Publié le 24 novembre 2017

ÉNERGIE

L’hydrogène pourrait alimenter 10 à 15 millions de voitures d’ici 2030

À l’occasion de la COP23, le Conseil de l’hydrogène, qui réunit 18 multinationales du secteur, a publié une feuille de route ambitieuse pour la filière. Celle-ci estime que l’hydrogène, déployé à grande échelle, pourrait représenter un cinquième de l’énergie consommée en 2050. Mais pour cela, gouvernements et investisseurs doivent l’intégrer dans leurs stratégies.  

L'hydrogène pourrait générer un chiffre d'affaires de 2 500 milliards de dollars en 2050.
iStock

Alors que la France, suivie par de nombreux autres pays, a décidé de se passer des voitures thermiques à l’horizon 2040, l’hydrogène tente de se frayer un chemin aux côtés des véhicules électriques. La filière, réunie au sein du Conseil de l’hydrogène ("Hydrogen Council"), a profité de la COP23 pour publier une feuille de route particulièrement optimiste pour l’avenir (1).

Intitulée 'La montée en puissance de l’hydrogène', l’étude menée par le cabinet McKinsey, table sur le fait que l’hydrogène, déployé à grande échelle, pourrait représenter près d’un cinquième de l’énergie totale consommée en 2050, avec une demande annuelle multipliée par dix. L’hydrogène pourrait ainsi alimenter 10 à 15 millions de voitures et 500 000 camions d’ici à 2030.

"Le monde du XXIème siècle doit effectuer une transition vers l’utilisation d’énergies à faibles émissions de carbone, explique Takeshi Uchiyamada, PDG de Toyota Motor Corporation et co-président de l’Hydrogen Council. L’hydrogène est une ressource indispensable pour parvenir à cette transition car il peut servir à stocker et transporter de l’électricité d’origine éolienne, solaire ou provenant d’autres sources renouvelables en vue d’une utilisation dans les transports ou dans tout autre domaine." 

30 millions d’emplois

L’hydrogène pourrait ainsi contribuer à hauteur de 20 % à l’objectif de réduction des émissions de CO2 d’ici la moitié du siècle. Il générerait un chiffre d’affaires de 2 500 milliards de dollars et créerait plus de 30 millions d’emplois. Mais pour cela, d’importants investissements sont nécessaires, de l’ordre de 20 à 25 milliards de dollars par an.

"Les solutions sont matures sur le plan technologique et des acteurs industriels se sont engagés. Nous avons désormais besoin d’efforts concertés de toutes les parties prenantes pour que cette ambition se matérialise", lance Benoît Potier, PDG d’Air Liquide et co-président de l’Hydrogen Council.

Jusqu’ici reléguée au second plan derrière les véhicules électriques, la filière hydrogène commence à se faire une place dans la mobilité propre. Le constructeur ferroviaire français Alstom vient d’annoncer la livraison de 14 trains à hydrogène, d’une autonomie de 1 000 kilomètres, en Allemagne. Pau (Pyrénées-Atlantiques) a également lancé la première ligne de bus alimentés par de l’hydrogène. Et un bateau bus à hydrogène a été inauguré début novembre à La Rochelle (Charente-Maritime).

7 000 voitures à hydrogène

L’hydrogène peut être produit à partir de gaz naturel, ou bien à partir d’énergies renouvelables, par électrolyse de l’eau. Avec une consommation mondiale de 60 millions de tonnes par an, il représente moins de 2 % de la consommation mondiale d’énergie. Mais le déploiement des énergies renouvelables pourrait rapidement changer la donne. L’énergéticien Engie a ainsi décidé de se doter d’une entité dédiée à l’hydrogène renouvelable, après avoir cédé ses actifs de la filière amont de gaz naturel liquéfié à Total.

Pour l’instant, 7 000 voitures roulent à l’hydrogène dans le monde, dont une cinquantaine de taxis Hype à Paris. Mais le conseil de l’hydrogène, lancé en début d’année au forum économique mondial de Davos, entend bien convaincre les gouvernements et les investisseurs de l’intérêt de la filière. Il réunit 18 multinationales parmi lesquelles Air Liquide, Alstom, Audi, BMW, General Motors, Hyundai, Statoil, Total ou encore Toyota… mais pour l’instant, aucun constructeur français.

