Et si on recyclait les fusées ? Mercredi 11 octobre, SpaceX a réussi le lancement d'une fusée qui avait déjà voyagé dans l'espace en février. Une performance qui devrait permettre de diminuer 100 fois le coût d'un voyage dans l'espace.

SpaceX n’en finit pas de révolutionner le monde des transports. Après l’hyperloop, le train volant qui devrait atteindre les 1 200 km/h, la société américaine d’Elon Musk vient de réaliser un nouveau prodige : lancer une fusée qui avait déjà voyagé dans l’espace.

La fusée Falcon 9 a ainsi décollé du Kennedy Space Center en Floride le mercredi 11 octobre. À son bord, le satellite 105/SES-11. Le but : fournir une couverture de télévision et de communication à l’Amérique du Nord, Hawaï, le Mexique et les Caraïbes.
Recycler pour rendre accessible les voyages dans l’espace
10 minutes après le lancement, le premier étage de la fusée s’est détaché et a atterri, en douceur, sur une plateforme située dans l’Atlantique. Une performance que Space X a déjà réalisée plusieurs fois puisque le premier étage de la fusée lancée le 11 octobre a déjà été utilisé en février lors d’un précédent lancement.
"SpaceX pense qu’une fusée pleinement réutilisable est l’étape essentielle nécessaire pour réduire considérablement le coût de l’accès à l’espace", explique l’entreprise. "La majorité des coûts de lancement proviennent de la construction de la fusée, qui ne vole qu’une fois. Sur une ligne commerciale, chaque nouvel avion coûte à peu près le même prix que le Falcon 9, mais il peut voler plusieurs fois par jour et effectuer des dizaines de milliers de vols au cours de sa durée de vie".
Paris-New York en 30 minutes
Elon Musk, le patron de SpaceX, estime qu’un véhicule de lancement spatial réutilisable pourrait réduire de cent fois le coût d’un voyage dans l’espace. Et le visionnaire ne s’en cache pas, son but est de coloniser Mars dès 2024.
Mais d’ici là, il a d’autres ambitions pour la planète Terre : relier en moins d’une heure n’importe quel point de la Terre grâce à sa fusée BFR, Big Fucking Rocket, littéralement "putain de grosse fusée", un nom qui ne s’invente pas. Les Parisiens pourraient d’ici 2022, rejoindre New York en 30 minutes à une vitesse de 27 000 km/h. Bienvenue dans le futur. 

Marina Fabre @fabre_marina

Découvrir gratuitement l'univers Novethic
  • 2 newsletters hebdomadaires
  • Alertes quotidiennes
  • Etudes