Publié le 24 avril 2018

ÉNERGIE

En 2017, il s’est vendu plus de vélos électriques en France que de scooters

Les ventes de vélo à assistance électrique (VAE) ont presque doublé en 2017 et représentent désormais 10 % du marché du vélo en France. Une véritable révolution dans la façon de se déplacer, et une excellente nouvelle pour la planète. Malheureusement, le gouvernement peine à suivre.

Si tous les Européens pédalaient autant que les Danois, l’Union européenne parviendrait à réduire ses émissions de 12 % à 26 % en 2050.
@Pixnio

L'an dernier, il s'est vendu quelque 255 000 vélos à assistance électrique (VAE) dans l'Hexagone, sur 2,78 millions de vélos. Un nombre multiplié par deux sur un an et qui atteint presque celui des motos et scooters cumulés. Le vélo électrique participe ainsi à l’engouement des Français pour une mobilité plus douce.

Si le report modal entre la voiture et le vélo classique reste faible, autour de 20 %, le VAE réussit à séduire plus d’automobilistes. Selon le cabinet Inddigo, 70 % des acheteurs d’un vélo à assistance électrique auraient ainsi abandonné leur voiture pour les trajets domicile-travail.

Une prime à l’achat revue largement à la baisse

Une bonne nouvelle pour la planète puisque la Fédération européenne des cyclistes a calculé que le bilan carbone du VAE est de 22 grammes de CO2 par kilomètre (gCO2/km), contre 101 gCO2e/passager/km pour le bus et 271 gCO2e par passager-kilomètre pour la voiture, soit 12 fois plus. Selon ces experts, si tous les Européens pédalaient autant que les Danois, l’Union européenne parviendrait à réduire ses émissions de 12 % à 26 % en 2050.

Un objectif qui semble toutefois difficile à atteindre dans l'Hexagone avec seulement 4 % des Français qui se déplacent en vélo, contre 24 % au Danemark. D’autant que le gouvernement a durci les conditions pour obtenir la prime d’Etat de 200 euros pour l’achat d’un VAE. Désormais, seuls les ménages non imposables peuvent en bénéficier. L’allocation pour 2018 s’élève ainsi à 5 millions d’euros, dix fois moins que le montant acquitté en 2017.

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Mobilité durable

Le secteur des transports est le principal émetteur de CO2 en France. Pour limiter ce type de nuisance, la mobilité durable favorise l’éco mobilité avec les transports doux (vélo, marche à pied, transport fluvial ou ferroviaire) et le recours aux transports en commun sous toutes les formes (covoiturage, auto-partage, etc.)

Tunnel Lyon Turin LGV France Italie NicolasLiponne NurPhoto

La ligne grande vitesse Lyon-Turin fait dérailler la majorité italienne

La ligne à grande vitesse (LGV) entre Lyon et Turin est un vieux projet controversé. Conçu pour traverser les Alpes afin de faciliter les échanges entre les deux pays, le chantier est pharaonique puisqu’il s’agit, entre autres, de forer un tunnel de 57 kilomètres ! Le retard est si considérable que...

Mobilite futur Volvo 360c Interior Office

[Le monde en 2050] Fini les conducteurs, demain tous passagers !

Nous sommes en 2050. Les moyens de transports pour aller travailler, partir en week-end ou en vacances ont radicalement changé par rapport au début des années 2000, remplacés en grande partie par des véhicules sans conducteur. Les constructeurs de voitures et autres véhicules, tout-puissants au 20e...

[Bonne Nouvelle] La SNCF veut des trains zéro déchet et zéro émission pour 2035

Au moment où le secteur aérien est pointé du doigt pour son impact environnemental, la SNCF surfe sur la vague en faveur du train pour annoncer deux nouveaux objectifs. L’un vise à neutraliser les émissions de microparticules et l’autre à ne plus produire de déchets d’ici 15 ans.

La fin des véhicules thermiques en 2040 : un objectif à 500 milliards d'euros

La loi Mobilités durables, adoptée à l’Assemblée nationale le 18 juin en première lecture, a entériné la fin des véhicules thermiques en 2040. Selon un rapport parlementaire, cet objectif est tout à fait réalisable mais va s’avérer très coûteux. De l’ordre de plusieurs centaines de milliards d’euros...