Publié le 08 juillet 2016

ÉNERGIE

L’ombre du nucléaire plane sur la transition énergétique

Le gouvernement a mis en consultation, le 1er juillet dernier, la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). Il s’agit d’un document référent destiné à encadrer la production et la consommation d’énergie sur la période 2016-2023. Cette feuille de route doit servir de boussole afin que soient respectés les objectifs fixés par loi de transition énergétique, en particulier la réduction de la part du nucléaire de 75 % à 50 % d’ici 2025. Pourtant, le document présenté par Ségolène Royal, la ministre de l’environnement, reste flou sur la question atomique. Et c’est EDF qui pourrait, in fine, en faire les frais. Explications.

Centrale nucléaire Bugey PHILIPPE DESMAZES AFP
La centrale nucélaire du Bugey, dans le département de l'Ain, photographié le 8 avril 2016.
Philippe Desmazes / AFP

C’est un document que les associations de défense de l’environnement ont longuement attendu. La programmation pluriannuelle de l’énergie aurait dû être présentée fin 2015. Il aura fallu attendre 6 mois supplémentaires pour découvrir ce texte dont le rôle est d’encadrer la transition énergétique.

Les presque 300 pages de cette PPE ne contiennent pas de surprises concernant la réduction des gaz à effet de serre, la baisse de la consommation d’énergies fossiles et la montée en puissance des énergies renouvelables. Reste l’épineuse question du nucléaire. Un nœud gordien que cette PPE se garde bien de trancher.

 

Fermetures de réacteurs nucléaires : le grand flou

 

Si Ségolène Royal était particulièrement attendue sur cette question, elle a de ce point de vue déçu les acteurs de la société civile. Elle avait notamment affirmé que la programmation pluriannuelle de l’énergie mentionnerait une fourchette du nombre de réacteurs à fermer. Or rien de tel ne figure dans le document. Il est néanmoins mentionné que la production électrique d’origine atomique devra baisser d’ici 2023, de 10 à 65 térawattheures (TWh). Une baisse de 10 TWh correspond à la l’arrêt d’une seule tranche d’une centrale comme celle de Fessenheim, dont la fermeture, pourtant promise par François Hollande lors de sa campagne présidentielle, reste incertaine.

65 TWh correspond à la fin de l’exploitation d’une dizaine de réacteurs. Mais même en fermant ces 10 réacteurs, il sera impossible d’atteindre les objectifs de la loi de transition énergétique, qui prévoit une réduction de 75 % à 50 % de la part du nucléaire. En début d’année, la Cour des Comptes s’est intéressée de près au sujet. Ses conclusions ont été sans appel : tenir les engagements contenus dans la loi nécessite de mettre à l’arrêt entre 17 et 20 réacteurs sur les 58 que compte aujourd’hui le parc français.

Une dichotomie qui agace Arnaud Gossement. Cet avocat, spécialiste en droit de l’environnement, estime que "le document publié début juillet ne contient rien de neuf". Il s’inquiète du fait que "l’on semble à nouveau décorréler la question du nucléaire de celles des énergies renouvelables. Ce fut la même chose en 2008 lors du Grenelle de l’environnement". Et Arnaud Gossement d’inviter l’État à sortir, enfin, de l’ambiguïté. "Plutôt que d’adopter cette attitude fuyante, le gouvernement ferait mieux de nous dire : actuellement, on ne peut pas publier une vraie PPE car baisser la part du nucléaire, ce serait prendre un risque énorme pour EDF, c’est mettre l’énergéticien historique en danger".

 

"EDF a intérêt à ce qu’on lui torde le bras"  

 

Pourtant, les arguments en faveur d’une fermeture des centrales vieillissantes d’EDF ne manquent pas. Outre les habituels risques pointés par les contempteurs de l’atome, c’est l’énergéticien français qui pourrait en tirer le plus grand avantage. "Au niveau européen, nous vivons une période de surproduction. C’est d’ailleurs pourquoi les prix s’effondrent" analyse Maryse Arditi. La membre du directoire du réseau énergie de l’ONG France Nature Environnement pointe une donnée peu connue : la puissance des centrales nucléaires française est utilisée, en moyenne, à 74 %. Contre plus de 90 % sur le reste du continent.

"EDF à intérêt à ce qu’on lui torde le bras. Il est possible de baisser le nombre de centrales utilisées tout en maintenant le niveau de la production". Un moyen pour elle de maintenir les recettes de l’entreprises tout en évitant le "bricolage". "Nombre de réacteurs sont atteints par la limite d’âge. Il est presque impossible de tous les rénover à des conditions de sécurité satisfaisantes. Les moyens à engager sont colossaux. Les alertes de l’autorité de sûreté nucléaire (ASN) sont d’ailleurs très claires sur le sujet. Maintenir l’ensemble du parc atomique en l’état, c’est préparer les conditions d’un gros pépin".

