Publié le 07 juillet 2016

ÉNERGIE

Comment la transition énergétique va booster l’économie

Après avoir  démontré en 2015 qu’un mix électrique "100% renouvelable" en 2050 était possible pour un coût comparable à celui d’un mix conservant 50% de nucléaire, l’Ademe a cette fois évalué les impacts macro-économiques d’un tel scénario dans une étude publiée le 30 juin. Il apparaît qu’un déploiement massif des énergies renouvelables dans l’Hexagone aurait un impact positif sur la croissance, l’emploi, mais aussi le pouvoir d’achat des ménages.

L’Ademe analyse les impacts macro-économiques de la transition énergétique à partir de trois scénarios (1) relativement ambitieux en termes de pénétration des énergies renouvelables et de baisse de la consommation finale d’électricité.
Guli Studio / iStock

La transition énergétique peut-elle aussi contribuer positivement à l’économie ? Oui, sans aucun doute, estime l’Ademe dans une nouvelle étude publiée fin juin. L’organisme analyse les impacts macro-économiques de la transition énergétique à partir de trois scénarios (1) relativement ambitieux en termes de pénétration des énergies renouvelables (EnR) et de baisse de la consommation finale d’électricité.

 

Réduction du chômage de 3,3%

 

Résultat : l’effet est positif sur l’emploi et la croissance, tout en augmentant le revenu disponible des ménages. Ainsi, la transition vers un système énergétique décarboné pourrait conduire à une augmentation du PIB de 1% en 2030 et comprise entre 3,6 et 3,9% à l’horizon 2050.

 

   

 

Les investissements dans le secteur électrique seraient également boostés, avec une hausse globale se situant entre 46 et 58 milliards d’euros entre 2031 et 2050 par rapport à un scénario de référence tendanciel.

Les effets positifs de la transition énergétique se feraient également sentir sur l’emploi. Entre 800 000 et  900 000 emplois supplémentaires seraient créés d’ici 2050, ce qui représente 3,3 à 3,6% de la population active.

 

Le secteur de la construction grand gagnant

 

Les secteurs qui bénéficieraient le plus d’un développement massif des EnR sont ceux des services, de la construction et du transport. En effet, la filière construction verrait son activité augmenter en raison de la rénovation énergétique du parc existant et de l’installation de nouvelles capacités de production. A contrario, les secteurs de l’industrie automobile, du nucléaire et des combustibles fossiles subiraient une baisse logique de leurs effectifs.

 

 

 

Baisse de la facture énergétique pour les Français  

 

La diminution de la consommation d’énergie et des énergies fossiles importées permet également une amélioration de la balance commerciale de plus de 2,5 points de PIB. Outre les caisses de l’État, c’est aussi le porte-monnaie des Français qui s’en trouvera soulagé. Ainsi, la facture énergétique des ménages passe de 67 milliards d’euros en 2010 à 27 milliards en 2050. Et le revenu disponible des ménages (net de leur facture énergétique et de la charge de la dette des investissements d’efficacité énergétique) augmente de 255 milliards d’euros pour le scénario le plus ambitieux par rapport à sa valeur tendancielle. Soit une augmentation de 3300 euros (constants) par habitant en 2050.

 

 

 

Enfin, bien évidemment, les émissions de CO2 diminuent fortement, de 68 à 72% d’ici la moitié du siècle, atteignant ou dépassant l’objectif du Facteur 4, soit une diminution de 75% des gaz à effet de serre en 2050 par rapport à 1990.

Pour aboutir, ces différents scénarios nécessitent d’orienter les financements vers des investissements compatibles avec les objectifs de transition énergétique. À ces fins, l'Ademe recommande d'actionner trois leviers : mettre en place une fiscalité forte sur l'énergie via une taxe carbone, faciliter le recours au crédit par les particuliers pour les travaux de rénovation énergétique et consolider l’évolution de la réglementation comptable et le cadre de reporting des acteurs financiers.

