Publié le 30 avril 2019

ÉNERGIE

Des élus parisiens préconisent un périphérique plus lent et plus étroit

La mairie de Paris veut repenser le périphérique parisien. Cette ceinture autour de la capitale est une source de pollution atmosphérique et sonore. Mais c’est aussi un outil essentiel de la mobilité urbaine. Selon un rapport de plusieurs élus, il faut y diminuer la vitesse et supprimer des voies.

Des élus parisiens veulent diminuer la vitesse sur le périphérique à 50km/h.
@IvanBastien

Un rapport d'élus parisiens de toutes tendances politiques préconise de réduire à 50 km/h la vitesse sur le périphérique parisien (au lieu de 70 km/h) et d'en limiter le nombre de voies, a indiqué à l'AFP le rapporteur. Une Mission d'information et évaluation (MIE) associant des élus de tous les groupes politiques du Conseil de Paris s'est penchée depuis septembre 2018 sur la question de la transformation du boulevard périphérique, long de 35 km et délimitant la capitale.

Le rapport, qui n'est pas encore finalisé et sera présenté le 21 mai à la maire socialiste de Paris Anne Hidalgo. Une nouvelle diminution de la vitesse sur cet axe sera "une des propositions qui sera faite sans doute à court terme", explique Éric Azière (UDI-Modem), dans le cadre d'une "première phase" destinée à "éradiquer la pollution". Quotidiennement, 100 000 personnes habitant des deux côtés du périphérique sont touchées par la pollution aux particules fines des moteurs thermiques et la pollution sonore, rappelle le rapporteur.

Rouler moins vite mais mieux

"Réduire la vitesse permet de réduire ces deux sources de pollution à l'horizon 2030", explique Éric Azière, soulignant que l'ensemble des groupes politiques "a adopté cette idée". "On régule mieux le flux à 50 km/h qu'à 70, on roulera moins vite mais mieux", assure-t-il. "Mais on ne va pas faire les choses dans la brutalité", il y aura un comité de pilotage, et une concertation avec les élus de petite couronne et les usagers, précise-t-il.

Cette mesure ira de pair avec une volonté "d'harmoniser le nombre de voies" tout au long du périphérique, en réduisant ce nombre à deux fois trois voies (contre quatre à cinq à certains endroits actuellement), dont une voie sera réservée aux véhicules propres (covoiturage, voitures électriques, hybrides, transports en commun, etc.).

"On pourrait commencer à tester cette voie dédiée en 2024 pour les Jeux olympiques", préconise Éric Azière. "Dans l'idéal", l'objectif est d'aboutir d'ici 20 ans à seulement "deux fois deux voies" sur le périphérique. Dans une deuxième phase de préconisation visant à "assécher considérablement" la circulation automobile, le rapport suggère de développer et "surdimensionner les transports en commun", généraliser les voies de bus, et développer le télétravail. Enfin, une troisième phase, pour la période 2030 à 2050, vise à "aménager" le périphérique (espaces verts, etc.) et "réhabiter" les espaces autour du périph'.

La Rédaction avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Mobilité durable

Le secteur des transports est le principal émetteur de CO2 en France. Pour limiter ce type de nuisance, la mobilité durable favorise l’éco mobilité avec les transports doux (vélo, marche à pied, transport fluvial ou ferroviaire) et le recours aux transports en commun sous toutes les formes (covoiturage, auto-partage, etc.)

Mobilite futur Volvo 360c Interior Office

[Le monde en 2050] Fini les conducteurs, demain tous passagers !

Nous sommes en 2050. Les moyens de transports pour aller travailler, partir en week-end ou en vacances ont radicalement changé par rapport au début des années 2000, remplacés en grande partie par des véhicules sans conducteur. Les constructeurs de voitures et autres véhicules, tout-puissants au 20e...

[Bonne Nouvelle] La SNCF veut des trains zéro déchet et zéro émission pour 2035

Au moment où le secteur aérien est pointé du doigt pour son impact environnemental, la SNCF surfe sur la vague en faveur du train pour annoncer deux nouveaux objectifs. L’un vise à neutraliser les émissions de microparticules et l’autre à ne plus produire de déchets d’ici 15 ans.

La fin des véhicules thermiques en 2040 : un objectif à 500 milliards d'euros

La loi Mobilités durables, adoptée à l’Assemblée nationale le 18 juin en première lecture, a entériné la fin des véhicules thermiques en 2040. Selon un rapport parlementaire, cet objectif est tout à fait réalisable mais va s’avérer très coûteux. De l’ordre de plusieurs centaines de milliards d’euros...

Salon du Bourget : le secteur aéronautique face au défi de la transition énergétique

La 53ème édition du salon du Bourget va réunir les grands acteurs de l'industrie aéronautique, de défense et de l'espace, du 17 au 23 juin. Cette messe mondiale de l'aviation est marquée par un contexte de forte croissance et de questionnements face à son impact sur l'environnement.