Publié le 15 juin 2018

ÉNERGIE

Renault va investir 1 milliard d'euros en France sur la voiture électrique

Doublement de la production de Zoe, triplement de la fabrication de moteurs, nouveaux modèles… Avec un milliard d’euros d'investissements en France sur cinq ans, Renault va accélérer son virage sur les véhicules électriques, domaine dans lequel il est pionnier dans l’Hexagone.

Le constructeur automobile Renault a annoncé qu'il allait investir "plus d'un milliard d'euros" en France d'ici à 2022 pour le développement et la production de véhicules électriques. Le groupe français prévoit notamment la fabrication de modèles électriques dans son usine de Douai (Nord) à partir de 2021 et le doublement des capacités de production de sa citadine électrique Zoe dans l'usine de Flins (Yvelines) lors des quatre prochaines années, selon un communiqué.

Renault a été avec son partenaire japonais Nissan un des pionniers des véhicules électriques, sous l'impulsion de son PDG, Carlos Ghosn. Il est devenu le numéro un européen sur ce type de motorisations. Son modèle vedette Zoe s'est notamment vendu à 32 000 exemplaires l'an dernier.

La marque au losange est également leader sur le créneau des utilitaires électriques avec la fourgonnette Kangoo, produite à Maubeuge (Nord). D'ici à 2022, c'est-à-dire au terme du plan stratégique "Drive The Future", les capacités de production de la Zoe sur le site de Flins, le seul à assembler ce modèle, passeront de 60 000 unités par an en 2018 à environ 120 000.

240 000 moteurs par an

L'an dernier, les capacités se limitaient à 40 000 véhicules annuels. Renault a indiqué prévoir l'introduction à Douai d'une nouvelle plateforme électrique, " issue de son alliance avec Nissan et Mitsubishi, pour créer un deuxième site de production Renault de véhicules électriques". La marque n'a pas encore communiqué sur la nature des nouveaux modèles de cette plateforme.

Renault annonce également un "triplement des capacités de production de moteurs électriques" à Cléon (Seine-Maritime) où il va introduire un moteur "de nouvelle génération" en 2021. Les capacités passeront de 80 000 à 240 000 moteurs par an d'ici à 2022.

Le constructeur prévoit aussi des investissements à Maubeuge pour la production de la prochaine génération de Kangoo électriques. Une nouvelle plateforme de véhicules sera par ailleurs attribuée à Flins en 2019. "L'accélération de nos investissements en France pour le véhicule électrique va permettre d'améliorer la compétitivité et l'attractivité de nos sites industriels français", a déclaré Carlos Ghosn, cité dans le communiqué.

Renault a affiché l'an dernier une hausse de 38 % de ses ventes de véhicules électriques en Europe. La Zoe a progressé de 44 % et revendique près du quart des ventes de voitures électriques sur le marché européen.

Critiques syndicales

La CGT a critiqué une "annonce en trompe-l'oeil" car les investissements "annoncés n'enrayent pas la baisse d'activité sur les sites français, ni les délocalisations et externalisations de l’ingénierie" du groupe. Et "le triplement du volume des moteurs électriques ne palliera pas la perte d'activités liée à la diminution du moteur diesel", a dénoncé le syndicat.

La CFDT a, elle, salué "un signe positif pour l'emploi et la montée en compétence des salariés" dans "des thématiques d'avenir". "Ces excellentes nouvelles doivent permettre de négocier un droit syndical innovant", a-t-elle ajouté.

Le gouvernement français avait annoncé fin mai un "contrat stratégique de la filière automobile" visant une multiplication par cinq des ventes de véhicules électriques d'ici à 2022 dans le pays et un objectif de 100 000 bornes de recharge, avec un soutien financier de l'État.

La Rédaction avec AFP


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Mobilité durable

Le secteur des transports est le principal émetteur de CO2 en France. Pour limiter ce type de nuisance, la mobilité durable favorise l’éco mobilité avec les transports doux (vélo, marche à pied, transport fluvial ou ferroviaire) et le recours aux transports en commun sous toutes les formes (covoiturage, auto-partage, etc.)

Greve ratp questions

Chaos dans les transports publics : le pari risqué de l'ouverture à la concurrence

Journées de 13 heures, conflits à gérer, salaires jugés insuffisants... Les salariés des transports en commun en Île-de-France craignent une dégradation de leurs conditions de travail, déjà difficiles, avec l'ouverture à la concurrence. Celle-ci se déroule progressivement, sous le signe d'une...

Galere transports franciliens

Bus, métros, RER... Les difficultés s'accumulent sur le réseau de transport francilien, freinant la décarbonation de la mobilité

Alors que les transports en commun sont la clé de la décarbonation, le réseau francilien est au bord du chaos. Attentes interminables, foule qui se presse aux portes, rames bondées... Le service, réduit pendant la pandémie de Covid-19, n'a pas repris à 100%. Pourtant, les besoins augmentent chaque...

Covoiturage ecov ligne

Plan covoiturage : le gouvernement veut en faire un transport en commun comme les autres

Le covoiturage prend sa place dans l'arsenal de la mobilité durable et partagée. 150 millions d'euros lui sont alloués par le gouvernement pour tripler son usage d'ici 2027. Lignes de covoiturage avec arrêts dédiés, voies réservées, plateformes en ligne... Tous les moyens sont bons pour encourager...

Trafic automobile voitures pollution air istock

L’industrie automobile en route vers l’électrification peine encore à changer de modèle

L’industrie automobile apparaît bien engagée pour passer au véhicule électrique, les annonces en ce sens se multipliant sous l'effet du durcissement des normes. Mais la transition se passe moins facilement qu'il n'y parait car les constructeurs automobiles demeurent encore bien accros au moteur...