A l’image de celui ayant eu lieu à la centrale de Paluel le 31 mars dernier et qui n’a heureusement pas fait de victime. Pour Anne Bringault, du Réseau action climat et du Réseau pour la transition énergétique, le gouvernement doit revoir sa copie. Interrogée par Le Monde, elle demande à ce que la PPE définisse "un cadre clair à EDF afin d’éviter les investissements inutiles dans la maintenance des réacteurs qui fermeront et anticiper les transitions professionnelles".

La programmation pluriannuelle de l’énergie sera débattue le 13 juillet prochain par le Conseil National de Transition Écologique.

Antonin Amado
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Programmation pluriannuelle de l’énergie : le volet sur les renouvelables adopté, celui sur le nucléaire présenté avant l’été

C'est un sujet de tensions entre la ministre de l’Environnement et plusieurs acteurs de la société civile. Début avril, Ségolène Royal avait déclaré que la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) n’était pas prête, en raison des incertitudes qui pèsent sur le nucléaire. Elle avait...

4 ans après Fukushima, le Japon rebranche le nucléaire

Un réacteur a été rallumé ce mardi au sud-ouest du Japon. Une première depuis l’accident de Fukushima et la décision de mettre à l’arrêt la cinquantaine de centrales que compte l’archipel. Pour le Premier ministre Shinzo Abe, la relance du nucléaire est un impératif économique, le pays...

A quel prix financer le nucléaire ?

Au centre de seson combat anti-nucléaire, Greenpeace place la lutte contre le financement de nouvelles centrales. Pour ce faire, elle attaque de front les banques et plus particulièrement BNP Paribas , premier financeur mondial du nucléaire. De son côté, la banque fait valoir qu'un mois...

Démantèlement nucléaire : une addition bien plus salée que prévu pour EDF

EDF aura-t-il les moyens de démanteler ses centrales nucléaires ? Méthode de calcul sous-évaluant les coûts, gestion des déchets radioactifs impossible à chiffrer... La facture risque d'être bien plus salée que prévu. Une chose est sûre : le bilan provisoire des projets de démantèlement en...

Allemagne : la durée de vie des centrales nucléaires prolongée jusqu'à 14 ans

Les centrales nucléaires allemandes verront leur durée de vie rallongée de huit à 14 ans par rapport à l'échéance initiale de 2022. L'accord entre les partenaires de la coalition conservatrice-libérale (CDU-FDP) de la chancelière Angela Merkel met fin au consensus actuel sur la sortie du...

ÉNERGIE

Transition énergetique

La transition énergétique désigne le passage de l’utilisation massive d’énergies fossiles, épuisables et émettrices de gaz à effet de serre (pétrole, charbon, gaz), vers un bouquet énergétique donnant la part belle aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique.

Geoffroy Roux de Bezieux MEDEF EricPiermont AFP

Plan de relance : le Medef veut un "bouclier écologique" aux frontières de l’Europe

Pour le Medef, la relance française doit passer avant tout par la consommation. Mais, mise sous pression par la société civile et ses propres membres, l’organisation patronale juge aussi qu’une bonne relance passera par la protection de l’environnement de la planète. C’est pourquoi il propose entre...

Le Shift Project initie un vaste chantier pour trouver la méthode qui transformera durablement l’économie

Après les très nombreux appels à un plan de relance durable, le Shift Project lance un vaste chantier pour dessiner la transformation de l'économie. Le think tank, spécialiste de la décarbonation, entend proposer, secteur par secteur, des mesures concrètes en tenant compte de leur impact sur le...

Vol domestique alternative train

Air France devra réduire ses vols intérieurs en cas d'alternative ferroviaire

C'est une condition sine qua non au versement de l'aide de sept milliards d'euros qui devrait redonner des ailes à Air France, lourdement frappé par le Covid-19. Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a ainsi décidé que la compagnie devrait drastiquement réduire ses vols intérieurs dès lors qu'une...

Couteurs podcast confinement

Ecologie, travail, détente : neuf podcasts à écouter pendant le confinement

Après les Moocs, les livres et les films, Novethic vous propose cette semaine une sélection de podcasts inspirants à écouter en cette période de confinement. Des parcours de vie, une réflexion sur notre rapport au travail et à la nature, des solutions pour mener à bien les transitions climatiques et...