Publié le 04 mars 2021

ÉNERGIE

Airbus dévoile l'empreinte carbone de ses avions tout au long de leur vie

La totalité des avions produits par Airbus en 2020 émettront autant de CO2 sur leurs deux décennies d'exploitation que la France en un an. L'avionneur européen a décidé de jouer la transparence en dévoilant pour la première fois l'empreinte carbone qu'auront ses avions tout au long de leur vie.

Avion Airbus Airbus
Les avions vendus par Arbus émettront autant de CO2 tout au long de leur vie que la France pendant un an.
@Airbus

Le secteur aérien s’est engagé à diviser par deux ses émissions de dioxyde de carbone (CO2) d'ici 2050 par rapport à 2005. Il représente actuellement 2 % des émissions mondiales de CO2, selon l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI). Dans ce cadre, Airbus a donc adopté le standard de comptabilité international "Greenhouse Gas Protocol (GHG)", qui mesure notamment les émissions issues de l'utilisation des produits d'une entreprise par le consommateur final (périmètre dit "scope 3").

Par cette initiative, une première pour un fabricant majeur d'avions, "nous voulons vraiment démontrer notre engagement à promouvoir la décarbonation du secteur", explique à l'AFP Julie Kitcher, vice-présidente exécutive d'Airbus. L'avionneur a ainsi calculé que les 863 appareils qu'il a livrés en 2019 émettront un total de 740 millions de tonnes de CO2 au cours de leur durée d'utilisation par les compagnies aériennes, estimée à 22 ans. Sur ce total, 130 millions de tonnes proviennent des émissions liées à l'extraction, au raffinage et à l'acheminement du carburant nécessaire à leur exploitation.

Moins de CO2 que l’automobile

Cela représente 66,6 grammes de CO2 par passager au kilomètre, selon Airbus qui s'est fondé sur un taux d'occupation moyen des avions de 82,5 %, constaté en 2019 par l'Association internationale du transport aérien. Les 566 avions livrés en 2020 - un chiffre en baisse reflétant l'impact de la crise du Covid-19 - devraient eux émettre 440 millions de tonnes de CO2 au cours de leur exploitation et 63,5 grammes par passager au kilomètre. Cela correspond aux émissions de CO2 émises par la France pour la seule année 2019.

Le transport aérien commercial émettait une moyenne de 90 g CO2/km par passager en 2019, reflet d'une flotte mondiale hétérogène dont les avions les plus anciens sont plus gourmands en carburant, selon les données de l'ONG International Council on Clean Transportation (ICCT), les automobiles mises sur le marché en 2019 en Europe émettant elles une moyenne de 122 g/km (à diviser par le nombre de passagers).

Avions 90 % plus efficace

Cet état des lieux permet de mieux identifier les leviers pour réduire les émissions mais ne constitue qu'une "photo à un instant T" de la situation, nuance Julie Kitcher. Elle ne tient pas compte par exemple d'une utilisation accrue à l'avenir de carburants durables d'origine non fossile. "Les avions livrés en 2019 sont certifiés pour voler avec 50 % de carburants d'aviation durables" (SAF) et devraient l'être au cours de la prochaine décennie pour pouvoir brûler uniquement des biocarburants ou carburants de synthèse, explique-t-elle.

Tenir l'objectif de 2050 et ainsi tendre vers le "zéro émission" équivaut à une flotte d'avions 90 % plus efficace que celle de 2005. Outre les développements sur les SAF et l'hydrogène (50 % des gains à attendre), la feuille de route technologique du secteur comprend donc des recherches sur l'amélioration de la gestion du trafic aérien (8 % des gains, selon Airbus) et des avancées technologiques sur les avions et les moteurs (42 %).

Ludovic Dupin avec AFP


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Mobilité durable

Le secteur des transports est le principal émetteur de CO2 en France. Pour limiter ce type de nuisance, la mobilité durable favorise l’éco mobilité avec les transports doux (vélo, marche à pied, transport fluvial ou ferroviaire) et le recours aux transports en commun sous toutes les formes (covoiturage, auto-partage, etc.)

Greve ratp questions

Chaos dans les transports publics : le pari risqué de l'ouverture à la concurrence

Journées de 13 heures, conflits à gérer, salaires jugés insuffisants... Les salariés des transports en commun en Île-de-France craignent une dégradation de leurs conditions de travail, déjà difficiles, avec l'ouverture à la concurrence. Celle-ci se déroule progressivement, sous le signe d'une...

Galere transports franciliens

Bus, métros, RER... Les difficultés s'accumulent sur le réseau de transport francilien, freinant la décarbonation de la mobilité

Alors que les transports en commun sont la clé de la décarbonation, le réseau francilien est au bord du chaos. Attentes interminables, foule qui se presse aux portes, rames bondées... Le service, réduit pendant la pandémie de Covid-19, n'a pas repris à 100%. Pourtant, les besoins augmentent chaque...

Covoiturage ecov ligne

Plan covoiturage : le gouvernement veut en faire un transport en commun comme les autres

Le covoiturage prend sa place dans l'arsenal de la mobilité durable et partagée. 150 millions d'euros lui sont alloués par le gouvernement pour tripler son usage d'ici 2027. Lignes de covoiturage avec arrêts dédiés, voies réservées, plateformes en ligne... Tous les moyens sont bons pour encourager...

Trafic automobile voitures pollution air istock

L’industrie automobile en route vers l’électrification peine encore à changer de modèle

L’industrie automobile apparaît bien engagée pour passer au véhicule électrique, les annonces en ce sens se multipliant sous l'effet du durcissement des normes. Mais la transition se passe moins facilement qu'il n'y parait car les constructeurs automobiles demeurent encore bien accros au moteur...