Concepcion Alvarez @conce1


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Pourquoi les JO de Paris 2024 rouleront Toyota et pas Renault

Alors que les JO de Paris 2024 ont été placés sous le signe de l’excellence environnementale, nous ne verrons pas de véhicules électriques à batterie transporter les officiels et les athlètes sur les sites olympiques. Pourquoi ? Car le partenaire automobile officiel du Comité international...

Voiture électrique : La France est-elle prête à abandonner l’essence et le diesel ?

Les constructeurs automobiles assurent que la technologie sera au rendez-vous pour répondre à la promesse de Nicolas Hulot de mettre fin aux véhicules thermiques en 2040. Mais ils appellent l’État à assumer sa part de responsabilité en déployant les infrastructures nécessaires à cette...

Automobile, énergies fossiles, finance verte.... Ce qu’il faut retenir du plan climat de Nicolas Hulot

Fin de la vente des voitures essence et diesel, neutralité carbone,  finance verte, fin des énergies fossiles, économie circulaire, prix du carbone ou encore interdiction des produits responsables de la déforestation… Le plan climat de Nicolas Hulot, présenté le 6 juillet, brasse large et...

Hydrogène cherche énergies renouvelables pour assurer transition énergétique

C’est un gaz que l’on connaît depuis presque deux siècles, mais dont les vertus en matière énergétique sont encore largement sous-exploitées. Avec une consommation mondiale de 60 millions de tonnes par an, l’hydrogène représente moins de 2% de la consommation mondiale...

L’hydrogène, booster de la mobilité électrique ?

Verrons-nous bientôt des stations à hydrogène aux côtés de nos traditionnelles pompes à essence ? La filière, qui accusait un sérieux retard en France, est en train d’appuyer sur l’accélérateur. Elle mise sur 6 000 stations de recharge et 800 000 véhicules roulant avec ce gaz à horizon...

ÉNERGIE

Mobilité durable

Le secteur des transports est le principal émetteur de CO2 en France. Pour limiter ce type de nuisance, la mobilité durable favorise l’éco mobilité avec les transports doux (vélo, marche à pied, transport fluvial ou ferroviaire) et le recours aux transports en commun sous toutes les formes (covoiturage, auto-partage, etc.)

Fret ferroviaire relance

Le gouvernement veut développer les "autoroutes ferroviaires" pour favoriser le fret

Le Premier ministre a posé ce lundi 27 juillet les jalons du plan de relance dédié au fret ferroviaire. Jean Castex a ainsi annoncé le développement de trois autoroutes ferroviaires, la gratuité des péages ou encore la relance du train des primeurs Perpignan-Rungis. 20 000 poids lourds pourraient...

Train la relance ne fait attendre

Le transport ferroviaire, devenu un symbole de la transition écologique, attend toujours son plan de relance

Alors que le train signe un retour en grâce porté par la prise de conscience écologique, l'État n'a toujours pas apporté un plan de soutien au secteur, durement touché par la crise. La nouvelle ministre, Barbara Pompili, a assuré qu'un "grand plan de relance pour le ferroviaire" était en...

Rue de rivoli

[Bonne nouvelle] Certaines coronapistes vont pouvoir être pérennisées pour favoriser la mobilité à vélo

C'est une bonne nouvelle pour ceux qui ont pris goût au vélo à la sortie du confinement et pour les cyclistes en général. Le gouvernement a annoncé le lancement d'un appel à projets pour soutenir les collectivités qui voudraient rendre pérennes leurs coronapistes. Celles-ci ont été installées de...

Velotaf mairie de paris

[Bonne nouvelle] La France triple le budget du plan vélo en raison de son succès pendant le déconfinement

Face au succès du vélo depuis le déconfinement, la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne a annoncé le triplement du budget du plan vélo passant de 20 à 60 millions d'euros. Elle ambitionne de faire de la France une "nation du vélo". Pour célébrer cette nouvelle dynamique elle...