Publié le 28 mai 2019

ÉNERGIE

L'Allemagne va débourser 40 milliards d'euros pour accompagner socialement sa transition énergétique

40 milliards d’euros. C’est le prix à payer pour reconvertir les quatre principales régions allemandes dépendantes des mines et centrales à charbon, le gouvernement souhaitant abandonner cette énergie polluante d'ici 2038. Et l’enjeu est de taille, il s’agit de "créer de nouveaux empois avant que les anciens ne disparaissent", a souligné le ministre de l’Économie Peter Altmaier.

Le charbon représente 40 % du mix énergétique du pays, contre 3 % pour la France.
©CC0

Le gouvernement allemand prévoit de débloquer 40 milliards d'euros pour reconvertir les quatre régions où se concentrent mines et centrales à charbon, énergie très polluante que le pays entend abandonner d'ici 2038. Un projet de loi en ce sens adopté mercredi constitue le premier pas concret vers la sortie du charbon, chantier colossal destiné à accélérer le recul des émissions allemandes de gaz à effet de serre, pour l'heure beaucoup trop lent.

"Pour la première fois depuis la Seconde guerre mondiale, nous organisons un tournant structurel avant qu'il ne survienne. Nous créons de nouveaux emplois avant que les anciens ne disparaissent", s'est félicité le ministre de l'Economie Peter Altmaier. Dans le détail, l'Etat fédéral compte allouer jusqu'à 26 milliards d'euros à une série de projets précis, et laisser les Etats-régions miniers utiliser 14 autres milliards d'euros à leur guise pour financer "des investissements significatifs".

Attirer les investisseurs privés

Dans un premier temps, il s'agit d'améliorer les infrastructures en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Brandebourg, Saxe et Saxe-Anhalt, les quatre Etats qui se partagent les trois grands bassins mêlant mines de lignite et centrales à charbon dans le pays. Outre de nouvelles lignes de chemin de fer et réseaux numériques, Berlin compte développer dans ces régions les institutions de recherche et les administrations publiques, afin d'attirer dans un deuxième temps les investisseurs privés.

Le calendrier retenu, à quatre jours des élections européennes, entend prendre de court "les campagnes de certains partis populistes à droite comme à gauche", a déclaré M. Altmaier. Les deux bassins miniers d'ex-RDA, en particulier, figurent parmi les bastions du parti d'extrême droite AfD, qui défend une ligne climatosceptique et procharbon, et des élections régionales y sont attendues à l'automne.

Une "loi climatique" d'ici la fin de l'année

Une fois ce plan d'aide adopté, le gouvernement devra également programmer la fermeture des mines de lignite et des centrales en activité, tâche qui s'annonce délicate et devrait s'accompagner de lourdes indemnités pour les sociétés exploitantes.

Plus largement, Berlin planche sur une "loi climatique" attendue dans l'année, principal chantier de la coalition au pouvoir, alors que le pays a déjà renoncé à ses objectifs de réduction des gaz à effet de serre pour l'an prochain. Outre la montée en puissance des énergies renouvelables et l'abandon du charbon, qui représente un tiers de la consommation d'électricité, l'Allemagne doit améliorer l'isolation des bâtiments et réduire les émissions du secteur des transports.

La rédaction avec AFP


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Transition énergetique

La transition énergétique désigne le passage de l’utilisation massive d’énergies fossiles, épuisables et émettrices de gaz à effet de serre (pétrole, charbon, gaz), vers un bouquet énergétique donnant la part belle aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique.

Renovation thermique CCO

Interdiction à la location des passoires thermiques : pourquoi ça ne suffira pas à booster la rénovation énergétique des bâtiments

Depuis le 1er janvier, les passoires thermiques les plus énergivores ne peuvent plus être mises à la location. L'objectif est de booster la rénovation énergétique des bâtiments, un dossier qui patine depuis une quinzaine d'années, chaque acteur se renvoyant la balle. Cette nouvelle mesure est très...

Gazoduc bulgarie russie dependance NIKOLAY DOYCHINOV AFP

Crise énergétique : aucun risque de coupure avant mi-janvier, les inquiétudes se focalisent sur les prochains hivers

Si l'hiver 2022-2023 semble pour l'instant se dérouler sans accroc en France, les inquiétudes se font de plus en plus vives quant aux prochains hivers, avec le nouveau retard annoncé sur l'EPR de Flamanville et la guerre en Ukraine qui se poursuit. Alors que les importations de gaz russe devraient...

Port de barcelone CC0

La France porte un projet de pipeline qui transportera de l’hydrogène vert depuis la péninsule ibérique d’ici 2030

Le projet MidCat enterré, c'est un nouveau projet de pipeline qui vient d'être lancé pour relier la péninsule ibérique au nord de l'Europe, en passant par la France. Baptisé BarMar, il reliera Barcelone à Marseille par la mer et devrait transporter d'ici 2030 de l'hydrogène vert produit à partir...

EXIT TCE KENZO TRIBOUILLARD AFP

Traité sur la charte de l'énergie : le gouvernement français mis sous pression pour un retrait coordonné au sein de l'Union européenne

La France vient de notifier officiellement son retrait du Traité sur la charte de l'énergie (TCE), un accord accusé de bloquer la transition énergétique. Une vingtaine d'organisations appelle désormais le gouvernement à travailler sur un retrait coordonné de l'Union européenne. La modernisation du...