Publié le 14 mai 2019

ÉNERGIE

L’équipementier allemand Bosch vise la neutralité carbone dès 2020

Un industriel "traditionnel" vient jeter un grand pavé dans la mare en matière d’empreinte climatique. Le premier équipementier automobile mondial, l'Allemand Bosch, a annoncé vouloir investir deux milliards d'euros pour atteindre "dès 2020" la neutralité en émissions de CO2 pour toutes ses installations dans le monde. Une première pour un industriel de cette taille. 

Volkmar Denner, PDG de Bosch, lors de l'Assemblée générale 2019 de l'entreprise.
@Bosch

"Nos calculs montrent que c'est possible, donc nous le faisons", a annoncé le patron du groupe, Volkmar Denner, lors de la conférence de presse annuelle. "À partir de 2020, Bosch n'aura plus d'empreinte carbone", explique le dirigeant. L'équipementier compte augmenter l'efficacité énergétique de ses opérations, acheter d'avantage d'électricité renouvelable et compenser les émissions "inévitables" par des investissements dans des projets environnementaux.

Un objectif radical mais inévitable pour le dirigeant : "Le changement climatique n'attend pas, et nous devons réagir plus rapidement pour atteindre les objectifs de l'accord de Paris", a insisté Volkmar Denner. "D'ici 2030, les mesures de compensation seront réduites" au fur et à mesure que l'utilisation d'énergies renouvelables augmentera, a précisé Bosch dans un communiqué.

Si l’opération va aider le climat, il ne sera pas sans intérêt pour les fonds de l’entreprise. L'efficacité énergétique seule doit permettre des économies de près d'un milliard d'euros sur 10 ans, divisant par deux le coût des mesures environnementales. Alors que les émissions totales de CO2 de l'entreprise sont restées "à peu près stables ces dernières années", selon le PDG, Bosch vise désormais une baisse de 1 à 2 % en chiffres absolus par an.

Bosch dans le peloton de tête des entreprises engagés

À ce jour, plus de 500 entreprises se sont engagées, dans le cadre de l’initiative Science Based Targets, à aligner leurs objectifs de réductions d’émissions de gaz à effet de serre sur les recommandations des scientifiques du GIEC, pour maintenir la température moyenne mondiale bien en dessous de 2°C. Quelque 200 entreprises (Coca-Cola, Dell, Enel, General Mills, Kellogg’s, NRG Energy…) ont déjà vu leurs objectifs de réduction d’émissions approuvés.

Au-delà de cette initiative, d’autres entreprises s’engagent individuellement. Le géant mondial du commerce en ligne, Amazon, a lancé le programme Shipment Zero. Il vise à réaliser la moitié de ses livraisons sans aucune empreinte carbone d’ici 2030. Si les moyens sont encore à définir, les investissements massifs de la société en matière de voitures électriques et autonomes donnent une piste claire.

2030 est d’ailleurs un objectif partagé par de nombreuses entreprises. Par exemple, L’Oréal qui vise, à cette date, une production "carbon-balanced", c’est-à-dire dont les émissions sont compensées. Le géant des transports de conteneurs Maersk s’engagent aussi à cet horizon à ce que tous ses navires soient "zéro émissions". L’entreprise vise la neutralité carbone globale en 2050. "Le climat est l’un des problèmes les plus importants au monde et, transportant environ 80 % du commerce mondial, le secteur des transports maritimes est essentiel pour trouver des solutions", explique Søren Toft, directeur général adjoint de Maersk.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Transition énergetique

La transition énergétique désigne le passage de l’utilisation massive d’énergies fossiles, épuisables et émettrices de gaz à effet de serre (pétrole, charbon, gaz), vers un bouquet énergétique donnant la part belle aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique.

Renovation thermique CCO

Interdiction à la location des passoires thermiques : pourquoi ça ne suffira pas à booster la rénovation énergétique des bâtiments

Depuis le 1er janvier, les passoires thermiques les plus énergivores ne peuvent plus être mises à la location. L'objectif est de booster la rénovation énergétique des bâtiments, un dossier qui patine depuis une quinzaine d'années, chaque acteur se renvoyant la balle. Cette nouvelle mesure est très...

Gazoduc bulgarie russie dependance NIKOLAY DOYCHINOV AFP

Crise énergétique : aucun risque de coupure avant mi-janvier, les inquiétudes se focalisent sur les prochains hivers

Si l'hiver 2022-2023 semble pour l'instant se dérouler sans accroc en France, les inquiétudes se font de plus en plus vives quant aux prochains hivers, avec le nouveau retard annoncé sur l'EPR de Flamanville et la guerre en Ukraine qui se poursuit. Alors que les importations de gaz russe devraient...

Port de barcelone CC0

La France porte un projet de pipeline qui transportera de l’hydrogène vert depuis la péninsule ibérique d’ici 2030

Le projet MidCat enterré, c'est un nouveau projet de pipeline qui vient d'être lancé pour relier la péninsule ibérique au nord de l'Europe, en passant par la France. Baptisé BarMar, il reliera Barcelone à Marseille par la mer et devrait transporter d'ici 2030 de l'hydrogène vert produit à partir...

EXIT TCE KENZO TRIBOUILLARD AFP

Traité sur la charte de l'énergie : le gouvernement français mis sous pression pour un retrait coordonné au sein de l'Union européenne

La France vient de notifier officiellement son retrait du Traité sur la charte de l'énergie (TCE), un accord accusé de bloquer la transition énergétique. Une vingtaine d'organisations appelle désormais le gouvernement à travailler sur un retrait coordonné de l'Union européenne. La modernisation du...