 


(1) Trois variantes :
- "Visions + 100% EnRE" : la part EnR de la consommation finale d’électricité s’élève à 100% en 2050.
- "Visions = 100% EnRE Acceptabilité modérée" : la part de l’éolien offshore et des énergies marines se substitue à l’éolien terrestre.
- "Visions + 80% EnRE" : la part EnR de la consommation finale d’électricité s’élève à 80% en 2050.

 

 

Concepcion Alvarez
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Transition énergétique : 100 % d’électricité renouvelable en 2050, est-ce crédible ?

Le 8 avril, Mediapart dévoilait un rapport de l’Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) décrivant un scénario où 100% du mix électrique français proviendrait des énergies renouvelables. Une fuite qui provoque un fort débat non seulement sur les raisons du report de...

Allemagne : coup de froid sur la transition énergétique

Berlin présente aujourd'hui en Conseil des ministres une réforme de la loi sur les énergies renouvelables. Une réforme hautement controversée. Elle prévoit en effet de plafonner la production d’électricité issue de l’éolien, pourtant un pilier de l’Energiewende – la transition énergétique...

Windustry France : vers une filière éolienne 100% française ?

25% de la valeur des éoliennes installées aujourd'hui dans l’Hexagone sont "made in France". Le reste est principalement importé d’Europe. Windustry France, un programme mis en place par le Syndicat des énergies renouvelables, a identifié 150 entreprises françaises potentiellement capables...

Comment les compagnies pétrolières utilisent les scénarios énergétiques pour défendre leurs intérêts

Les énergies fossiles resteront-elles indispensables dans le mix énergétique mondial dans quelques décennies ? C’est en tout cas ce que veulent faire croire les prévisions énergétiques des majors pétrolières. Des scénarios pourtant incompatibles avec l’objectif d’une hausse des...

Programmation pluriannuelle de l’énergie : le volet sur les renouvelables adopté, celui sur le nucléaire présenté avant l’été

C'est un sujet de tensions entre la ministre de l’Environnement et plusieurs acteurs de la société civile. Début avril, Ségolène Royal avait déclaré que la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) n’était pas prête, en raison des incertitudes qui pèsent sur le nucléaire. Elle avait...

ÉNERGIE

Transition énergetique

La transition énergétique désigne le passage de l’utilisation massive d’énergies fossiles, épuisables et émettrices de gaz à effet de serre (pétrole, charbon, gaz), vers un bouquet énergétique donnant la part belle aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique.

Manihestation Equateur Quito Twitter santiak

La terrible crise en Équateur illustre les risques d’une transition injuste touchant les populations les plus pauvres

En Équateur, la partie de la population la plus fragile, en particulier les Indiens, a mis la rue en feu après un décret présidentiel qui a supprimé les subventions aux carburants, faisant doubler les prix. Cette condition était imposée par le FMI en échange d’un prêt de plusieurs milliards de...

Pacte productif : le gouvernement veut réconcilier l’industrie et le climat

Bruno Le Maire a présenté les premières orientations de son pacte productif. Celui-ci doit permettre d’atteindre le plein-emploi en 2025, en favorisant la relocalisation d’usines sur le territoire. Mais cette réindustrialisation doit se faire en respectant l’objectif de la neutralité carbone de la...

Prix Nobel de Chimie 2019 Battries lithium ion

Le Nobel de chimie récompense les pères des batteries lithium ion, qui pourrait nous "libérer des énergies fossiles"

L’une des plus performantes technologies de stockage de l’électricité sur laquelle repose la transition énergétique et numérique, la batterie lithium-ion a été créée en 1985 grâce à une succession de découvertes. Le prix Nobel de Chimie 2019 a choisi de récompenser les pères de cette innovation:...

Excavatrice charbon en Allemagne

[Édito vidéo] Quand la transition juste freine la transition écologique : l'exemple allemand

L’Allemagne va dépenser 100 milliards d’euros en 10 ans en faveur d’une grande stratégie climat. Derrière cet investissement, la coalition gouvernementale cache sa crainte de voir apparaître une crise sociale du type Gilet jaunes dans le pays à la faveur d’une taxe carbone et de la sortie du charbon...