Publié le 20 février 2019

ÉNERGIE

BECCS : Une centrale à bois britannique parvient à capter son CO2... mais le relâche dans l’air faute de débouché

C’est une première mondiale. Une centrale à biomasse britannique est parvenue à capter le CO2 qu’elle émet. Il s'agit d'une avancée importante dans la lutte contre le changement climatique. Le Giec estime en effet que cette technologie permettrait de retirer de l’atmosphère une quinzaine de millions de tonnes de CO2 par année en 2030.

La centrale à biomasse de Drax (Angleterre) est la première à réussir le captage de CO2.
@DraxGroup

Il y a quelques mois, Novethic vous parlait de solutions de géo-ingénierie ne relevant presque plus de la science-fiction. Pour l’une d’entre elles, c’est désormais le cas. Une première expérience de captage et stockage (CSC) de CO2 à partir d’une centrale à biomasse vient d'être réussie. Elle a été menée dans le nord de l'Angleterre, à la centrale de Drax, début février. Une première mondiale. Jusqu’à présent en effet, les technologies de CCS ne concernaient que les centrales à charbon.

Le système actuellement mis en place capte une tonne de CO2 par jour. A terme, l’entreprise Drax, l’exploitant de la centrale, espère capter 10 millions de tonnes par an. Comment ? Soit en le séquestrant dans des formations géologiques soit en étant utilisé pour d’autres usages comme la gazéification de boissons. Drax est ainsi en discussion avec l'association des brasseurs britanniques. Mais pour l’instant, l'entreprise n’a pas réussi à trouver de débouché pour ce carbone. Celui-ci est donc relâché dans l’atmosphère. 

A ce stade, l’opération issue des centrales à biomasse (qui sont alimentées par des matières végétales comme du bois, des plantes, des déchets agricoles ou des ordures ménagères organiques) est donc considérée comme nulle pour la planète. Le CO2 rejeté dans l’atmosphère ne vient pas "se rajouter" puisqu’il a lui-même été capté une première fois par la plante pendant sa croissance. Mais l’objectif à terme est d’arriver à des émissions négatives, en captant une seconde fois ce CO2 rejeté après combustion de la biomasse.

Risques de concurrence et de déforestation

Cet exemple de valorisation énergétique de biomasse avec captage et séquestration du carbone (BECCS, selon l’acronyme anglais) fait partie des méthodes les plus plébiscitées pour retirer du CO2 de l’atmosphère. Parmi les différents scénarios du Giec présentés en octobre dernier, un seul ne s’appuie pas sur les BECCS pour s’aligner sur le scénario 1,5°C. Pour les autres, cette technologie peut permettre de capter une quinzaine de millions de tonnes de CO2 par an d’ici 2030. Il existe une vingtaine de projets pilotes dans le monde.

Plusieurs associations environnementales alertent toutefois sur la concurrence avec la production agricole pour fournir ces centrales ainsi que le risque de déforestation accrue. Il faudrait en effet entre 5 et 18 % de la surface terrestre pour alimenter les centrales équipées de BECCS. L’usine de Drax, qui fournit 6 % de l’électricité britannique, nécessite chaque année 13 millions de tonnes de bois soit, à elle seule, 120 % de la production totale de bois du Royaume-Uni. L’île a donc massivement augmenté ses importations de bois, notamment en provenance des États-Unis.      

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Giec : Cinq solutions de géo-ingénierie qui ne relèvent (presque) plus de la science-fiction

Pour la première fois, le Giec utilise les solutions de géo-ingénierie de façon conséquente dans la plupart de ses scénarios pour rester dans un monde à 1,5°C. Il s'agit de technologies qui vont modifier la composition de l'atmosphère terrestre : séquestration du carbone dans les sols,...

+1,5°C dès 2030 : l’alerte choc du GIEC sur le climat

Le nouveau rapport des experts internationaux sur le climat (GIEC) est l’ultime alerte avant un monde en crise permanente. Les émissions de gaz à effet de serre ont déjà fait grimper la température mondiale de 1°C depuis la révolution industrielle. Et "il est probable" que le réchauffement...

Biomasse: la transformation de la plus grande centrale à charbon du Royaume-Uni suscite la polémique

Ségolène Royal veut faire de la biomasse l'un des fers de lance de la transition énergétique. Une expérience qui peut être risquée. En Grande Bretagne, l'une des plus grandes centrales à charbon du pays est en cours de transformation: la biomasse remplacera prochainement la houille....

Énergies renouvelables : les grandes centrales de biomasse, un bio-mythe?

Produire de l’électricité à partir de la biomasse forestière participe au développement des énergies renouvelables et réduit les émissions de CO2. Un projet apparemment vertueux. Pourtant de nombreuses organisations environnementales en Europe et aux Etats-Unis critiquent les grandes...

ÉNERGIE

Transition énergetique

La transition énergétique désigne le passage de l’utilisation massive d’énergies fossiles, épuisables et émettrices de gaz à effet de serre (pétrole, charbon, gaz), vers un bouquet énergétique donnant la part belle aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique.

Reacteurs fusion nucleaire chine Institute of Plasma Chinese Academy of Science

Fusion nucléaire : la Chine bat un nouveau record de température à 160 millions de degrés

Ces derniers mois, les ingénieurs et scientifiques chinois avancent à grands pas sur la fusion nucléaire. Cette forme d’énergie propre et massive simule les réactions de fusion d’atomes d’hydrogène, telles qu’elles se déroulent au cœur du soleil. Mais cela demande de stabiliser un plasma à plus de...

Installation solaire de Total au Chili Total

Atteindre la neutralité carbone sans investir dans les pays en développement est impossible, selon l'AIE

Il ne s'agit pas d'une course entre pays mais bien contre la montre. Dans un rapport publié le 9 juin, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) affirme que pour atteindre la neutralité carbone en 2050, les pays développés doivent multiplier par sept les financements dans les pays émergents ou en...

Pompage petrole CC0

Pour l’Agence internationale de l’énergie, tous les nouveaux projets pétroliers et gaziers sont désormais indésirables

C’est un message inédit et historique. L’Agence internationale de l’énergie (AIE), référence pour des dizaines de pays dans le monde, assure que l’atteinte de la neutralité carbone en 2050 et la limitation du réchauffement à 1,5°C d’ici la fin du siècle impose immédiatement la fin de tous les...

Coradia iLint2018 Alstom

La France sur les rails d'une "révolution de l'hydrogène"

Mettre la France en pointe mondiale de l'hydrogène vert : l'ambition du gouvernement a clairement été affirmée lors du premier Conseil national de l'hydrogène fin février. Avec un plan de financement à 7 milliards d'euros, déjà 27 projets soutenus depuis septembre et des premiers trains à propulsion...