Publié le 28 avril 2017

ÉNERGIE

600 milliards de dollars pour sauver le climat

Notre monde est suffisamment prospère pour diviser de presque moitié les émissions annuelles de CO2 d’ici 2040, selon l’Energy Transitions Commission. Une nécessité pour limiter le réchauffement climatique mais qui passe par une redirection importante des investissements dans le mix énergétique.

Il est possible de diviser par deux les émissions de CO2 moyennant un investissement limité, selon l'Energy transitions commission
sean carpenter

"Ce n'est pas seulement un autre plan, c'est un meilleur plan ! Nous montrons comment le monde peut éliminer les obstacles pour transformer les défis en opportunités, non seulement dans les économies avancées, mais aussi dans les pays émergents", lance Ajay Mathur, vice-président de l’Energy Transitions Commission (ETC).

Selon le dernier rapport de cet organisme regroupant de grands acteurs industriels (BHP Billiton, Veolia, Shell, Schneider Electric), des instituts sur l’environnement et des établissements financiers (Merrill Lynch, HSBC), il est possible techniquement et financièrement de faire passer les émissions de CO2 de 36 milliards de tonnes par an aujourd’hui à 20 milliards de tonnes en 2040, contre 47 milliards selon la tendance actuelle.

 

Baisser les investissements fossiles de 3 700 milliards de dollars

 

Cette division par deux est une condition sine qua non pour préserver le climat. "L’investissement nécessaire pour cette transition – un supplément de 300 à 600 milliards d’euros chaque année – ne devrait pas poser de difficultés majeures dans un monde où l’épargne et les investissements globaux atteignent 20 000 milliards de dollars par an", écrivent les auteurs. Ce surcoût raisonnable est le fruit d’un changement majeur dans les dépenses énergétiques à mener d’ici 2030. Une baisse de 3 700 milliards de dollars des investissements dans les fossiles est nécessaire tandis que ceux dans les technologies bas-carbone et l’efficacité énergétique requièrent respectivement une hausse de 6 000 et 9 000 milliards de dollars.

La feuille de route de l’ETC compte quatre grands axes de travail. Premièrement, il s’agit classiquement d’accélérer la production électrique d’origine renouvelable, tout en déployant l’usage de l’électricité dans les transports, le chauffage et les process industriels. Les experts jugent qu’avec les performances croissantes des technologies bas-carbone, un système 100 % renouvelable n’aurait pas un coût excédent 70 euros par MWh et serait donc compétitif avec les énergies fossiles.

Le deuxième axe de travail vise à développer des technologies alternatives pour décarbonner les secteurs difficiles à électrifier comme les transports lourds et certaines activités industrielles. Cela passe par de la recherche en matière de bioénergies, d’hydrogène, de capture du carbone et de transformation du CO2 en matière première. "Des efforts de R&D importants doivent être engagés pour développer ces solutions et en abaisser les coûts", appellent les auteurs.

 

Digitalisation et économie circulaire


La troisième priorité est d’accroître la productivité énergétique, c’est-à-dire l’énergie nécessaire pour produire un point de PIB. Selon l’ETC, il doit passer de 1,5 % aujourd’hui à 3 % en 2040, ce qui est "techniquement possible" en adoptant des changement structuraux en faveur de la digitalisation et de l’économie circulaire.

Quatrièmement, il s’agit d’optimiser l’utilisation des énergies fossiles indispensables. Car les auteurs ne visent pas un monde sans pétrole, ni charbon, ni gaz en 2040. A cette date, "cette transition permettrait une baisse de 30 % de l’utilisation d’énergies fossiles, mais elles représenteraient toujours 50 % du mix énergétique", prévient le rapport. Aussi, il sera nécessaire par exemple de favoriser le passage du charbon au gaz pour la production électrique, de maîtriser les fuites de méthane et de se passer du torchage.

Ludovic Dupin
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Transition énergetique

La transition énergétique désigne le passage de l’utilisation massive d’énergies fossiles, épuisables et émettrices de gaz à effet de serre (pétrole, charbon, gaz), vers un bouquet énergétique donnant la part belle aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique.

Transition ecologique energie fossile

10 incertitudes qui pèsent sur la transition écologique depuis le Covid-19

Le prix des énergies fossiles, la baisse des investissements dans les renouvelables, l'exode urbain ou encore la poursuite du télétravail.... De nombreuses incertitudes liées au Coronavirus, mises en avant par le cabinet Enerdata, pèsent sur la transition écologique alors que les plans de relance...

Plans post-Covid : une chance unique de changer l’énergie mondiale selon l'AIE

Investir massivement pour une relance énergétique créatrice d'emplois, favorable au climat et à la croissance : c'est l'équation complexe que veut résoudre l'Agence internationale de l'énergie (AIE) avec son plan post-Covid 19 présenté jeudi 18 juin. Pour elle, les immenses plans de relance à venir...

TPE PME transition ecologique

Le gouvernement va accompagner les TPE-PME pour mieux réussir la transition écologique

La transition écologique ne se fera pas sans les millions de petites et très petites entreprises françaises qui assurent près de la moitié de l’emploi salarié français. Pour cela, le gouvernement, l’Ademe et Bpifrance unissent leur force pour les aider à financer leur transformation. Un plan qui...

Geoffroy Roux de Bezieux MEDEF EricPiermont AFP

Plan de relance : le Medef veut un "bouclier écologique" aux frontières de l’Europe

Pour le Medef, la relance française doit passer avant tout par la consommation. Mais, mise sous pression par la société civile et ses propres membres, l’organisation patronale juge aussi qu’une bonne relance passera par la protection de l’environnement de la planète. C’est pourquoi il propose entre...