Publié le 21 septembre 2020

ÉNERGIE

Écotaxe sur le transport aérien : des "conséquences absolument délétères" pour un secteur en crise selon le gouvernement

Alors que le secteur aéronautique est aux abois, le gouvernement pense qu’il serait néfaste de lui imposer une nouvelle écotaxe. Cela conduirait même à la suppression de nombreux emplois. Pourtant, c’est bien l’une des demandes de la convention citoyenne pour le climat que le Président de la République s’est engagé à prendre en compte.

Avion air france
Les membres de la convention citoyenne ont demandé l'instauration d'une taxe sur les vols.
@AirFrance

L'instauration d'une écotaxe telle que proposée par la convention citoyenne aurait des conséquences "absolument délétères" sur le plan social pour le transport aérien déjà sinistré, a jugé lundi 21 septembre le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari. "Les conséquences, notamment sociales, c'est la destruction à terme d'environ 120 000 à 150 000 emplois, ce qui paraît quand même un peu baroque dans la situation que nous connaissons", a affirmé le ministre sur LCI.

"En tant que responsable politique, il faut dire toutes les conséquences. Et les conséquences en termes d'emploi dans un moment où la France vit une crise majeure, elles seraient massives si cette taxe était imposée de façon autoritaire", a-t-il ajouté. Pour le ministre, "il ne faut pas moins voyager, mais faire en sorte que l'aviation soit moins émissive, moins polluante".

4,2 milliards d’euros

La convention citoyenne pour le climat a adopté le principe d'une "écocontribution kilométrique renforcée" de 30 euros par billet pour les vols de moins de 2 000 kilomètres, 60 euros pour les vols de plus de 2 000 kilomètres en classe éco (180 et 400 euros en classe affaires).

Selon une étude d'impact réalisée par la Direction générale de l'aviation civile (DGAC), le coût de cette taxe serait de 4,2 milliards d'euros pour le secteur. Cette proposition de la convention citoyenne fera l'objet d'un "projet de loi débattu démocratiquement qu'en début d'année prochaine", selon le ministre.

La Rédaction avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Transition énergetique

La transition énergétique désigne le passage de l’utilisation massive d’énergies fossiles, épuisables et émettrices de gaz à effet de serre (pétrole, charbon, gaz), vers un bouquet énergétique donnant la part belle aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique.

Coradia iLint2018 Alstom

La France sur les rails d'une "révolution de l'hydrogène"

Mettre la France en pointe mondiale de l'hydrogène vert : l'ambition du gouvernement a clairement été affirmée lors du premier Conseil national de l'hydrogène fin février. Avec un plan de financement à 7 milliards d'euros, déjà 27 projets soutenus depuis septembre et des premiers trains à propulsion...

Bill Gates Breakthrough Energy CCO

Bill Gates déroule son plan pour réduire à zéro les émissions de gaz à effet de serre

Il reste optimiste. Mais dans son nouveau livre "Climat : comment éviter un désastre", le fondateur de Microsoft s’inquiète de l’immense marche à franchir pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre à zéro. Pragmatique, Bill Gates propose une feuille de route pour lutter contre le...

Pour la première fois, en 2020, le monde a plus investi dans les énergies vertes que dans les fossiles

Cela pourrait ressembler à un point de bascule. Tandis que les énergies renouvelables ont dépassé les 500 milliards de dollars d’investissements en 2020, ceux dans la production de pétrole et de gaz se sont effondrés à moins de 400 milliards de dollars. C’est la première fois que les premiers...

Transition energetique tirelire traite charte energie recours investisseurs istock

La France appelle l’Union européenne à sortir du Traité sur la charte de l’énergie, un texte à haut risque pour la transition

La France appelle l'Union européenne à envisager une sortie du Traité sur la charte de l'énergie (TCE) d'ici la fin de l'année, si le processus de modernisation du texte n'aboutit pas. L'accord, signé en 1994 par l'Europe et les pays de l'ancien bloc soviétique, donne aux investisseurs la...