depuis 150 ans. Le respect des hommes et de l'environnement a toujours été présent dans les valeurs de TDV Industries. Mais c'est il y a 15 ans, en pleine crise du textile, que nous avons vraiment pris le virage du développement durable. Nous avons commencé à réinvestir en France et dans du matériel nous permettant d'économiser de l'eau et de l'énergie. Beaucoup nous ont pris pour des fous ! L'entreprise compte aujourd'hui 168 salariés et nous n'avons pas fait de plan de licenciement depuis 35 ans. Dans le secteur du textile, c'est rare.

 

Novethic. Comment cela se traduit-il concrètement ?

Corinne Lutin-Delzers. Notre modèle de production est vertueux parce qu'il est intégré. Sur un même site, nous filons, tissons, teignons et réalisons la finition des tissus (ceux-ci peuvent être ignifugés pour les vêtements de pompiers ou enduits d'anti-moustiques par exemple). Cela nous permet d'éviter les déplacements, émetteurs de CO2. Mais les efforts se font tout au long de la chaîne de production. Pour nos matières premières, nous nous fournissons essentiellement en coton du Mali (90%) car celui-ci ne nécessite aucune irrigation mécanique : il pousse grâce à l'eau de pluie. Notre impact hydrique est donc nul. Nous avons aussi une partie de coton bio et équitable. Nous avons également fortement investi dans nos appareils de production : notre nouvelle ligne de préparation de teinture nous a coûté 6 millions d'euros, soit 15 % de notre chiffre d'affaires. Cela nous permet de recycler l'eau de la teinture (20 % d'économie, NDLR), de récupérer la chaleur d'une machine pour en chauffer une autre. Nous recyclons 80 % de nos déchets et 90 % de notre filature. Nous avons des compteurs d'énergie un peu partout, nous limitons au maximum les déplacements, etc. Ces efforts, nous les faisons dans toutes nos activités.

 

En Allemagne, les clients ne sont pas prêts à payer pour l'écologie

 

Novethic. Cette politique réclame de gros investissements. Est-ce que vous parvenez à la valoriser auprès de vos clients?

Corinne Lutin-Delzers. Cela fait partie de notre argumentaire de vente. C'est notamment possible parce que nous pouvons mesurer l'impact de nos efforts grâce à notre calculateur environnemental. Il mesure l'empreinte carbone des produits mais aussi leur empreinte en eau et en énergie. Il permet aussi de comparer cette empreinte entre produits classiques et produits responsables. Toutes ces données sont mises en forme de façon très claire et nos clients peuvent les intégrer dans leurs rapports développement durable par exemple. Cependant, notre gamme de produits équitables ne représente aujourd'hui que 10 % de notre chiffre d'affaires. C'est bien mais nous pouvons encore faire mieux. Beaucoup de nos clients préfèrent le critère du prix à celui de la qualité. Et cette gamme est de 7 à 15% plus chère qu'une gamme classique. Si chaque opérateur veut ensuite prendre sa marge, cela renchérit beaucoup le coût du vêtement.

 

Novethic. Vous travaillez aussi à l'international, notamment en Europe du Nord, des pays où l'écologie est réputée plus présente. Vos clients sont-ils plus sensibles à vos modes de production ?

Corinne Lutin-Delzers. Pas vraiment. Il y a un grand écart mais en faveur de la France. En Allemagne par exemple, l'écologie reste une jolie histoire mais pour laquelle les clients ne sont pas forcément prêts à payer. En France, certains acheteurs, via notamment la commande publique, ont commencé il y a 10 ans à intégrer les préoccupations éthiques et environnementales. En Suisse par exemple, cela débute maintenant.

 

Novethic. Quelles sont les difficultés auxquelles vous êtes confrontés?

