Publié le 17 septembre 2018

ÉNERGIE

Un boom de la voiture électrique pourrait détruire de nombreux emplois, principalement chez les petits sous-traitants

Moins complexe, comportant moins de pièces et de composants, et nécessitant moins de maintenance que son équivalent thermique, la voiture électrique se passera d’une partie de la main d’œuvre automobile actuelle. C’est ce qui ressort d’un rapport publié début septembre par l’ACEA, l’Association des constructeurs automobiles européens, qui appelle à une transformation de la mobilité à un rythme soutenable et non brutal.

Les fournisseurs européens devraient produire 38 % de pièces en moins pour une voiture électrique, comparée à un véhicule thermique.
@Pixabay

Alors que les eurodéputés proposent que d’ici 2030, 40 % des voitures neuves vendues en Europe soient à faibles émissions de CO2, les constructeurs automobiles européens agitent le spectre de la destruction d’emplois. Dans un rapport (1) publié début septembre par l’ACEA, l’association des constructeurs automobiles européens, ils estiment que les impacts d’un déploiement trop brutal de la voiture électrique seront néfastes pour l’emploi, en particulier pour les petits sous-traitants.

Selon les calculs du FTI Consulting, qui a réalisé l’étude, les fournisseurs et constructeurs européens devraient produire respectivement 38 % et 17 % de pièces en moins. En cause, le fait que la voiture électrique est plus simple que son équivalent thermique. Elle nécessite six fois moins de pièces et compte 60 % de composants en moins. Qui plus est, elle tombe plus rarement en panne, ce qui n’arrangera pas les affaires des garagistes.

Relocaliser la production des batteries

"La totalité de la chaîne de production européenne devra se transformer à un rythme soutenable, protégeant ainsi l’emploi et la viabilité à long terme du secteur", plaide ainsi Erik Jonnaert, secrétaire général de l'ACEA. "Les constructeurs automobiles sont impatients d’aller aussi vite que possible vers des véhicules sans émissions. Cependant, ce rapport montre clairement que des objectifs de CO2 trop stricts, ainsi qu’un quota de vente irréaliste pour les véhicules électriques pourraient entraîner de graves problèmes structurels dans l’UE."

Autre argument invoqué par les constructeurs, le manque à gagner dû aux batteries qui, selon leurs estimations, représenteront 35 à 50 % du coût des voitures électriques. Or celles-ci sont aujourd’hui produites à l’autre bout du monde. Pour pallier cet obstacle, les eurodéputés préconisent également un soutien à la fabrication de batteries en Europe. "C'est l'occasion de donner une nouvelle vie au secteur manufacturier de l'UE, d'investir dans l'innovation et de stimuler la croissance économique”, estime ainsi la député européenne Miriam Dalli.

Mais selon le rapport de l’ACEA, même des batteries produites dans l'UE auraient un faible impact sur l'emploi. Si les émissions de CO2 étaient réduites de 30 %, cela permettrait la création de 51 000 emplois dans le secteur des batteries, mais seulement 2 000 emplois seraient générés dans un scénario de réduction des émissions de 40 %. Aujourd'hui, 13 millions d'Européens travaillent dans le secteur automobile, c'est 6 % de la population active.  

Concepcion Alvarez @conce1

(1) Voir le rapport


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

En annonçant la fin des véhicules essences et diesel, la Chine impose au monde la voiture électrique

Le ministère chinois de l'Industrie a annoncé qu'il préparait l'interdiction des véhicules à propulsion thermique dans tout le pays. Si l'échéance n'est pas précisée, elle devrait se situer entre 2030 et 2040. La Chine est le septième pays au monde à prendre cette décision. Mais quand on...

Le pétrolier Shell investit dans la voiture électrique

La Transition énergétique est en marche. La décision de Shell de s’associer à Ionity, spécialiste des bornes de recharge rapide pour voitures électriques, en est un symbole fort.

Renault va investir 1 milliard d'euros en France sur la voiture électrique

Doublement de la production de Zoe, triplement de la fabrication de moteurs, nouveaux modèles… Avec un milliard d’euros d'investissements en France sur cinq ans, Renault va accélérer son virage sur les véhicules électriques, domaine dans lequel il est pionnier dans l’Hexagone.

États-Unis : quel avenir pour la voiture électrique ?

Depuis le début de l'année, des propositions de loi ont été déposées dans plusieurs États américains pour stopper les aides à l'achat de véhicules électriques. Des mesures qui sont la conséquence d'un puissant lobbying de la part d'acteurs liés aux énergies fossiles. Dans d'autres États,...

ÉNERGIE

Mobilité durable

Le secteur des transports est le principal émetteur de CO2 en France. Pour limiter ce type de nuisance, la mobilité durable favorise l’éco mobilité avec les transports doux (vélo, marche à pied, transport fluvial ou ferroviaire) et le recours aux transports en commun sous toutes les formes (covoiturage, auto-partage, etc.)

Mobilite futur Volvo 360c Interior Office

[Le monde en 2050] Fini les conducteurs, demain tous passagers !

Nous sommes en 2050. Les moyens de transports pour aller travailler, partir en week-end ou en vacances ont radicalement changé par rapport au début des années 2000, remplacés en grande partie par des véhicules sans conducteur. Les constructeurs de voitures et autres véhicules, tout-puissants au 20e...

[Bonne Nouvelle] La SNCF veut des trains zéro déchet et zéro émission pour 2035

Au moment où le secteur aérien est pointé du doigt pour son impact environnemental, la SNCF surfe sur la vague en faveur du train pour annoncer deux nouveaux objectifs. L’un vise à neutraliser les émissions de microparticules et l’autre à ne plus produire de déchets d’ici 15 ans.

La fin des véhicules thermiques en 2040 : un objectif à 500 milliards d'euros

La loi Mobilités durables, adoptée à l’Assemblée nationale le 18 juin en première lecture, a entériné la fin des véhicules thermiques en 2040. Selon un rapport parlementaire, cet objectif est tout à fait réalisable mais va s’avérer très coûteux. De l’ordre de plusieurs centaines de milliards d’euros...

Salon du Bourget : le secteur aéronautique face au défi de la transition énergétique

La 53ème édition du salon du Bourget va réunir les grands acteurs de l'industrie aéronautique, de défense et de l'espace, du 17 au 23 juin. Cette messe mondiale de l'aviation est marquée par un contexte de forte croissance et de questionnements face à son impact sur l'environnement.