Publié le 20 octobre 2017

ÉNERGIE

La France doit accélérer sur la rénovation des bâtiments et les transports sous peine de louper ses objectifs climatiques

L’Ademe a révélé des scénarios énergétiques pour la France sur la période 2035-2050. Selon les spécialistes de la consommation d’énergie, les deux principaux leviers pour que le pays respecte ses engagements en matière de réduction de la consommation et de baisse des émissions sont la rénovation thermique des bâtiments et un changement des modalités de transports. 

La Twizy, voiture électrique de Renault
Renault

Rénovation des bâtiments, transports économes... La France doit renforcer très vite son action dans ces secteurs si elle veut tenir ses objectifs climatiques, souligne l'Agence pour la maîtrise de l'énergie (Ademe) dans un scénario énergie-climat 2035-2050.

Ce scénario, destiné à nourrir la politique gouvernementale, "confirme la possibilité de réduire massivement, à l'horizon 2050, les émissions de gaz à effet de serre (de plus de 70 % par rapport à 1990) et la consommation d'énergie finale (de 45 % par rapport à 2010)". Mais "il est indispensable, à court terme, de trouver les moyens d'accélérer la transition", souligne l'établissement public, qui identifie "deux chantiers prioritaires".

 

Une transition profonde des transports

Le premier serait de mettre en œuvre une stratégie de rénovation du parc de bâtiments existants, dont beaucoup consomment trop d'énergie. Il faudrait rénover 500 000 logements par an jusqu'à 2030, puis 750 000 par an jusqu'à 2050 (non seulement les "passoires", étiquetées F ou G, mais aussi d'autres moins énergivores, pour atteindre en 2050 26 millions de logements rénovés et 9 millions de neufs dotés du label qualité énergie BBC).

 

L'Ademe prône parallèlement "le déclenchement d'une transition rapide et profonde de nos modalités de déplacement", à la fois des types de véhicules (électriques, hybrides, gaz) et des infrastructures énergétiques associées (gaz, électricité). Cela permettrait d'atteindre un niveau moyen d'émissions du parc auto de 47 grammes de CO2 par kilomètre en 2050 (contre 179 aujourd'hui).

Les ENR, 69 % de le demande en énergie en 2050

 

Autres mesures, réduire la consommation énergétique dans l'industrie (évolutions technologiques, remplacement d'équipements...) et le secteur agricole, accélérer le déploiement de la chaleur renouvelable. Dans son scénario, l'Ademe suppose que les principales ressources renouvelables en développement aux horizons 2035 et 2050 sont la biomasse, l'éolien et le solaire photovoltaïque. Les énergies renouvelables pourraient, selon l'agence, représenter jusqu'à 69 % de la demande d'énergie finale en 2050 (10 % aujourd'hui).

 

Globalement, la projection intègre une reprise modérée de la croissance, une progression démographie plus faible qu'aujourd'hui, mais aussi des technologies existant pour l'essentiel déjà. Il est "possible de modifier profondément notre approvisionnement énergétique, à condition de réduire les consommations", résume David Marchal, directeur adjoint Productions et énergies durables à l'Ademe. Mais "il faudra donner un coup d'accélérateur avant 2035, sinon on va prendre trop de retard".

 

La loi de 2015 sur la transition énergétique a prévu de diviser par 4 les émissions de CO2 et de réduire de 50% la consommation d'énergie à l'horizon 2050, ce qui "représente un défi", rappelle le rapport.

 

La Rédaction avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Transition énergetique

La transition énergétique désigne le passage de l’utilisation massive d’énergies fossiles, épuisables et émettrices de gaz à effet de serre (pétrole, charbon, gaz), vers un bouquet énergétique donnant la part belle aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique.

Après un second vote, l'huile de palme finalement exclue des biocarburants

[Mis à jour le 18/11/19] Les députés ont corrigé le tir sur l'huile de palme. Après un vote en catimini jeudi soir qui reportait son exclusion des biocarburants à 2026, ils ont fait marche arrière lors d'un nouveau vote vendredi 15 novembre. Cette seconde délibération avait été demandée par les...

BpifranceAdeme accelerateur Novethic

Bpifrance et l’Ademe veulent faire décoller les PME de la transition énergétique

C’est une vraie piqûre d’adrénaline que vont recevoir les PME de la transition énergétique. La banque publique d’investissement (BPI) et l’Ademe en ont sélectionné une trentaine pour participer à leur accélérateur d’entreprises. Cet entraînement intensif à la croissance doit les pousser à grandir et...

Manihestation Equateur Quito Twitter santiak

La terrible crise en Équateur illustre les risques d’une transition injuste touchant les populations les plus pauvres

En Équateur, la partie de la population la plus fragile, en particulier les Indiens, a mis la rue en feu après un décret présidentiel qui a supprimé les subventions aux carburants, faisant doubler les prix. Cette condition était imposée par le FMI en échange d’un prêt de plusieurs milliards de...

Pacte productif : le gouvernement veut réconcilier l’industrie et le climat

Bruno Le Maire a présenté les premières orientations de son pacte productif. Celui-ci doit permettre d’atteindre le plein-emploi en 2025, en favorisant la relocalisation d’usines sur le territoire. Mais cette réindustrialisation doit se faire en respectant l’objectif de la neutralité carbone de la...