Publié le 05 mai 2015

ÉNERGIE

Recherche et développement de l'énergie : l’AIE recommande de tripler les investissements publics

Dans un rapport consacré à l’innovation technologique dans le domaine de l’énergie, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) salue les efforts déjà réalisés en matière d’économies d’énergie. Mais elle insiste sur le rôle clé des gouvernements pour accélérer ce mouvement, et ainsi limiter la hausse de la température moyenne globale sous la barre des 2°C d’ici la fin du siècle.

Centrale solaire en Chine
istock

17 milliards de dollars, c’est le montant annuel dépensé par les gouvernements du monde entier pour la recherche et le développement dans l’énergie. C’est bien trop peu selon l’AIE, qui recommande un investissement trois fois supérieur pour limiter la hausse de la température moyenne globale sous la barre des 2°C d’ici la fin du siècle (objectifs du 2DS), dans son rapport Energy Technology Perspectives 2015 publié ce lundi 4 mai.

"L’éolien onshore et le photovoltaïque ont fait leurs preuves. Personne n’imaginait de tels résultats il y a encore dix ans. Cela montre bien le pouvoir de l’innovation. C’est la clé pour lutter contre le réchauffement climatique", assure Maria Van der Hoeven, directrice exécutive de l’AIE. "Mais nous ne pouvons pas nous contenter du niveau actuel des énergies décarbonnées, il faut aller plus loin". L’AIE estime que près de 30% de la réduction des émissions industrielles de CO2 en 2050 proviendra de nouveaux processus innovants, en cours de développement ou de démonstration aujourd’hui.

 

Des obstacles politiques au déploiement à grande échelle

 

Pour accélérer la dynamique, l’agence compte sur un soutien plus important des gouvernements. "Il est important de mettre en place des politiques publiques adaptées aux différentes technologies, selon leurs différents stades de maturité", explique Didier Houssin, directeur des politiques et des technologies énergétiques durables à l’AIE. "Des mécanismes [incitatifs], à travers des subventions et des tarifs de rachat intéressants par exemple, peuvent favoriser la création d’un marché initial. Et des politiques encadrant le marché peuvent assurer un déploiement à grande échelle et encourager les investissements privés". Car il est aussi indispensable de mobiliser les capitaux du secteur privé, via notamment la mise en place de partenariats public-privé.

Parmi les secteurs à soutenir, l’éolien et le solaire qui pourraient assurer 22 % de la réduction annuelle des émissions du secteur de l’électricité en 2050. "Aujourd’hui, les obstacles au déploiement à grande échelle de ces technologies ne sont plus techniques, mais politiques. Le facteur clé est la stabilité du cadre politique et une réglementation du marché pour donner des signaux positifs aux investisseurs et les rassurer", précise Didier Houssin. En Allemagne, le photovoltaïque est devenu rentable grâce à un cadre politique et des conditions marché incitatifs, ainsi que des investissements importants dans l’innovation, précise-t-il.

 

Énergies renouvelables, capture et stockage du carbone sont à privilégier

 

Autre approche à encourager, selon l’AIE, le captage et le stockage du carbone (CSC) qui pourraient contribuer à hauteur de 13 % à la réduction des émissions de CO2 dans le scénario des 2°C. "La première plateforme de CSC au Canada a montré des résultats encourageants", estime Didier Houssin. "Il est important de multiplier de telles expériences, qui ne sont pas suffisamment soutenues à cause de l’absence d’un prix carbone". Mise en service en octobre dernier par la société publique SaskPower, elle est regardée de près par les observateurs du monde entier, qui attendent les preuves de sa viabilité économique.

Enfin, l’AIE recommande un transfert de compétences vers les pays émergents et le développement d’une coopération internationale sur l’innovation. "Nous aurons besoin des pays émergents", insiste Maria Van der Hoeven. "Le partage de connaissance sur l’innovation est essentiel pour nous assurer une sécurité énergétique. Il est important d’ouvrir l’AIE à des pays comme la Chine, le Brésil, ou le Mexique, avec qui nous collaborons déjà".

 

Mise en place d’une réelle coopération internationale

 

Aujourd’hui, 80% des brevets sur les énergies propres se situent dans les pays de l’OCDE, alors que 75% des besoins concernent les pays émergents. L’AIE suggère alors aux pays émergents de profiter de la construction de leurs infrastructures pour déployer des technologies à bas carbone, et aux pays de l’OCDE de soutenir ces initiatives. Une démarche qui peine encore à se concrétiser.

Alors que le Fonds vert pour le climat a justement été créé en 2009 pour transférer des fonds des pays les plus avancés à destination des pays les plus vulnérables, seuls 42% des montants promis, soit 4 milliards de dollars, ont effectivement été versés au 30 avril.

