Publié le 21 décembre 2021

ÉNERGIE

Les arrêts de réacteurs nucléaires révèlent les failles de la transition énergétique

EDF vient d'annoncer la mise à l’arrêt et la prolongation de l'arrêt de quatre des plus gros réacteurs de l’Hexagone, ce qui porte le nombre total de réacteurs hors d’usage à un tiers du parc. De quoi inquiéter à l’entame de l’hiver, période où la consommation d'électricité est la plus importante. La situation vient accentuer encore un peu plus la crise énergétique que nous traversons mais révèle aussi les failles d’une transition énergétique qui peine à se concrétiser et dont le citoyen paye les pots cassés.  

Centrale nucleaire de chooz edf CC0 Raimond Spekking
Des contrôles sur d'autres réacteurs nucléaires français du même type "pourraient s'avérer nécessaires", a estimé l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN).
@CCO / Raimond Spekking

16 sur 56 : c’est le nombre de réacteurs nucléaires à l’arrêt en cette fin décembre. Cela représente un tiers du parc alors que l’atome assure la majorité de notre approvisionnement en électricité. La semaine dernière, EDF a annoncé la mise à l’arrêt des deux réacteurs de la centrale de Chooz dans les Ardennes jusqu’à la fin janvier, et le prolongement de l’arrêt de deux réacteurs de même type à Civeaux dans la Vienne, jusqu’au printemps, en raison de défaut de soudures. Or, ces deux centrales sont les plus puissantes du réseau (1 400 mégawatts) et aussi les plus récentes – elles ont été installées dans les années 90.

Jamais le nucléaire n’aura été aussi peu productif en période hivernale. Or les mois de janvier et février inquiétaient déjà RTE, le gestionnaire du réseau électrique, avant les annonces d’EDF. La situation révèle les failles de la transition énergétique, avec un mix encore trop dominé par le nucléaire et un retard important pris sur les renouvelables. 70 % de l'électricité française provient aujourd’hui du nucléaire, une part qui devrait baisser à 50% d'ici 2035. Tandis que les renouvelables fournissent aujourd’hui 26 % de l’électricité et devraient atteindre 40 % en 2030.

"C’est l'entêtement dans le nucléaire qui nous met dans cette difficulté"

"Je veux que l'on sorte de cette opposition stérile entre le nucléaire et le renouvelable. On n'a plus le temps avec ce genre de débat" a lancé la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, invitée de "Questions politiques" le 19 décembre . "Nous avons besoin de produire plus d’électricité, et cela demande de développer massivement les renouvelables. Si on en avait plus aujourd’hui, on aurait moins de problèmes pour passer l'hiver. Nous avons besoin de ce mix équilibré" a-t-elle expliqué.

"C’est l'entêtement dans le nucléaire qui nous met dans cette difficulté" tranche de façon plus directe Julien Bayou, le secrétaire général d’EELV, interrogé par France Info le 20 décembre. "D’autres pays, avec un mix énergétique plus varié, ont moins de difficultés. Là on a un avant-goût de l’intermittence que représente le nucléaire" lance-t-il ironiquement, en référence à l’intermittence des renouvelables, souvent dénoncée par les opposants à cette énergie.

Des contrôles sur d'autres réacteurs nucléaires français "pourraient s'avérer nécessaires", a estimé l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN). Ces incidents surviennent alors qu’EDF est de plus en plus fragilisé. La ministre de l'Industrie Agnès Pannier-Runacher avait déjà suggéré fin novembre de "relever notre niveau d'exigence pour la disponibilité du parc". La semaine dernière, Barbara Pompili "a demandé à EDF de prendre toutes les mesures pertinentes pour renforcer à court terme la sécurité d'approvisionnement, ainsi que de mener un audit indépendant sur la maîtrise industrielle et l'optimisation des arrêts de réacteurs". Un point d'étape est attendu avant mi-mars.

Concepcion Alvarez @conce1


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Transition énergetique

La transition énergétique désigne le passage de l’utilisation massive d’énergies fossiles, épuisables et émettrices de gaz à effet de serre (pétrole, charbon, gaz), vers un bouquet énergétique donnant la part belle aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique.

Eoliennes renouvelables retard france pixabay

ONG, élus, experts... Les écolos soutiennent-ils vraiment les éoliennes ?

Peut-on être écolo et anti-éolien ? Si la question paraît à première vue absurde, elle ne l'est en réalité pas tant que ça. Depuis quelques années, cette tendance émerge avec des élus, des personnalités et même des ONG qui dénigrent publiquement les énergies renouvelables ou a minima qui ne prennent...

Fusee acceleration decollage istock

Trois signes qui montrent que la transition énergétique accélère

La transition énergétique est-elle la grande gagnante des multiples crises que nous sommes en train de traverser ? Alors que beaucoup craignaient un repli des énergies renouvelables et des véhicules électriques, et un retour en force du charbon, c'est bien le contraire qui semble se produire....

Renovation thermique CCO

Interdiction à la location des passoires thermiques : pourquoi ça ne suffira pas à booster la rénovation énergétique des bâtiments

Depuis le 1er janvier, les passoires thermiques les plus énergivores ne peuvent plus être mises à la location. L'objectif est de booster la rénovation énergétique des bâtiments, un dossier qui patine depuis une quinzaine d'années, chaque acteur se renvoyant la balle. Cette nouvelle mesure est très...

Gazoduc bulgarie russie dependance NIKOLAY DOYCHINOV AFP

Crise énergétique : aucun risque de coupure avant mi-janvier, les inquiétudes se focalisent sur les prochains hivers

Si l'hiver 2022-2023 semble pour l'instant se dérouler sans accroc en France, les inquiétudes se font de plus en plus vives quant aux prochains hivers, avec le nouveau retard annoncé sur l'EPR de Flamanville et la guerre en Ukraine qui se poursuit. Alors que les importations de gaz russe devraient...