Publié le 23 mars 2021

ÉNERGIE

Airbus et Roll’s Royce vont faire voler des avions alimentés à 100 % en biocarburants

Le secteur aérien représente à lui seul 2 % des émissions de CO2 de la planète. Appelé à urgemment réduire son impact environnemental, le secteur considère que la moitié de l’effort proviendra d’un changement de carburant, l’autre du design des avions et de l’optimisation du flux aérien. C’est pourquoi Airbus et plusieurs partenaires industriels vont tester la performance d’avions utilisant 100 % de biocarburants.

A350 avion airbus Airbus
Airbus va faire voler un A350 entièrement alimenté avec des biocarburants.
@Airbus

Le secteur aérien est pris dans un étau. D’un côté, il y a la crise du Covid-19 qui réduit drastiquement les déplacements mondiaux. De l’autre, il y a la prise de conscience généralisée du poids du secteur aéronautique en matière d’émission de CO2 qui éloigne certains voyageurs des avions. Ainsi, le secteur aérien s'est fixé pour objectif de réduire d'ici 2050 ses émissions de CO2 de 50 % par rapport à leur niveau de 2005. Mais il y a loin de la coupe aux lèvres.

Pour y parvenir, Airbus et plusieurs partenaires ont lancé une étude sur les émissions en vol d'un avion de ligne utilisant 100 % de biocarburant d'aviation durable : le SAF (Sustainable Aviation Fuel, littéralement carburant d'aviation durable). Ces biocarburants provenant d'oléagineux, d'huiles recyclées, d'algues, de sucres ou encore de résidus de bois. Les avions sont actuellement certifiés pour voler avec 50% de SAF.

Ici, l'objectif est "d'étudier les effets d'un carburant 100 % durable sur les émissions et les performances des avions", affirment Airbus, le motoriste Rolls Royce, le centre de recherche aérospatiale allemand DLR et le producteur de SAF Neste dans un communiqué commun. Un premier vol de ce long-courrier A350-900 équipé de moteurs Trent XWB a eu lieu à Toulouse. Il sera suivi "par des tests sur les émissions en vol qui débuteront en avril et reprendront à l'automne". Un avion Falcon du DLR sera utilisé pour mesurer les émissions des moteurs, notamment de CO2, principal gaz à effet de serre.

Les SAF et l’hydrogène

À lui seul, le changement de carburant doit permettre d’atteindre la moitié des gains de réduction d’émissions de CO2 promis par le secteur. Le reste proviendra d'une amélioration des moteurs et des avions afin qu'ils consomment moins et d'une meilleure gestion du trafic aérien. Selon l'Association du transport aérien international (Iata), les SAF peuvent réduire les émissions de CO2 de 80 % par rapport au kérosène sur l'ensemble de leur cycle d'utilisation. Le secteur compte avoir la capacité de voler avec 100 % de SAF d'ici 2030.

Reste à régler la question de la disponibilité de ces biocarburants. La production de SAF était de 50 millions de litres par an en 2020 et devrait atteindre 100 millions de litres en 2021. Il faudra toutefois passer à des volumes bien supérieurs alors que la flotte mondiale d'avions commerciaux a consommé 360 milliards de litres de kérosène en 2019. D’autres pistes sont envisagées pour abaisser la part de kérosène, comme l’utilisation d’hydrogène. Mais dans ce cas, il s’agit de créer des avions et des motorisations adaptées à ce carburant. Airbus espère mettre en service un tel appareil commercial en 2035.

En parallèle, le fabricant d’avions européen vient de dévoiler l'empreinte carbone de ses avions tout au long de leur vie. L'avionneur a ainsi calculé que les 863 appareils qu'il a livrés en 2019 émettront un total de 740 millions de tonnes de CO2 au cours de leur durée d'utilisation par les compagnies aériennes, estimée à 22 ans. Cela correspond aux émissions de CO2 émises par la France pour la seule année 2019. "Nous voulons vraiment démontrer notre engagement à promouvoir la décarbonation du secteur", explique à l'AFP Julie Kitcher, vice-présidente exécutive d'Airbus.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Mobilité durable

Le secteur des transports est le principal émetteur de CO2 en France. Pour limiter ce type de nuisance, la mobilité durable favorise l’éco mobilité avec les transports doux (vélo, marche à pied, transport fluvial ou ferroviaire) et le recours aux transports en commun sous toutes les formes (covoiturage, auto-partage, etc.)

Plan velo france unsplash

Un nouveau plan, doté de 250 millions d’euros, vise à faire de la France "la nation du vélo"

Le plan vélo, dont le succès n'est plus à démontrer, est prolongé. En 2023, ce sont 250 millions d’euros qui vont être débloqués pour soutenir les aides à l’achat de bicyclettes, développer les aménagements cyclables ou encore former les plus jeunes à la pratique. Le dispositif, qui fête son...

Trains gratuits espagne mobilite durable THOMAS COEX AFP

Espagne : des trains gratuits pour encourager la mobilité durable et lutter contre l’inflation

Prendre le train gratuitement, c’est maintenant possible pour des milliers d’Espagnols. Face à l’augmentation des prix du carburant, le gouvernement a annoncé plusieurs mesures visant à favoriser l’usage des transports publics jusqu’à la fin de l’année 2022. Un dispositif bon pour le porte-monnaie...

Train mobilite durable istock

Autriche, Allemagne… les "tickets climat" pour le train inventent la mobilité du futur

Et si on voyageait sans entrave, avec un seul ticket, du métro au TGV, de Paris à Mulhouse en passant par Marseille ? C’est l’idée du Klimaticket, lancé en Autriche, qui propose pour 3 euros par jour, un ticket illimité pour l’ensemble des transports en commun privés et public dans tout le pays. Un...

Parking voitures electriques flotte automobile recharge istock

Automobile : le tout-électrique en 2035 n’est pas la solution miracle

Le 8 juin, le Parlement européen a voté en faveur de l’interdiction des ventes de voitures neuves thermiques à partir de 2035. Un vote qualifié d’historique par beaucoup. Mais il ne s’agit là que de la première marche à gravir pour transformer en profondeur le secteur de la mobilité. Réduction du...