Publié le 16 octobre 2019

ÉNERGIE

La terrible crise en Équateur illustre les risques d’une transition injuste touchant les populations les plus pauvres

En Équateur, la partie de la population la plus fragile, en particulier les Indiens, a mis la rue en feu après un décret présidentiel qui a supprimé les subventions aux carburants, faisant doubler les prix. Cette condition était imposée par le FMI en échange d’un prêt de plusieurs milliards de dollars.

Manihestation Equateur Quito Twitter santiak
Plusieurs incendies ont été déclenchés lors des manifestations à Quito en Équateur.
@Santiak/Twitter

Après 12 jours de crise en Équateur, le bilan est lourd, très lourd : 8 morts, 1 340 blessés dont certains dans un état critique, 1 192 arrestations et une capitale en feu. Un calme précaire est désormais revenu dans le pays sud-américain mais pour combien de temps. Car si un accord a été trouvé entre gouvernement et manifestants, rien ne semble réglé à long terme.

À l’origine de la révolte, on trouve un décret du Président Lenin Moreno. Celui-ci a accepté de supprimer les subventions aux carburants en échange d’un prêt du Fonds monétaire international (FMI) de 4,2 milliards de dollars. Cela a entraîné une augmentation des coûts de 123 %, qui n’a pas été supportée par la partie la population la plus pauvre, en particulier les Indiens, représentant un quart de la population équatorienne.

Mouvement indigène contre gouvernement

La rue s’est soulevée. Le pays a été à l'arrêt pendant près de deux semaines, entre manifestations, blocages de routes, écoles fermées, transports publics quasi inexistants et puits pétroliers à l'arrêt, ce qui a suspendu la distribution de près de 70 % de la production de brut. L’accord trouvé avec le gouvernement le 12 octobre a simplement consisté à retirer le décret présidentiel, soit un retour à la situation d’origine moyennant de nombreuses victimes et une perte économique de 1,5 milliard de dollars.

"Ces journées doivent nous enseigner à privilégier la paix, la stabilité, la sécurité", a déclaré le président Moreno dans un message télévisé enregistré à Guayaquil, la deuxième ville d'Equateur, sur la côte ouest du pays, alors qu’il a dû y délocaliser l’exécutif en raison des affrontements à Quito. Pour les experts sur place, cette crise n’a fait qu’accentuer la méfiance entre le mouvement indigène et le gouvernement en place.

Impossible de toucher aux carburants

Cette crise équatorienne est sans doute la plus aiguë d’une tendance mondiale sur le besoin de transition juste, à l’image de celle qui se déroule en France avec les Gilets jaunes. À l’origine de cette tension dans l’Hexagone, on retrouve l’accroissement de la taxe carbone qui a fait augmenter sensiblement les prix des carburants, touchant particulièrement la partie de la population la plus pauvre.

Même dans un pays très riche comme l’Allemagne, il est impossible de réellement imposer une fiscalité écologique. Dans son plan vert de 100 milliards sur 10 ans, présenté fin septembre, la coalition gouvernementale a été incapable de mettre sur les rails une fiscalité écologique tant l’impact social observé en France et ailleurs dans le monde est craint à Berlin.

Finalement, quand bien même tous les économistes au monde jugent que la taxe carbone est l’un des plus puissants outils au monde pour accélérer la transition écologique mondiale, celle-ci est gelée en France, inapplicable en Allemagne et les subventions sont intouchables en Équateur, à l’instar de nombreux pays pétroliers.

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Transition énergetique

La transition énergétique désigne le passage de l’utilisation massive d’énergies fossiles, épuisables et émettrices de gaz à effet de serre (pétrole, charbon, gaz), vers un bouquet énergétique donnant la part belle aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique.

Transition energetique G20 raisons d esperer lueur espoir lumiere pixabay

[Infographie] Transition énergétique dans les pays du G20 : quelques raisons d’espérer

Les politiques climatiques ont (enfin) commencé à porter leurs fruits. Dans les pays du G20, selon un nouveau rapport de Climate Transparency, publié ce mercredi 18 novembre, les émissions de CO2 liées à l'énergie ont baissé en 2019, sans que cela ne soit lié à un choc externe. Une première ! En...

Centrale de Larivot EDF

En Guyane, un projet de centrale porté par EDF illustre le casse-tête de la transition énergétique

Un projet controversé de centrale électrique, porté par EDF, doit voir le jour d'ici 2024 en Guyane. Elle fonctionnerait avec des biocarburants, qui ne doivent pas entraîner de changement d'affectation des sols et dont l'approvisionnement n'a pas encore été précisé. L'objectif est de remplacer une...

Acierie Zenica en Bosnie Arcelor Mital

[Bonne Nouvelle] ArcelorMittal Europe va livrer ses premières tonnes d'acier bas carbone dès 2020

Pour l’industrie lourde, la baisse des émissions de CO2 est un exercice difficile. L’aciériste Arcelor Mittal vise la neutralité carbone en 2050. Pour atteindre cet objectif, celui-ci annonce la production d’un acier vert dès 2020 où l’utilisation massive d’énergie emploiera de l’hydrogène propre....

Armee francaise Militaire Armees

Grandes manœuvres vertes dans l’armée française

Les armées françaises engagent un grand plan de transition énergétique. L’utilisation de blindés hybrides, de programmes d’écoconceptions, de panneaux solaires, de chaudières moins émettrices a été détaillée par la ministre des Armées Florence Parly. Au-delà d’un enjeu environnemental, c’est une...