Concepcion Alvarez
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Climat : le Fonds vert en ordre de marche (ou presque)

Initié à Copenhague en 2009, le Fonds vert pour le climat, qui doit permettre de canaliser les financements des pays développés vers des projets d’adaptation et d’atténuation dans les pays en développement, est désormais sur les rails. Mais les promesses de dons des différents États...

Programme de rachat d’actifs de la BCE : un outil pour financer une économie bas-carbone

Des économistes français appellent à un "keynésianisme vert" : ils suggèrent de profiter du programme de rachat d’actifs de la BCE pour financer des projets bas carbone. Le dispositif s’appuierait sur une Valeur Sociale du Carbone, qui permettrait aux porteurs de projets de réduire leurs...

Climat : en amont de la COP 21, des pays en développement publient aussi leur contribution nationale

Si les contributions nationales de lutte contre le changement climatique des États-Unis, de l’Europe ou de la Russie ont été largement relayées par les medias, d’autres, comme celles du Mexique et du Gabon, n’ont pas eu les mêmes faveurs. Elles ont pourtant leur importance car elles...

Les banques de développement, des acteurs clés dans le financement de la lutte contre le changement climatique

Le 31 mars, une coalition inédite de banques de développement et de financeurs privés s’est réunie à Paris pour établir des normes communes sur la finance climat. Alors que la question du financement de la réduction des émissions de gaz à effet de serre et de l’adaptation au changement...

COP 21 : la Suisse s’engage à réduire de moitié ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030

Berne a présenté le 27 février son projet de réduction d'émissions de gaz à effet de serre à la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (Ccnucc). Il s’agit du premier pays à publier sa contribution, obligatoire en amont de la COP 21 qui se tiendra cet automne à...

Climat : la France et les Philippines lancent l’appel de Manille

Ce jeudi 26 février, les présidents français et philippin ont appelé à un accord “ambitieux, équitable et universel” sur le climat lors de la conférence de Paris en décembre prochain. Les deux chefs d’État ont aussi annoncé une alliance entre leurs pays, visant à élargir la coopération...

Lima : accord a minima sur fond de tensions Nord-Sud

Sur le papier, la conférence onusienne sur le climat de Lima avait tout pour réussir. Mais au fil des deux semaines de négociations, les discussions se sont grippées entre le Nord et le Sud. Un enlisement qui se ressent dans le texte final. Celui-ci reste flou et laisse beaucoup de points...

Sommet mondial sur le climat : les 5 choses à retenir

Fonds vert, déforestation, tarification du CO2 : le sommet sur le réchauffement climatique, organisé à l’initiative personnelle du secrétaire général de l’ONU mardi dernier à New York, a vu quelques dossiers inscrits à l’agenda progresser. Tout du moins dans les discours de la centaine de...

ÉNERGIE

Innovation énergétique

L’après-pétrole a déjà commencé. Comment produire de l’électricité sans polluer ? Comment se passer des énergies fossiles ? Comment améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments ? Les idées pour répondre à ces interrogations sont nombreuses et souvent audacieuses.

[Calendrier de l'Avent] Pour la première fois en France, un immeuble chauffé grâce au métro

Cap aujourd'hui sur une nouvelle expérience qui permet à un immeuble parisien d'être chauffé grâce à la chaleur du métro. Jusqu’à Noël, Novethic vous propose d’ouvrir une case de son calendrier de l’Avent. Chaque jour, vous découvrirez une bonne nouvelle qui prouve que le combat pour le climat,...

SeaWing : une aile qui tracte les navires pour réduire la pollution maritime

Comment réduire la pollution maritime ? Airseas, une startup toulousaine vient de créer une méga-aile pour tracter des cargos. Elle permettrait de réduire de 20% leur consommation de fioul. Cette SeaWing, pensée par des ingénieurs d'Airbus, devrait être opérationnelle d'ici 2019.

[VIDEO] En Israël, les routes rechargent les voitures électriques

L'Israël vient de construire un premier tronçon d'une route capable de recharger les véhicules électriques. Une petite révolution qui permettrait de contourner les principaux freins à la démocratisation des voitures électriques, à savoir l'autonomie et le temps de recharge des batteries.

Pelures de tomates et coquilles d’œufs composeront les pneus de demain

Deux chercheuses de l'université de l'Ohio ont trouvé une solution pour remplacer le noir de carbone, un dérivé du pétrole hautement polluant, qui entre dans la composition des pneus. Il s'agit d'utiliser les pelures de tomates et les coquilles d'œufs jetés par les industriels.