Publié le 17 avril 2022

ÉNERGIE

Les Français ont acheté en 2021 plus de vélos que de voitures

Le vélo est désormais le moyen de locomotion le plus vendu en France. En 2021, plus de 2,7 millions de vélos ont été achetés contre 1,65 million de voitures. Une dynamique très forte portée par la crise sanitaire malgré des problèmes d'approvisionnement pour la filière. L'enjeu est désormais de maintenir cette tendance en misant sur la production française et le développement d'infrastructures adaptées dans toute la France.

Velo hausse vente paris THOMAS COEX AFP
La crise sanitaire a dopé la vente de vélos et le développement de "coronapistes" dans l'Hexagone.
THOMAS COEX / AFP

C’est un symbole de taille. Selon les derniers chiffres de l’Union Sport & Cycle, les Français ont acheté plus de 2,7 millions de vélos en 2021. Des ventes exceptionnelles pour le pays. En seulement deux années, le marché de la petite reine a ainsi bondi de 43 % en valeur. Une dynamique telle qu’elle dépasse les ventes de voitures neuves. "C’est au-delà de nos espérances. On sentait une effervescence mais pas à ce point", réagit Virgile Caillet, délégué général de l’Union Sport & Cycle qui suit depuis plus de 20 ans l’évolution des ventes de cycles en France. 

Avec la crise des Gilets jaunes et la multiplication des grèves, de nombreux Français se sont tournés vers le vélo comme moyen de locomotion. Mais c’est le Covid-19 et les confinements à répétition qui ont marqué un vrai tournant en France. Dès le premier déconfinement, Joseph d’Halluin secrétaire générale de la Fédération française des usagers de la bicyclette (FUB) évoquait une "hausse vertigineuse" du vélo. Sur Twitter, la "team" rassemblée sous le hashtag #vélotaf s’en donne à cœur joie. Les internautes se filment à vélo sur des pistes cyclables dépassant les voitures coincées dans des embouteillages.

Boom de la production made in France

En prenant en compte les pièces détachées, type casques, cadenas, pneus… le marché du cycle français pèse désormais 3,4 milliards d’euros. Une tendance d’autant plus importante que ces chiffres ne prennent pas en compte la vente des vélos d’occasion. "Il y a une véritable euphorie", constate Virgile Caillet. Le soufflé aurait pu retomber étant donné les fortes tensions qui sont apparues avec la crise sanitaire tout au long de la chaîne d’approvisionnement. Entre l’explosion de la demande et l’arrêt de certaines usines, la filière a été mise à rude épreuve prolongeant de plusieurs semaines voire plusieurs mois la livraison de certaines pièces. 

Ces retards ont notamment permis de renforcer une production tricolore. En 2021, 800 000 vélos ont ainsi été produits dans l’Hexagone contre 600 000 en 2020. L’Union Sport & Cycle prévoit la production en France d’environ 980 000 vélos dont plus de 50 % à assistance électrique d’ici la fin de l’année. Si les spécialistes estiment que le pays est désormais un des marchés les plus porteurs en Europe, c’est que la France est particulièrement en retard par rapport à ses voisins. 

Pas encore un pays du vélo

"Il y a un phénomène de société mais il serait prématuré de dire que la France est redevenue un pays du vélo", relativise Virgile Caillet. "Quand les Français achètent 2,8 millions de vélos, les Allemands montent à 4 millions". D’où l’importance d’accompagner cette transition. Deux facteurs essentiels sont à prendre en compte. D’abord la sécurité et le développement de pistes cyclables. En septembre dernier, lors de la présentation du "plan vélo" de la France, lancé en 2018, la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili et celui des Transports, Jean-Baptiste Djebbari évaluaient une hausse de 30 % des pistes cyclables en trois ans. 53 000 km d’infrastructures sont ainsi déployées en France. 

"Il faut un portage politique fort pour maintenir la dynamique", croit Virgile Caillet qui rappelle que le deuxième facteur de réussite de cette transition est la lutte contre les vols et dégradation de vélo. Une situation qui nécessite là aussi une adaptation des infrastructures. Dans ce cadre, en février, le gouvernement a rendu obligatoire le marquage de vélos vendus par les professionnels. Le vélo est alors enregistré dans le Fichier national unique des cycles identifiés (Fnuci), ce qui permettra aux autorités de restituer à son propriétaire son vélo en cas de vol. 

Marina Fabre Soundron @fabre_marina


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Mobilité durable

Le secteur des transports est le principal émetteur de CO2 en France. Pour limiter ce type de nuisance, la mobilité durable favorise l’éco mobilité avec les transports doux (vélo, marche à pied, transport fluvial ou ferroviaire) et le recours aux transports en commun sous toutes les formes (covoiturage, auto-partage, etc.)

Greve ratp questions

Chaos dans les transports publics : le pari risqué de l'ouverture à la concurrence

Journées de 13 heures, conflits à gérer, salaires jugés insuffisants... Les salariés des transports en commun en Île-de-France craignent une dégradation de leurs conditions de travail, déjà difficiles, avec l'ouverture à la concurrence. Celle-ci se déroule progressivement, sous le signe d'une...

Galere transports franciliens

Bus, métros, RER... Les difficultés s'accumulent sur le réseau de transport francilien, freinant la décarbonation de la mobilité

Alors que les transports en commun sont la clé de la décarbonation, le réseau francilien est au bord du chaos. Attentes interminables, foule qui se presse aux portes, rames bondées... Le service, réduit pendant la pandémie de Covid-19, n'a pas repris à 100%. Pourtant, les besoins augmentent chaque...

Covoiturage ecov ligne

Plan covoiturage : le gouvernement veut en faire un transport en commun comme les autres

Le covoiturage prend sa place dans l'arsenal de la mobilité durable et partagée. 150 millions d'euros lui sont alloués par le gouvernement pour tripler son usage d'ici 2027. Lignes de covoiturage avec arrêts dédiés, voies réservées, plateformes en ligne... Tous les moyens sont bons pour encourager...

Trafic automobile voitures pollution air istock

L’industrie automobile en route vers l’électrification peine encore à changer de modèle

L’industrie automobile apparaît bien engagée pour passer au véhicule électrique, les annonces en ce sens se multipliant sous l'effet du durcissement des normes. Mais la transition se passe moins facilement qu'il n'y parait car les constructeurs automobiles demeurent encore bien accros au moteur...