Publié le 15 octobre 2020

ÉNERGIE

Grandes manœuvres vertes dans l’armée française

Les armées françaises engagent un grand plan de transition énergétique. L’utilisation de blindés hybrides, de programmes d’écoconceptions, de panneaux solaires, de chaudières moins émettrices a été détaillée par la ministre des Armées Florence Parly. Au-delà d’un enjeu environnemental, c’est une question stratégique alors que l’accès aux ressources est rendu plus compliqué par des tensions géopolitiques croissante.

Armee francaise Militaire Armees
L'Armée va consacrer 60 millions d'euros pour des innovations énergétiques.
@ArméedeTerre

"Consommer moins, mieux et sûr". C’est l’esprit de la feuille de route énergétique de la Défense française, présentée fin septembre par la ministre des Armées, Florence Parly. Celle-ci tient en 10 points clés portant sur les carburants, l’approvisionnement en énergie propre, l’efficacité énergétique ou la numérisation. Cette stratégie "garantit la résilience de nos approvisionnements énergétiques, qui renforce notre souveraineté, soutient notre liberté d'action et qui répond aussi aux préoccupations des Français", a-t-elle fait valoir.

Le ministère de l’Armée est le plus gros consommateur énergétique de l’État français. Celle-ci a englouti 835 000 mètres cubes de produits pétroliers en 2019. Cela représente une facture de 670 millions d'euros. Les trois quarts (73 %) de la consommation énergétique des armées sont consacrés à la mobilité des avions, des navires et des véhicules militaires terrestres, le quart restant (27 %) aux infrastructures.

Il ne s’agit pas que de diminuer l’impact environnemental des opérations militaires françaises. Ce plan sert également un objectif stratégique. Avec des tensions géopolitiques croissante, l’accès à des ressources en eau, en carburants, en vivre se complexifie. Rendre l’armée plus sobre doit réduire la dépendance des armées françaises aux approvisionnements en fossiles. "Les ressources sont de plus en plus localisées dans des zones de conflit ou au sein de pays qui n'hésiteront pas à utiliser l'arme énergétique pour limiter notre liberté d'action", alors même que "nos besoins augmentent", constate Florence Parly.

Un blindé hydride

"Avoir des systèmes hybrides, électriques et plus propres, cela a aussi une finalité opérationnelle. Cela veut dire être plus silencieux, plus autonome et plus résilient", explique la ministre. Aussi, côté terrestre, un démonstrateur de véhicule blindé hybride, le Griffon, doit voir le jour en 2025. Dans le secteur aéronautique, qui représente la moitié de sa consommation énergétique, le ministère prévoit d'investir dans la recherche et le développement de carburants alternatifs, avec pour objectif d’atteindre d'ici à 2030 une teneur au moins égale à 5 % de biocarburant dans les carburéacteurs.

Le projet Ecocamp 2025, quant à lui, vise à augmenter l'autonomie en eau et en énergie des camps militaires déployés pour des opérations à l'étranger. Enfin, dans le domaine naval, "nous continuerons d'optimiser l'architecture de nos bâtiments et de travailler à des modes de propulsion hybrides". Globalement, les programmes d'armement incluront systématiquement des exigences d'éco-conception et d'efficacité énergétique. Et d'ici 2025, les armées prévoient de consacrer 60 millions d'euros au développement de projets innovants en matière d'énergie.

D'ici à 2022, 2 000 hectares de terrains militaires accueilleront des panneaux solaires. Cela permettra d’ici 2031 de supprimer les 1 600 chaufferies au charbon et au fioul lourd ainsi que les chaufferies les plus polluantes qui équipent les bases militaires françaises. Pour accompagner ces changements, des formations aux enjeux énergétiques et à la "sobriété numérique" seront prodiguées aux 25.000 jeunes qui rejoignent chaque année les forces armées, promet la ministre.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Transition énergetique

La transition énergétique désigne le passage de l’utilisation massive d’énergies fossiles, épuisables et émettrices de gaz à effet de serre (pétrole, charbon, gaz), vers un bouquet énergétique donnant la part belle aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique.

Duo planification ecologique

Agnès Pannier-Runacher et Amélie de Montchalin : les deux jambes d’Elisabeth Borne pour mener à bien la planification écologique

Après de longs jours d'attente, le gouvernement d'Elisabeth Borne a été dévoilé ce vendredi 20 mai en milieu d'après-midi. Les nominations des deux ministres chargées de mener à bien la transition au côté de la Première ministre étaient très attendues par les spécialistes de l'écologie. Il s'agit...

Ursula von der leyen repower EU 180522 CE

Pour se passer du gaz russe, la Commission européenne relève ses objectifs en matière de renouvelables et d'efficacité énergétique

La Commission européenne a présenté mercredi 18 mai son plan Repower EU pour se passer à terme des hydrocarbures russes et réduire notre dépendance et notre vulnérabilité. Alors que plusieurs directives sont en cours de révision dans le cadre du Green Deal, Bruxelles propose de relever les objectifs...

Ville verte sobriete frugalite pietons velos verdure transition istock Michael Wels

La sobriété, un levier de plus en plus crédible pour atteindre la neutralité carbone

Autrefois taboue, la sobriété fait de plus en plus partie du débat public quand il s'agit d'évoquer les solutions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. La notion a ainsi émergé dans tous les grands rapports publiés depuis un an et commence même à être reprise par certains politiques....

Methaniseur CC0 Martina Nolte

Le biogaz, une alternative made in France au gaz russe qui est loin de faire l'unanimité

Face aux tensions d’approvisionnement en gaz russe, la France mais aussi l’Union européenne misent sur le biogaz. Produit grâce à la fermentation de matières organiques, il pourrait fournir 7 à 10 % de la consommation dans l’Hexagone à l’horizon 2030, soit la moitié du gaz importé depuis Moscou....