Publié le 13 janvier 2022

ÉNERGIE

Comment la "greenflation" menace la transition énergétique

Indispensables au développement des voitures électriques, panneaux solaires, éoliennes... les métaux voient leurs prix s'envoler, atteignant des records. Celui du lithium a ainsi explosé de plus de 400 %. Ce phénomène de "greenflation" pourrait même freiner les politiques de transition énergétique. Mais la Banque centrale européenne prévient : le coût du changement climatique sera encore plus élevé. 

Eoliennes pixabay 01
Cuivre, aluminium, cobalt... le cours des métaux s'emballe.
CC0

Aluminium, cuivre, nickel… les cours des métaux essentiels à la transition écologique grimpent à des niveaux records depuis l’année dernière. Le prix du lithium, élément indispensable à la fabrication des batteries pour les véhicules électriques, a connu un boom de 437 % selon les données de Trading Economics. Le site Quartz rapporte d’ailleurs que c’est la première fois que la demande mondiale de lithium dépasse l’offre. Côté cuivre, la barre des 10 000 dollars a été atteinte. Alors que le monde veut tourner le dos aux énergies fossiles, les importants besoins en énergie propre alimentent la hausse des cours. Un terme désigne cette situation : la greenflation.

"Les prix des matières premières peuvent rester élevés pendant des décennies alors que les sociétés minières ont du mal à répondre à la demande de la transition énergétique", a déclaré à Bloomberg TV la responsable mondiale des investissements thématiques et sectoriels de BlackRock, Evy Hambro. Alors que le monde paye un sous-investissement dans ces métaux, la demande, elle, ne cesse d’augmenter. Selon l’Agence internationale de l’énergie, d’ici 2040, avec le développement des énergies renouvelables et de la voiture électrique, le monde consommera 40 fois plus de lithium, 20 fois plus de nickel et sept fois plus de manganèse.

"Allons-nous être prêts à accepter plus d'inflation ?"

Si l’offre n’est pas à la hauteur de la demande, c’est aussi que les blocages s’intensifient, alimentant la hausse des prix. En cause : les impacts environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) liés notamment à l’extraction de ces métaux. Au Chili, au Pérou, en Alaska et même en Serbie… des projets miniers sont en suspens face à la résistance des communautés locales.

Le journaliste indépendant Guillaume Pitron, auteur de "La guerre des métaux rares" a largement documenté la face cachée de la transition énergétique. Rejets d’effluents toxiques, pollution, eaux chargées en métaux lourds, travail forcé… La Chine, qui produit 85 % des métaux rares, est pointée du doigt. Or cette dernière, qui s’est engagée à la neutralité carbone en 2060, a récemment plafonné la production des nouvelles fonderies d’aluminium, un des métaux les plus sales à produire.

Une situation qui pourrait bien freiner la transition écologique. Aux États-Unis, selon le journal spécialisé E&E News, la greenflation pourrait suffire à contrecarrer la législation sur le climat. Le président de la commission énergie et ressources naturelles au Sénat, Joe Manchin, a dit vouloir bloquer les démocrates concernant le projet de loi sur le climat. En juin dernier, Larry Fink, le patron du plus grand gestionnaire d’actifs de la planète, BlackRock, mettait en garde : "Si notre solution consiste uniquement à obtenir un monde vert, nous allons avoir une inflation beaucoup plus élevée, car nous n'avons pas encore la technologie pour faire tout cela". Et d’interroger : "Allons-nous être prêts à accepter plus d'inflation, si l'inflation doit accélérer notre empreinte verte ?"

Le coût de l'inaction encore plus élevé

Pour l’instant, les experts sont divisés sur la durée de cette greenflation car celle-ci est renforcée par les problèmes d’approvisionnement liés au Covid-19, la hausse des prix de l’énergie ou encore des normes environnementales plus élevées. Mais pour le sénateur américain très engagé sur le climat Sheldon Whitehouse, freiner la transition énergétique à cause de la hausse des prix c’est avoir un "regard complètement borgne sur un problème qui a une dimension importante".

