Publié le 13 mars 2018

ÉNERGIE

Les défaillances de la SNCF sont un obstacle à la transition énergétique, selon Nicolas Hulot

La SNCF cahote. Les pannes à répétitions, les retards, les dysfonctionnements complexifient le quotidien des français. Pour le ministre de la transition énergétique Nicolas Hulot, la situation est tellement grave qu’elle en devient une entrave à la transition énergétique. Au point que les usagers en sont à délaisser le train au profit de l’automobile.    

Les fortes chutes de neige en février ont considérablement perturbé le trafic SNCF.
SNCF

La SNCF n'assure plus "les services que l'on avait l'habitude de recevoir" et "c'est insupportable pour le quotidien des Français", a déclaré, mardi 13 mars, Nicolas Hulot à la veille de la présentation de la loi sur les ordonnances permettant de réformer le secteur ferroviaire.

"Ça n'a échappé à personne que ce service public magnifique ne remplit plus les services que l'on avait l'habitude de recevoir", a déclaré le ministre de la Transition écologique au micro de France Inter. "Je pense que c'est insupportable pour le quotidien des Français", a-t-il ajouté.

Une question de mobilité durable

Cette semaine s'annonce décisive pour l'opérateur ferroviaire français avec la présentation mercredi de la loi permettant de réformer le secteur, suivie de la remise de la feuille de route de son patron, Guillaume Pepy, et une décision des syndicats sur une probable grève.

"Implicitement, si j'ai envie que la SNCF fonctionne mieux, c'est pour inciter les gens à l'utiliser le plus souvent, mais là, on est dans une incitation un peu contraire", a jugé Nicolas Hulot qui dit prendre le train au moins 2, 3 ou 4 fois par semaine.

"Il y a des gens maintenant qui vont plutôt se tourner vers le co-voiturage, qui vont prendre leur voiture parce qu'ils auront la garantie d'être plus à l'heure", a expliqué Nicolas Hulot. "Voyons comment on peut remettre le ferroviaire au cœur de la mobilité durable sur deux priorités : le confort du transport quotidien et, je l'espère, le transport du fret ferroviaire", a-t-il ajouté.

La Rédaction avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Mobilité durable

Le secteur des transports est le principal émetteur de CO2 en France. Pour limiter ce type de nuisance, la mobilité durable favorise l’éco mobilité avec les transports doux (vélo, marche à pied, transport fluvial ou ferroviaire) et le recours aux transports en commun sous toutes les formes (covoiturage, auto-partage, etc.)

Tunnel Lyon Turin LGV France Italie NicolasLiponne NurPhoto

La ligne grande vitesse Lyon-Turin fait dérailler la majorité italienne

La ligne à grande vitesse (LGV) entre Lyon et Turin est un vieux projet controversé. Conçu pour traverser les Alpes afin de faciliter les échanges entre les deux pays, le chantier est pharaonique puisqu’il s’agit, entre autres, de forer un tunnel de 57 kilomètres ! Le retard est si considérable que...

Mobilite futur Volvo 360c Interior Office

[Le monde en 2050] Fini les conducteurs, demain tous passagers !

Nous sommes en 2050. Les moyens de transports pour aller travailler, partir en week-end ou en vacances ont radicalement changé par rapport au début des années 2000, remplacés en grande partie par des véhicules sans conducteur. Les constructeurs de voitures et autres véhicules, tout-puissants au 20e...

[Bonne Nouvelle] La SNCF veut des trains zéro déchet et zéro émission pour 2035

Au moment où le secteur aérien est pointé du doigt pour son impact environnemental, la SNCF surfe sur la vague en faveur du train pour annoncer deux nouveaux objectifs. L’un vise à neutraliser les émissions de microparticules et l’autre à ne plus produire de déchets d’ici 15 ans.

La fin des véhicules thermiques en 2040 : un objectif à 500 milliards d'euros

La loi Mobilités durables, adoptée à l’Assemblée nationale le 18 juin en première lecture, a entériné la fin des véhicules thermiques en 2040. Selon un rapport parlementaire, cet objectif est tout à fait réalisable mais va s’avérer très coûteux. De l’ordre de plusieurs centaines de milliards d’euros...