Publié le 06 octobre 2022

ÉNERGIE

La France orchestre une sobriété énergétique choisie sans planification obligatoire

"Eviter des mesures contraignantes", c'est devenu l’obsession du gouvernement. En introduction de la présentation du "grand plan sobriété", les porte-parole de Matignon insistent : "il n’y a pas plan de réduction de l’activité en France". Pourtant, pour passer l’hiver sans coupure d’électricité, l’État vise une baisse de la consommation nationale de gaz et d’électricité de 10 % par rapport à 2019. D’ici 2024, l’objectif d’économies d’énergie visé par le gouvernement est de près de 50 térawattheures (TWh). Pour ce faire, Matignon mise sur un "État exemplaire" et des incitations aux entreprises et aux ménages.

Thermostat 19 degres Ina Fassbender AFP
L'une des mesures prévues consiste à réduire la température des bâtiments cet hiver.
@Ina Fassbender / AFP

Près de 50 térawattheures (TWh), c’est l’objectif d’économies d’énergie visé par le plan de sobriété présenté par le gouvernement et les entreprises d’ici 2024. "C’est un plan co-élaboré depuis le mois de juin avec l’ensemble des filières, explique le cabinet de la Première ministre. C’est l’aboutissement d’un travail collectif, mais aussi un point de départ. Tout l’enjeu va consister à le mettre en œuvre dans chaque secteur." Les huit secteurs économiques ont bâti "des feuilles de route qui font consensus pour éclairer les entreprises et les inciter à mener leurs propres mesures", explique-t-on à Matignon.

Outre une longue liste d’écogestes à appliquer pour réduire sa consommation d'énergie, le gouvernement et les partenaires sociaux se sont accordés sur une charte de 15 actions concrètes que les entreprises peuvent s’engager à déployer. Celles-ci vont de la lutte contre le gaspillage notamment en matière de chauffage et d’éclairage, à l'intensification de l’efficacité énergétique via un changement d’éclairage ou d’équipement informatique par exemple. La mise en place d’une mobilité plus durable avec une préférence pour le transport ferroviaire et les véhicules électriques pour se déplacer est également encouragée. Enfin, l’organisation du travail peut être repensée à l’aune de ce nouveau défi avec la nomination d’ambassadeurs de la sobriété pour "faire vivre la feuille de route de l’entreprise et sensibiliser chacune au sein de l’entreprise".

Enjeux de court terme et long terme

Pour accompagner les entreprises, l’État va aussi déployer une plateforme sur laquelle les entreprises s’engagent à poster leurs actions "pour que chacun puisse s’inspirer des meilleures pratiques", indique-t-on à Matignon. Dans cette optique de montrer la voie, l’État se veut aussi exemplaire. Ainsi, dans les administrations, le chauffage sera réduit à 19°C et même à 18°C les jours où le signal Ecowatt passera au rouge "car un degré en moins c’est 7 % de consommation d'énergie en moins", martèlent les porte-parole. Par ailleurs, le ministère de la Fonction publique s’engage à ne plus distribuer d’eau chaude dans les sanitaires des administrations. Les agents seront aussi encouragés à limiter leur vitesse de 130 à 110 kilomètres heure sur autoroute. Un réseau d’ambassadeurs de la sobriété sera par ailleurs déployé dans toutes les administrations, au plus près du terrain.

Les mesures prises répondent "à la fois à un enjeu de court terme mais aussi de long terme. Elles prévoient des changements de comportements mais aussi des changements structurels avec une diversification des approvisionnements pour répondre à des enjeux de souveraineté énergétique", souligne un porte-parole du gouvernement. Tout reposera cependant sur la mise en œuvre effective des mesures de sobriété par les entreprises, aucune mesure obligatoire n'étant prévue. Pour s'assurer que le plan fonctionne, le gouvernement prévoit de mesurer régulièrement la trajectoire de sobriété. "Nous allons faire un suivi hebdomadaire de la consommation d’électricité et de gaz, que nous comparerons aux années précédentes, ce sera cumulé avec une actualisation tous les mois par les gestionnaires de réseau (RTE pour l’électricité, GRT pour le gaz, ndr)", explique le gouvernement.

L’Allemagne, au contraire, a choisi d'imposer des mesures contraignantes à certaines entreprises. Depuis le 1er octobre, celles qui consomment plus de 10 gigawattheures par an doivent réaliser des audits énergétiques, afin d’évaluer les possibilités d’économies et de rénovation des installations d’éclairage et de chauffage. Depuis cette date, elles doivent aussi déployer des plans de sobriété énergétique, passant par des changements comme un passage à des éclairages Led, ou encore une optimisation des processus de production. Mais toutes ces mesures n’auront cependant qu’un effet limité avec une baisse de la consommation totale de gaz de 2 %, aux dires du ministère de l’Économie allemand.

