Publié le 01 avril 2018

ÉNERGIE

[LE CHIFFRE] La voiture électrique moins chère que l'essence dès 2025

Ce qui semblait impossible il y a encore quelques années va se réaliser d'ici peu. Les voitures électriques seront moins chères à l'achat que leurs équivalents thermiques d'ici sept ans seulement. C'est ce que révèle une étude de Bloomberg. En cause, la baisse du prix du lithium, mais aussi les réglementations qui se durcissent partout dans le monde sur le diesel.

Les experts tablent sur une baisse continue du prix des batteries au lithium qui équipent les véhicules électriques, du fait de leur production à grande échelle.
@Pixabay

Rouler en électrique devrait devenir la norme... plus vite que prévu. Selon une nouvelle étude publiée par Bloomberg New Energy Finance (BNEF), le prix des modèles électriques pourrait égaler celui des voitures essence dès 2024, et être moins cher l'année suivante, en 2025.  

Les experts tablent sur une baisse continue du prix des batteries au lithium qui équipent les véhicules électriques, du fait de leur production à grande échelle. En 2016, la moitié du coût d'un véhicule électrique était imputé à la batterie. Cette part devrait se réduire progressivement pour atteindre 24 % en 2024 puis seulement 16 % en 2030.  

La moitié des ventes en 2040  

Fin 2016, une autre étude arrivait à la même conclusion. Réalisée par l’association européenne de défense des consommateurs (le BEUC), elle estimait que le coût pour rouler en voiture essence pourrait être plus cher qu’avec un véhicule électrique, et ce, dès 2024. Il faut dire que de nombreux pays ont pris des mesures drastiques contre les véhicules thermiques. Ainsi, la France a annoncé la fin de leur vente pour 2040 et la Chine a même imposé un quotas de voitures électriques ou hybrides aux constructeurs dès 2019.  

Du côté des constructeurs justement, la machine est déjà lancée. Après le scandale sur ses voitures diesel, Volkswagen souhaite désormais devenir le numéro un mondial de l’électrique d’ici à 2025. Peugeot a annoncé la fin des diesel et Renault lancera une douzaine de véhicules électriques d’ici 2022. En attendant, les ventes restent confidentielles. Mais le même BNEF prédit qu'en 2040, elles devraient représenter plus de la moitié des ventes automobiles.     

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Mobilité durable

Le secteur des transports est le principal émetteur de CO2 en France. Pour limiter ce type de nuisance, la mobilité durable favorise l’éco mobilité avec les transports doux (vélo, marche à pied, transport fluvial ou ferroviaire) et le recours aux transports en commun sous toutes les formes (covoiturage, auto-partage, etc.)

Station recharge vehicule electrique renault CCO

Les ventes de véhicules électriques pourraient être freinées par la réglementation et le manque d'infrastructures

Les ventes de véhicules électriques n’ont cessé d’augmenter ces derniers mois en Europe. Pourtant, l’organisation Transport et Environnement craint que le renforcement de la réglementation européenne sur les émissions des véhicules d’ici 2030 soit trop laxiste, et n’incite pas les marques...

Tesla Model 3 sur route Tesla

Avec 1000 milliards de dollars de valorisation, Tesla explose les compteurs malgré son défi industriel

Le constructeur américain de voitures électriques continue d’affoler la Bourse. Il vient de rejoindre le club des entreprises les plus chères au monde, comme Apple ou Microsoft, en dépassant les 1000 milliards de dollars de valorisation. Les bonnes nouvelles s’accumulent, avec un contrat géant...

Sailcoop voilier tourisme mbbirdy istock

Sailcoop veut faire des voiliers une alternative durable à l’avion

Fini les voyages express. Alors que le transport aérien est pointé du doigt pour son impact environnemental, Sailcoop signe une ode au temps long. La coopérative veut lancer un réseau de transport de voiliers. La première ligne sera lancée à l'automne en direction de la Corse. Plusieurs traversées...

Circulation automobilme Paris atessadori

À Paris, passer à 30 km/h maximum n'est pas utile pour l'environnement... mais ce n'est pas l'objectif

Faire rouler les voitures à 30 km/h dans Paris ne fait pas baisser les émissions de CO2, au contraire même. Mais cette mesure, en vigueur depuis le 30 août, ne vise pas cet objectif. Officiellement, il s’agit d’accroître la sécurité et d’abaisser le bruit. En réalité, la mesure pourrait surtout...