Publié le 04 juin 2018

ÉNERGIE

La France veut investir 100 millions d'euros par an dans l’hydrogène

Nicolas Hulot a dévoilé le 1er juin son plan pour le développement de la filière hydrogène en France. Le gouvernement compte mettre sur la table 100 millions d'euros en 2019 pour faire de l'Hexagone le leader mondial de ce gaz qui pourrait être une des clés de voûte de la transition énergétique. 

Une flotte de taxis à hydrogène de la marque Toyota a été lancée à Paris en 2017.
@Concepcion Alvarez

"Il ne faut pas attendre que le train parte et que la France reste à quai". Le mot d’ordre a été donné par Nicolas Hulot le 1er juin, lors de la présentation du tant attendu plan de déploiement de l’hydrogène. Le ministre de la Transition écologique et solidaire veut faire de la France le leader mondial de l’hydrogène, un objectif qu’il juge "ambitieux", mais réalisable.

Selon lui, l’hydrogène est une des clés de voûte de la transition énergétique. Ce gaz, non polluant, s’il est produit à partir d’énergies renouvelables, fournit de l’électricité grâce à une pile à combustible. "Son seul déchet c’est l’eau. Vous pouvez boire sans risque directement dans le pot d’échappement d’un véhicule à hydrogène", assure Nicolas Hulot.

Décarboner la filière industrielle 

Mais aujourd’hui, en France, 98 % de l’hydrogène est produit à partir d’énergies fossiles. Il représente 26 % des émissions de CO2 de l’industrie, et 3 % des émissions totales du pays. La première étape est donc de décarboner la filière. Avec un objectif de parvenir à 10 % d’hydrogène non produit à partir d'énergies fossiles dans l’hydrogène industriel d’ici 2023 et entre 20 à 40 % d’ici 2028.

Nicolas Hulot consacrera 100 millions d’euros en 2019 à ce chantier en espérant pouvoir renouveler cette somme chaque année. Une autre partie de l’enveloppe est destinée au développement des capacités de stockage des énergies renouvelables. L’hydrogène est en effet un moyen de stockage du surplus de production des énergies renouvelables, en l'injectant par exemple dans le réseau de gaz naturel.

Bientôt des lignes de trains à hydrogène 

"Cette ambition exige de changer d’échelle", assure Philippe Boucly de l’Afhypac association qui fédère les entreprises de la filière hydrogène. "C’est un enjeu économique", ajoute-t-il en évoquant la création de 150 000 emplois et la baisse des coûts des énergies renouvelables. "À horizon 2050, l’hydrogène pourrait répondre à 20 % de la demande d’énergie finale", avance-t-il.

Le gouvernement compte d’abord accompagner les industriels et ensuite développer des écosystèmes de mobilité à hydrogène. Il prévoit la mise en circulation de 5 000 véhicules utilitaires légers et 200 lourds d’ici 2023 ainsi que la construction de 100 stations. Et le réseau ferroviaire n’est pas oublié. "50 % du réseau ferroviaire de la France n’est pas électrifié", rappelle Henri Poupart-Lafarge, PDG d’Alstom. "L’hydrogène peut relancer ces lignes de manière propre", estime-t-il. Elisabeth Borne, ministre des Transports, a d’ailleurs annoncé l’objectif d’avoir un train hydrogène homologué d’ici la fin du quinquennat.

Reste aux acteurs de la filière de rattraper leur retard. Le Japon, la Chine ou encore l’Allemagne ont déjà un temps d’avance. L’Allemagne vise déjà les 450 stations de recharges pour 2025 et les nippons 1 000. 

Marina Fabre @fabre_marina


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Transition énergetique

La transition énergétique désigne le passage de l’utilisation massive d’énergies fossiles, épuisables et émettrices de gaz à effet de serre (pétrole, charbon, gaz), vers un bouquet énergétique donnant la part belle aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique.

Renovation thermique CCO

Interdiction à la location des passoires thermiques : pourquoi ça ne suffira pas à booster la rénovation énergétique des bâtiments

Depuis le 1er janvier, les passoires thermiques les plus énergivores ne peuvent plus être mises à la location. L'objectif est de booster la rénovation énergétique des bâtiments, un dossier qui patine depuis une quinzaine d'années, chaque acteur se renvoyant la balle. Cette nouvelle mesure est très...

Gazoduc bulgarie russie dependance NIKOLAY DOYCHINOV AFP

Crise énergétique : aucun risque de coupure avant mi-janvier, les inquiétudes se focalisent sur les prochains hivers

Si l'hiver 2022-2023 semble pour l'instant se dérouler sans accroc en France, les inquiétudes se font de plus en plus vives quant aux prochains hivers, avec le nouveau retard annoncé sur l'EPR de Flamanville et la guerre en Ukraine qui se poursuit. Alors que les importations de gaz russe devraient...

Port de barcelone CC0

La France porte un projet de pipeline qui transportera de l’hydrogène vert depuis la péninsule ibérique d’ici 2030

Le projet MidCat enterré, c'est un nouveau projet de pipeline qui vient d'être lancé pour relier la péninsule ibérique au nord de l'Europe, en passant par la France. Baptisé BarMar, il reliera Barcelone à Marseille par la mer et devrait transporter d'ici 2030 de l'hydrogène vert produit à partir...

EXIT TCE KENZO TRIBOUILLARD AFP

Traité sur la charte de l'énergie : le gouvernement français mis sous pression pour un retrait coordonné au sein de l'Union européenne

La France vient de notifier officiellement son retrait du Traité sur la charte de l'énergie (TCE), un accord accusé de bloquer la transition énergétique. Une vingtaine d'organisations appelle désormais le gouvernement à travailler sur un retrait coordonné de l'Union européenne. La modernisation du...