Aller un cran plus loin

Les ONG appellent déjà le gouvernement à aller un cran plus loin. "Il y a plusieurs bons leviers sur la température à 19°C ou les 110 km/h sur autoroute", note Anne Bringault, coordinatrice des programmes au sein du Réseau action climat au micro de France Inter. Mais le plan manque encore d'envergure selon elle. "Ce premier plan de sobriété se concentre uniquement sur la partie énergétique mais il va falloir aborder les autres aspects (achats de vêtements neufs, consommation de viande, véhicules polluants …) qui vont chambouler nos modes de production et de consommation", ajoute-t-elle.

Une analyse partagée par l’association Négawatt, qui a publié fin septembre une cinquantaine de propositions d'actions de sobriété quantifiées pour réduire d’au moins 10 % nos consommations d’énergie d'ici deux ans. "Pour nous la sobriété, ce n’est pas juste passer l’hiver, ce sont des politiques structurantes dans le temps long, comme l’aménagement urbain ou la formation de professionnels de terrain", pointait Stéphane Chatelin, le directeur de Négawatt lors d’une conférence de presse. Selon Négawatt, des mesures réglementaires contraignantes, comme l'abaissement généralisé de la vitesse sur autoroutes et voies rapides, auraient eu un impact plus significatif.

La rédaction


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Crise énergétique : le gouvernement aide les entreprises à passer l’hiver sans organiser la sobriété à plus long terme

Bercy a annoncé un plan d’aides pour les entreprises incapables de payer leur facture énergétique. L’État se portera garant des contrats énergétiques passés par les sociétés, si besoin. Le gouvernement plafonne aussi le prix de l'électricité aux producteurs à 180 euros le MWh et récupère...

Entre sobriété choisie et sobriété subie, les entreprises s’organisent tant bien que mal

Des groupes ont dégainé leur "plan sobriété" exigé par le gouvernement pour économiser de l'énergie et permettre à la France de passer l'hiver sans coupure d'électricité. D’autres vont suspendre leur activité et subir cet état de sobriété car ils ne sont pas en mesure de faire face à...

La sobriété, un levier de plus en plus crédible pour atteindre la neutralité carbone

Autrefois taboue, la sobriété fait de plus en plus partie du débat public quand il s'agit d'évoquer les solutions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. La notion a ainsi émergé dans tous les grands rapports publiés depuis un an et commence même à être reprise par certains...

Les entrepreneurs engagés demandent à l’État de prendre des mesures radicales de sobriété

50 nuances de sobriété furent au cœur des débats des Universités d'été de l’économie de demain ! Alors que le gouvernement défend des écogestes volontaires, les entrepreneurs engagés plaident pour une sobriété "choisie, organisée, planifiée". Pour ce faire, les adhérents du mouvement...

ÉNERGIE

Transition énergetique

La transition énergétique désigne le passage de l’utilisation massive d’énergies fossiles, épuisables et émettrices de gaz à effet de serre (pétrole, charbon, gaz), vers un bouquet énergétique donnant la part belle aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique.

Renovation thermique CCO

Interdiction à la location des passoires thermiques : pourquoi ça ne suffira pas à booster la rénovation énergétique des bâtiments

Depuis le 1er janvier, les passoires thermiques les plus énergivores ne peuvent plus être mises à la location. L'objectif est de booster la rénovation énergétique des bâtiments, un dossier qui patine depuis une quinzaine d'années, chaque acteur se renvoyant la balle. Cette nouvelle mesure est très...

Gazoduc bulgarie russie dependance NIKOLAY DOYCHINOV AFP

Crise énergétique : aucun risque de coupure avant mi-janvier, les inquiétudes se focalisent sur les prochains hivers

Si l'hiver 2022-2023 semble pour l'instant se dérouler sans accroc en France, les inquiétudes se font de plus en plus vives quant aux prochains hivers, avec le nouveau retard annoncé sur l'EPR de Flamanville et la guerre en Ukraine qui se poursuit. Alors que les importations de gaz russe devraient...

Port de barcelone CC0

La France porte un projet de pipeline qui transportera de l’hydrogène vert depuis la péninsule ibérique d’ici 2030

Le projet MidCat enterré, c'est un nouveau projet de pipeline qui vient d'être lancé pour relier la péninsule ibérique au nord de l'Europe, en passant par la France. Baptisé BarMar, il reliera Barcelone à Marseille par la mer et devrait transporter d'ici 2030 de l'hydrogène vert produit à partir...

EXIT TCE KENZO TRIBOUILLARD AFP

Traité sur la charte de l'énergie : le gouvernement français mis sous pression pour un retrait coordonné au sein de l'Union européenne

La France vient de notifier officiellement son retrait du Traité sur la charte de l'énergie (TCE), un accord accusé de bloquer la transition énergétique. Une vingtaine d'organisations appelle désormais le gouvernement à travailler sur un retrait coordonné de l'Union européenne. La modernisation du...