De fait, le coût de l’inaction climatique, lui, apparaît comme bien plus lourd. Un rapport de la Banque centrale européenne publié en septembre dernier indiquait : "Les coûts à court terme de la transition sont dérisoires par rapport aux coûts du changement climatique sans entrave à moyen et long terme". Pour réduire sa dépendance à la Chine ou à l’Australie et être moins soumise à la fluctuation des prix de ces métaux si recherchés, l’Europe ne remet pas en cause la transition écologique. Bruxelles réfléchit à ouvrir des mines de lithium sur son territoire, sous réserve de normes environnementales exigeantes.

Marina Fabre Soundron @fabre_marina


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Créer une agence internationale des minerais, une solution pour une transition énergétique plus responsable

La création d'une Agence internationale des minerais permettrait de réguler le secteur en imposant des standards environnementaux et sociaux. C'est ce que propose le spécialiste Marc-Antoine Eyl-Mazzega alors que la pression sur les minerais et métaux rares est de plus en plus forte....

L'Europe va créer une alliance des matières premières pour assurer son indépendance

Éoliennes, batteries de voitures, panneaux solaires... Si l'Union européenne s'est fixée des objectifs ambitieux pour réduire ses émissions de CO2 dans les prochaines décennies, elle est très dépendante de puissances extérieures comme la Chine pour son approvisionnement en matières...

La guerre des métaux rares fait rage et c’est l’environnement qui souffre

La Chine détient une arme géopolitique majeure : les métaux rares. Celle-ci produit 85 % de ces éléments indispensables à la transition énergétique. Le reste du monde est complètement dépendant de Pékin qui extrait ses métaux dans des conditions environnementales et humaines désastreuses....

Les États-Unis relancent la production de terres rares, sur fond de tensions géopolitiques avec la Chine

Les terres rares sont un enjeu géopolitique majeur. Alors que la Chine, plus gros producteur mondial, menace de couper les robinets, les États-Unis veulent retrouver une partie de leur indépendance. Ils viennent ainsi de relancer la mine de Mountain Pass en Californie qui devrait, quand...

ÉNERGIE

Transition énergetique

La transition énergétique désigne le passage de l’utilisation massive d’énergies fossiles, épuisables et émettrices de gaz à effet de serre (pétrole, charbon, gaz), vers un bouquet énergétique donnant la part belle aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique.

Duo planification ecologique

Agnès Pannier-Runacher et Amélie de Montchalin : les deux jambes d’Elisabeth Borne pour mener à bien la planification écologique

Après de longs jours d'attente, le gouvernement d'Elisabeth Borne a été dévoilé ce vendredi 20 mai en milieu d'après-midi. Les nominations des deux ministres chargées de mener à bien la transition au côté de la Première ministre étaient très attendues par les spécialistes de l'écologie. Il s'agit...

Ursula von der leyen repower EU 180522 CE

Pour se passer du gaz russe, la Commission européenne relève ses objectifs en matière de renouvelables et d'efficacité énergétique

La Commission européenne a présenté mercredi 18 mai son plan Repower EU pour se passer à terme des hydrocarbures russes et réduire notre dépendance et notre vulnérabilité. Alors que plusieurs directives sont en cours de révision dans le cadre du Green Deal, Bruxelles propose de relever les objectifs...

Ville verte sobriete frugalite pietons velos verdure transition istock Michael Wels

La sobriété, un levier de plus en plus crédible pour atteindre la neutralité carbone

Autrefois taboue, la sobriété fait de plus en plus partie du débat public quand il s'agit d'évoquer les solutions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. La notion a ainsi émergé dans tous les grands rapports publiés depuis un an et commence même à être reprise par certains politiques....

Methaniseur CC0 Martina Nolte

Le biogaz, une alternative made in France au gaz russe qui est loin de faire l'unanimité

Face aux tensions d’approvisionnement en gaz russe, la France mais aussi l’Union européenne misent sur le biogaz. Produit grâce à la fermentation de matières organiques, il pourrait fournir 7 à 10 % de la consommation dans l’Hexagone à l’horizon 2030, soit la moitié du gaz importé depuis Moscou....