Publié le 13 janvier 2014

ÉNERGIE

Les atouts écologiques de la filière bois ne suffisent pas à lui apporter le succès

Alors qu'aucune autre industrie ne dispose d'une telle ressource sur le territoire national, le secteur du bois affiche un déficit commercial de 6 milliards d'euros. Les nombreux plans de développement de la filière n'y ont rien changé. Comment alors permettre à la filière bois de prendre le chemin de la transition écologique ?

141890_GF.jpg

© onf

La filière forêt-bois en chiffres

· 31 % du territoire national est forestier, soit le 3e rang européen

· 70 % des surfaces forestières sont couvertes de feuillus. La France est le premier producteur européen de chêne, hêtre et peuplier

· 3,5 millions de propriétaires se partagent les 3/4 de la surface forestière française

· Chiffre d'affaires : 60 Mrds €

· Emplois : 450 000 emplois directs ou indirects

· Déficit de la balance commerciale : 6 Mrds €

Dans les 34 plans de « reconquête industrielle » annoncés par l'Elysée en septembre 2013, on trouve la filière bois. A l'heure de la transition écologique, la filière compte en effet de nombreux atouts. Cette ressource est renouvelable et abondante puisque la France possède la troisième plus grande forêt d'Europe. Pourtant, la balance commerciale du secteur reste largement déficitaire (6 Mds€), un des plus gros déficits après l'énergie. En cause, les exportations croissantes de grumes, surtout vers la Chine, et l'importation de produits transformés. Un rapport interministériel sur les usages non-alimentaires de la biomasse paru en septembre 2012 parle même de pays « en voie de sous-développement » pour la filière bois. Ce n'est pas par manque d'intérêt : plusieurs plans nationaux ont été élaborés. Mais aucun n'a réussi à renverser la tendance.

Sur le papier, l'enjeu parait pourtant simple : mieux mobiliser la ressource française en bois alors que seulement 60 % de la production biologique de la forêt est exploitée. Depuis l'après-guerre, la stratégie nationale consiste principalement à financer les industries aval pour tirer l'offre de bois vers le haut, explique Christophe Chauvin, chercheur à l'Irstea : « Privilégier les gros projets industriels en aval est tentant, mais peut être contreproductif pour structurer la filière bois ». Car cette « sous-utilisation » est structurelle, liée notamment à une forêt privée aux mains de 3,5 millions de propriétaires. Les grosses industries sont souvent incapables de s'articuler avec cette offre dispersée. La dernière politique en date sur la filière bois-énergie en a été la preuve. Les centrales de biomasse géantes soutenues par la Commission de régulation de l'énergie ont été incapables d'augmenter la production de bois. L'échec du projet de complexe d'Erscia dans le Morvan, en est le témoin. Le triptyque scierie-centrale thermique-usine de granulat qui devait être exemplaire d'une filière bois écologique a finalement été suspendu en octobre par une décision du Conseil d'Etat au motif que ses dégâts écologiques irréversibles étaient excessifs au regard des bénéfices...

Conflits d'usages

Au final, les nouveaux projets entrent en concurrence avec les filières en place. « L'industrie papetière ne veut pas entendre parler du bois énergie », illustre Marie-Claude Bergouignan, économiste du CNRS qui travaille sur la filière bois dans les Landes. Ces conflits d'usage sont accentués par un autre paradoxe de la filière : l'augmentation de l'utilisation des coproduits du bois d'œuvre, pour l'énergie notamment, alors que parallèlement l'activité de sciage ne cesse de diminuer. La transformation des feuillus a ainsi baissé de 37 % entre 2002 et 2010, au profit de l'exportation directe des grumes. « Ce faisant, on exporte le bois d'œuvre, mais on exporte aussi tous les produits connexes (souches, branchages, sciures, copeaux, chutes, etc. ndlr) qui sont aujourd'hui très demandés par la filière aval», explique Catherine De Menthière du ministère de l'Agriculture, co-auteur du rapport. En effet, le sciage du bois produit autant de bois d'œuvre que de connexes.

