Publié le 12 juin 2019

ÉNERGIE

Loi Mobilités : le forfait mobilités durables reste optionnel

[Mise à jour le 12 juin] Dans la nuit de mardi à mercredi, les députés ont donné leur feu vert au "forfait mobilités durables", l'une des mesures phares du projet de loi Mobilités. Il va permettre aux salariés d'être indemnisés jusqu'à 400 euros par an par leur entreprise s'ils viennent au travail avec des moyens écolos : vélo, covoiturage ou autopartage. Mais pour l'heure, cette prime reste optionnelle.

Le forfait mobilités prévoit d'indemniser les salariés venant au travail en vélo ou en covoiturage.
@CC0

[Mise à jour le 12 juin] Le forfait mobilités durables sera donc optionnel. C'est ce qu'ont décidé dans la nuit de mardi à mercredi les députés dans le cadre de l'examen du projet de loi Mobilités. Certains élus, y compris dans la majorité, ont plaidé en vain pour qu'il soit obligatoire. La présidente de la commission du Développement durable Barbara Pompili (LREM) a ainsi défendu un amendement allant dans ce sens.

Ce dispositif prévoit de verser aux salariés utilisant le vélo, l'autopartage ou le covoiturage (conducteur ou passager) pour se rendre au travail, jusqu’à 400 euros d’aides défiscalisées et exonérées de charges sociales par an. Ce forfait pourra se cumuler avec la prise en charge des abonnements de transport en commun, suite à une modification apportée par le Sénat en novembre dernier.

Un dialogue obligatoire sur les déplacements

Alors qu’il y a encore un mois à peine, Elisabeth Borne, ministre des Transports, se déclarait favorable à ce que cette prime devienne obligatoire pour les entreprises, elle a depuis fait marche arrière. À l’instar de l’indemnité kilométrique vélo, apparue en 2016, le forfait mobilités qui lui succède reste donc facultatif. "Je le regrette car cela aurait été un formidable message envoyé", réagit le député Matthieu Orphelin.

"Ce qui sera obligatoire, c’est de discuter des sujets domicile-travail dans les entreprises de plus de 50 salariés avec les partenaires sociaux, a expliqué la ministre chargée des Transports Élisabeth Borne. Je suis convaincue que les employeurs peuvent faire beaucoup sur ce thème. Ils peuvent jouer sur les horaires, le télétravail, faciliter le covoiturage". Mais, précise la ministre, "nous ferons un bilan dans 18 mois. Nous verrons si tout s’est bien passé. À défaut, nous serons amenés à prendre des dispositions pour rendre cette prime systématique et obligatoire".

Actuellement, les entreprises ont l’obligation de prendre à leur charge 50 % de l’abonnement du titre de transport en commun de leurs salariés. Pour ceux qui n’ont pas de transports en commun, les entreprises peuvent leur rembourser une partie des frais de carburant, jusqu’à 200 euros par an, défiscalisés. Et pour ceux qui viennent à vélo, ils peuvent être indemnisés de 200 euros maximum par an via l’indemnité kilométrique vélo. Mais seules 150 entreprises proposent ce dispositif selon le portail forfait-vélo.fr.

Quid des trottinettes

"Pour être vraiment incitatif, le forfait mobilités doit être obligatoire et cumulable avec la prise en charge des abonnements de transports en commun, commente Olivier Schneider, Président de la Fédération des Usagers de la Bicyclette (FUB). En Île-de-France par exemple, où le pass Navigo est pris en charge à hauteur de 420 euros par an par l’employeur, il ne reste plus rien pour les déplacements en vélo ou en covoiturage. Or, il est difficile de se passer des transports en commun dans un territoire si vaste. C’est pourquoi nous demandons un cumul total des deux."

Des élus de gauche tel Christophe Bouillon (PS) ou Loïc Prud'homme (LFI) sont allés dans le même sens, Hubert Wulfranc (PCF) estimant que "le caractère facultatif" pèserait défavorablement dans le rapport de force dans les négociations en entreprise.

Les trottinettes en outre sont les grandes oubliées. Malgré les débats qui les entourent, elles sont de plus en plus plébiscitées notamment dans les grandes agglomérations, en complément des trajets en transports. 

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Mobilité durable

Le secteur des transports est le principal émetteur de CO2 en France. Pour limiter ce type de nuisance, la mobilité durable favorise l’éco mobilité avec les transports doux (vélo, marche à pied, transport fluvial ou ferroviaire) et le recours aux transports en commun sous toutes les formes (covoiturage, auto-partage, etc.)

La Jamais Contente de Jenatzy a Acheres en 1899

[À l’origine] La Jamais Contente : la voiture électrique qui a dépassé les 100 km/h… en 1899

À la fin des années 1800, le choix du meilleur type de propulsion n’était pas encore établi. Si le moteur à explosion avait de nombreux avantages, beaucoup croyaient à l’électricité pour la mobilité. Une voiture électrique franco-belge tentera de le prouver en devenant le premier véhicule à dépasser...

Manifestation Anti SUV de Greenpeace en Allemagne DanielMuller Greenpeace

Salon de Francfort : Greenpeace dénonce l'impact de l'automobile sur la planète

Près d'un dixième des émissions mondiales de gaz à effet de serre. C'est, selon l'ONG environnementale Greenpeace, le bilan carbone 2018 de l'industrie automobile, pointée du doigt pour son impact sur l'environnement. Un calcul choc juste avant le lancement du salon automobile de Francfort, en...

Les francais prennent de plus en plus le train

Record de voyageurs en train : le patron de la SNCF y voit une prise de conscience écologique

C'est un succès pour Guillaume Pepy. Le président de la SNCF a annoncé un trafic record de 26 millions de passagers cet été. Pour lui, pas de doute, cette croissance s'explique par une prise de conscience écologique de la part des Français, au détriment de l'avion. Le flygskam, la honte de prendre...

Porte conteneurs Jules Vernes CMA CGM CMCGM

Le troisième transporteur mondial, CMA CGM, s’engage à ne jamais emprunter les voies maritimes de l’Arctique

À la faveur du réchauffement climatique, la fonte des glaces de l'Arctique ouvre de nouvelles voies maritimes plus rapides et plus économes passant, entre autres au nord de la Sibérie. Si les transporteurs se saisissent de cette opportunité, le français CMA CGM s'engage à ne pas y avoir recours. Le...