Corinne Lutin-Delzers. Notre charte achat précise qu'il faut se fournir au plus près. Ce n'est pas toujours évident car on ne trouve quasiment plus de fibres synthétiques en France. Nous essayons aussi de trouver une alternative au coton, en développant une filière française du chanvre. Celui ci n'a besoin ni d'eau ni de pesticides et peut parfaitement pousser dans l'Hexagone, dans l'Aube et le Nord-Ouest. Mais la fibre n'est pas encore exploitable en tant que telle -en France, sa froissabilité peut être un frein pour des vêtements professionnels, notamment ceux portés dans les espaces de vente par exemple.

Propos recueillis par Béatrice Héraud
© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Exoès produit de l’énergie à partir du pot d’échappement des camions

Deux tiers de l'énergie primaire dans le monde est perdue sous forme de chaleur. Un gâchis alors qu’il faut limiter au maximum les émissions de CO2. En partant de ce constat, Arnaud Desrentes a imaginé un procédé qui permet de récupérer la chaleur des pots d’échappement des véhicules et...

Climat : Un projet pour financer la restauration des sols à grande échelle

Le premier fonds destiné à mettre fin à la dégradation des terres dans le monde a été créé. Il est né d'un partenariat signé entre les ministères français de l’Agriculture et du Développement, la Convention des Nations Unies pour la Lutte Contre la Désertification et la société de gestion...

Jean Ballandras : "Le débat sur la compétitivité des énergies renouvelables n'a plus lieu d'être"

Akuo Energy est une entreprise française en pleine croissance. Son modèle économique, basé sur les énergies renouvelables, rencontre un succès probant, notamment à l'étranger et en outremer. Rencontre avec...

Pour Ikea, la COP21 est un "moment charnière"

Ikea France est l'une des entreprises sponsor de la Conférence climat de Paris. Une sorte d'évidence pour le groupe d'ameublement suédois qui s'est fortement engagé dans les énergies...

COP21 : Liter of light apporte la lumière à des milliers de personnes

Une bouteille d’eau, une Led, une batterie, un panneau solaire et le tour est joué ! Ce système peu coûteux et très simple a été imaginé par Liter of Light (un litre de lumière en français), une ONG présente dans plus de 30 pays, dont le but est de permettre à des milliers de personnes...

ÉNERGIE

Transition énergetique

La transition énergétique désigne le passage de l’utilisation massive d’énergies fossiles, épuisables et émettrices de gaz à effet de serre (pétrole, charbon, gaz), vers un bouquet énergétique donnant la part belle aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique.

Coradia iLint2018 Alstom

La France sur les rails d'une "révolution de l'hydrogène"

Mettre la France en pointe mondiale de l'hydrogène vert : l'ambition du gouvernement a clairement été affirmée lors du premier Conseil national de l'hydrogène fin février. Avec un plan de financement à 7 milliards d'euros, déjà 27 projets soutenus depuis septembre et des premiers trains à propulsion...

Bill Gates Breakthrough Energy CCO

Bill Gates déroule son plan pour réduire à zéro les émissions de gaz à effet de serre

Il reste optimiste. Mais dans son nouveau livre "Climat : comment éviter un désastre", le fondateur de Microsoft s’inquiète de l’immense marche à franchir pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre à zéro. Pragmatique, Bill Gates propose une feuille de route pour lutter contre le...

Pour la première fois, en 2020, le monde a plus investi dans les énergies vertes que dans les fossiles

Cela pourrait ressembler à un point de bascule. Tandis que les énergies renouvelables ont dépassé les 500 milliards de dollars d’investissements en 2020, ceux dans la production de pétrole et de gaz se sont effondrés à moins de 400 milliards de dollars. C’est la première fois que les premiers...

Transition energetique tirelire traite charte energie recours investisseurs istock

La France appelle l’Union européenne à sortir du Traité sur la charte de l’énergie, un texte à haut risque pour la transition

La France appelle l'Union européenne à envisager une sortie du Traité sur la charte de l'énergie (TCE) d'ici la fin de l'année, si le processus de modernisation du texte n'aboutit pas. L'accord, signé en 1994 par l'Europe et les pays de l'ancien bloc soviétique, donne aux investisseurs la...