Publié le 28 janvier 2014

ÉNERGIE

Alerte sur le financement de la transition énergétique

Syndicats, ONG, entreprises spécialisées dans les énergies renouvelables et l'efficacité énergétiques, députés...De nombreux acteurs fortement impliqués dans le débat sur la transition énergétique viennent de lancer un appel à accélérer les travaux nécessaires à la préparation de la loi de programmation qui doit être votée d'ici la fin de l'année.

142105_GF.jpg
Les signataires de l'appel
© C-O

Après la tenue du débat national sur la transition énergétique qui a mobilisé des centaines d'acteurs pendant des mois l'an dernier, qu'en est-il de la dynamique ainsi créée ? En juillet 2013, à la fin du DNTE, un collectif d'ONG, de syndicats, d'entreprises spécialisées dans les énergies renouvelables et l'efficacité énergétiques, députés, de collectivités locales, etc (FNE, Réseau action climat, Humanité et biodiversité, ARF, Unsa, CFDT, Cler, Energy cities, Syndicat des énergies renouvelables, Orée...), s'était créé pour assurer un suivi vigilant. Après avoir alerté le ministre de l'Ecologie dans une lettre datée du 20 décembre sur le manque d'éléments indispensables dans les travaux de réflexions de la préparation de la loi, le collectif vient de publier un « appel » pour demander « à peser ensemble sur la rédaction du projet de loi ».

« Cet appel est fait pour interpeler l'opinion publique et replacer le débat devant les yeux des citoyens. Le but de l'appel c'est aussi d'être associé à l'élaboration de la loi sur la transition énergétique, qui est un palier important, il ne faut pas se louper. Il serait cohérent que la loi reprenne la synthèse consensuelle du débat sur la transition énergétique », précise ainsi Patrick Pierron, secrétaire national de la CFDT). « Notre inquiétude c'est qu'après un débat très riche, l'administration a du mal à retranscrire toutes les préconisations faites », insiste le député Vert Denis Baupin.

Le financement, « un peu la pièce manquante de la transition énergétique »

Autre inquiétude forte, celle du financement de cette transition : « La transition énergétique est une des principales réponses qu'on peut donner à la crise économique et financière. Or, la nouvelle question qui se pose est comment faire en sorte que l'argent public puisse servir de levier à l'investissement du secteur bancaire ? On ne peut pas faire la transition énergétique avec les seuls moyens publics », assure ainsi Pierre Radanne, expert des questions énergétiques (association 4D). « Nous attendons de la transparence, de la participation et de la prévisibilité et de la simplification dans les débats. On assiste à une multiplication des commissions, si bien qu'on ne sait plus qui fait quoi et surtout qui décide... Les entreprises sont perdues dans les méandres des textes: lois, décrets, arrêtés... », insiste de son côté Patricia Savin, la présidente de l'association Orée qui regroupe entreprises, collectivités, ONG, etc.

Une conférence bancaire et financière est bien prévue en juin pour travailler plus précisément sur ces questions mais « on voit un manque de mobilisation des acteurs financiers. La conférence bancaire pour la transition énergétique n'avance pas beaucoup. Nous poussons pour qu'elle ait lieu avant le printemps. Le financement est un peu la pièce manquante de la transition énergétique.», insiste Bruno Rebelle, fondateur de l'agence Transitions et ex co-pilote du débat national sur la transition énergétique.

Les signataires de l'appel n'occultent pas les difficultés économiques du pays mais demandent justement à travailler sur une association entre partenaires publics et privés. « En amont, il faut travailler avec les banques pour voir quel peut être leur apport. Dans certains territoires, les banques disent qu'elles sont d'accord pour investir. Certaines m'ont assuré qu'en cas de mise en jeu d'1€ d'argent public en garantie, elles pourraient mettre 20 €. Mais cela ne se règlera pas avec le colloque, il faut qu'il y ait des négociations auparavant », souligne Pierre Radanne, qui travaille notamment avec plusieurs régions sur le sujet. Pierre Perbos, le président Action Climat, estime lui qu'on peut aller « encore plus loin que le public/privé. En Allemagne, ils font appel à des obligations, et non à des fonds publics ».

Céline Oziel
© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Transition énergetique

La transition énergétique désigne le passage de l’utilisation massive d’énergies fossiles, épuisables et émettrices de gaz à effet de serre (pétrole, charbon, gaz), vers un bouquet énergétique donnant la part belle aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique.

IStock @ipopba

Avec ou sans nucléaire, il faudra développer massivement les énergies renouvelables pour atteindre la neutralité carbone

Le gestionnaire du réseau électrique français RTE a présenté ce lundi 25 octobre six trajectoires de décarbonation d’ici 2050. Afin de se passer totalement des énergies fossiles tout en garantissant la sécurité d’approvisionnement, les énergies renouvelables devront couvrir au minimum 50 % de notre...

WEO 2021 AIE

Un nouveau secteur énergétique décarboné émerge mais encore trop lentement, alerte l'Agence internationale de l'énergie

En pleine crise de l'énergie et à l'approche de la COP26 sur le climat à Glasgow, le World Energy Outlook de l'Agence internationale de l'énergie (AIE), publié ce mercredi 13 octobre, sonne le rappel pour que les gouvernements respectent l'Accord de Paris. L'agence note l'émergence d'un nouveau...

Carbon tax istock

L’explosion du prix du gaz menace la transition énergétique

Face à la flambée des prix du gaz, en partie due à la hausse du prix carbone, certains appellent à faire marche arrière, quitte à freiner la transition énergétique. Mais pour d'autres, il faut au contraire maintenir une trajectoire ambitieuse de prix carbone, tout en accélérant sur le développement...

bruxelles tce @Friendsofearth

Traité sur la charte de l'énergie : la cour de justice européenne veut protéger la transition énergétique des États

La Cour de justice de l'Europe a tranché. Non, le mécanisme permettant à un investisseur d'attaquer un État sur sa politique climatique n'est pas applicable. C'est une victoire pour les organisations environnementales. Peu connu, le Traité sur la charte de l'énergie est accusé aujourd'hui de...