Troisième paradoxe du secteur, l'industrie du bois fait la part belle aux résineux, sous l'influence des marchés développés par les pays du nord de l'Europe notamment. « Cela veut dire que les deux tiers de notre ressource ne sont pas valorisés » car la France compte 70 % de forêts de feuillus, souligne Catherine De Menthière.

Le bois de construction, l'avenir de la filière ?

Pour les experts, la France doit donc soutenir la production de bois d'œuvre de feuillus. Cela passera par le secteur de la construction, selon Gérard Deroubaix, directeur du pôle Environnement-Santé de l'institut technologique FCBA (Forêt, Cellulose, Bois-construction, Ameublement). « Depuis quelques années, le ministère du logement travaille à lever les contraintes réglementaires pour favoriser l'utilisation du bois dans le secteur. Mais il n'arrive pas à imposer un minimum de bois dans les nouveaux bâtiments face au lobby des autres acteurs de la construction », confie Gérard Deroubaix. Aujourd'hui, les matériaux de construction comptent 12% de bois, dont 40% vient directement des scieries françaises. Le secteur devra aussi mieux mobiliser la ressource en bois française. Plusieurs experts défendent pour cela des unités industrielles de taille moyenne à l'aval. « L'enjeu n'est pas la recherche d'économie d'échelle mais l'utilisation optimale des ressources du territoire », souligne Christophe Chauvin.

La nouvelle loi d'Avenir pour l'Agriculture, l'Alimentation et la Forêt dont le titre V vient d'être adopté par l'Assemblée nationale doit justement permettre « d'accompagner une gestion plus durable de la forêt en même temps qu'une meilleure valorisation de la ressource en bois ». Elle consacre notamment le fonds stratégique de la forêt et du bois pour financer les projets d'investissement, de recherche, de développement et d'innovation, souligne le ministère de l'Agriculture.

Magali Reinert
© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Transition énergetique

La transition énergétique désigne le passage de l’utilisation massive d’énergies fossiles, épuisables et émettrices de gaz à effet de serre (pétrole, charbon, gaz), vers un bouquet énergétique donnant la part belle aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique.

Duo planification ecologique

Agnès Pannier-Runacher et Amélie de Montchalin : les deux jambes d’Elisabeth Borne pour mener à bien la planification écologique

Après de longs jours d'attente, le gouvernement d'Elisabeth Borne a été dévoilé ce vendredi 20 mai en milieu d'après-midi. Les nominations des deux ministres chargées de mener à bien la transition au côté de la Première ministre étaient très attendues par les spécialistes de l'écologie. Il s'agit...

Ursula von der leyen repower EU 180522 CE

Pour se passer du gaz russe, la Commission européenne relève ses objectifs en matière de renouvelables et d'efficacité énergétique

La Commission européenne a présenté mercredi 18 mai son plan Repower EU pour se passer à terme des hydrocarbures russes et réduire notre dépendance et notre vulnérabilité. Alors que plusieurs directives sont en cours de révision dans le cadre du Green Deal, Bruxelles propose de relever les objectifs...

Ville verte sobriete frugalite pietons velos verdure transition istock Michael Wels

La sobriété, un levier de plus en plus crédible pour atteindre la neutralité carbone

Autrefois taboue, la sobriété fait de plus en plus partie du débat public quand il s'agit d'évoquer les solutions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. La notion a ainsi émergé dans tous les grands rapports publiés depuis un an et commence même à être reprise par certains politiques....

Methaniseur CC0 Martina Nolte

Le biogaz, une alternative made in France au gaz russe qui est loin de faire l'unanimité

Face aux tensions d’approvisionnement en gaz russe, la France mais aussi l’Union européenne misent sur le biogaz. Produit grâce à la fermentation de matières organiques, il pourrait fournir 7 à 10 % de la consommation dans l’Hexagone à l’horizon 2030, soit la moitié du gaz importé depuis Moscou....