Publié le 05 avril 2019

ÉNERGIE

[Édito vidéo] La voiture électrique ne va pas mettre fin à la pollution, elle va juste la rendre invisible

De nombreuses politiques publiques soutiennent massivement l’essor des véhicules électriques à travers le monde. Cela va rendre nos villes plus saines et plus propres. En revanche, l’essentiel de la pollution due à la production des batteries et à la génération de l’électricité va être déplacée loin des cités… mais ne va pas disparaître.

En France, il faut 30 à 40 000 kilomètres à une voiture électrique pour avoir un meilleur bilan carbone qu'une voiture thermique.
@extrememedia

En 2040, le monde consommera 118 millions de barils de pétrole par jour. Si à cette date 100 % des voitures légères passaient à l'électrique, la consommation de pétrole serait réduite de seulement 23 millions de barils… moins de 20 % de la consommation. Les consommations de la chimie, d’autres industries, du transport aérien et maritime continueront à peser lourd.

20 %. C’est à la fois énorme et à la fois peu. C’est énorme car ces 20 % de consommation en moins sont autant de microparticules, de monoxydes de carbone qui ne seront pas émises au cœur de nos villes, mettant à mal nos poumons et surtout ceux des plus fragiles d’entre nous. Ces voitures électriques promettraient donc à nos villes un avenir propre, sain et silencieux.

Une pollution invisible

Mais la production d’électricité pour alimenter ces véhicules aura lieu hors des villes. Et c’est sans compter le grand problème que pose l’extraction des matériaux pour les batteries, activité dévastatrice pour l’environnement, qui se fait dans des endroits encore plus reculés. La pollution automobile ne va pas disparaître, elle va juste devenir invisible…

Selon carbone4, un véhicule électrique demande 50 % de plus de CO2 qu’un véhicule thermique à être construit. En France, pays peu carboné grâce au nucléaire, ce n’est qu’au bout de 30 à 40 000 kilomètres que la voiture électrique devient plus avantageuse qu’une voiture thermique en matière d’émission de carbone.

Mais dans des pays plus carbonés comme l’Allemagne, la Chine, les États-Unis, le véhicule électrique ne rattrape jamais son retard initial en matière d’émissions. Si le véhicule électrique peut à coup sûr sauver nos villes… en l’état, il ne sauvera pas la planète.

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Mobilité durable

Le secteur des transports est le principal émetteur de CO2 en France. Pour limiter ce type de nuisance, la mobilité durable favorise l’éco mobilité avec les transports doux (vélo, marche à pied, transport fluvial ou ferroviaire) et le recours aux transports en commun sous toutes les formes (covoiturage, auto-partage, etc.)

Mercier poulidor

[À l’origine] De 1919 à aujourd’hui, les légendaires vélos Mercier reviennent en France

Ils faisaient partis du patrimoine français. Les Cycles Mercier, la marque de Raymond Poulidor dont il arborait le maillot violet lors du Tour de France de 1964, a connu son heure de gloire dans les années soixante mais n'a pas résisté à la concurrence étrangère des années quatre-vingt. Plus de 100...

Reparation velo coup de pouce velo gouvernement pixabay

Près de deux millions de vélos ont été réparés grâce au coup de pouce de l’État

C’est un véritable engouement. Grâce au "coup de pouce" de l'État de 50 euros, près de deux millions de vélos ont été réparés en moins d'un an. L'objectif initial, de 300 000 réparations, a été explosé. Une illustration de plus que l'année 2020 marque un tournant pour la petite reine en France alors...

A350 avion airbus Airbus

Airbus et Roll’s Royce vont faire voler des avions alimentés à 100 % en biocarburants

Le secteur aérien représente à lui seul 2 % des émissions de CO2 de la planète. Appelé à urgemment réduire son impact environnemental, le secteur considère que la moitié de l’effort proviendra d’un changement de carburant, l’autre du design des avions et de l’optimisation du flux aérien. C’est...

BMW recharge electrique CCO

Les voitures électriques nécessitent beaucoup moins de matières premières, selon Transport et Environnement

30 kilogrammes, c’est la consommation totale de matières premières d’une batterie de voiture électrique après recyclage, selon une étude de Transport et Environnement. À comparer aux 17 000 litres de carburant nécessaires pour une voiture à essence pendant sa durée de vie… Pour l’ONG, il est crucial...