Publié le 14 octobre 2015

ÉNERGIE

Transition énergétique : l’engagement citoyen en chute libre en Allemagne

Outre-Rhin, le nombre de créations de coopératives énergétiques est en forte baisse : -60% en 2014 par rapport à l’année précédente. En cause : la réforme de la loi sur les énergies renouvelables (EEG). Depuis son entrée en vigueur le 1er aout 2014, les initiatives citoyennes sont à la peine. Au cœur de la transition énergétique allemande, elles tirent la sonnette d’alarme à moins de 8 semaines de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques à Paris (COP21).

Photo d'illustration
Sean Gallup / Getty image Europe / AFP

Et si Berlin cherchait à tuer dans l’œuf la vague d’engagements citoyens en faveur de la transition énergétique ? "La réforme de la loi EEG ne sonne pas la fin de la transition énergétique en Allemagne. Elle se fera plus lentement et, surtout, sera plus avantageuse pour les grands énergéticiens", analyse Rüdiger Rosenthal, de l’organisation Bund, la branche allemande des Amis de la terre.

Les amendements de la loi EEG prévoient en effet :

- La création d’une taxe sur l’énergie verte auto-produite et auto-consommée ;

- l’introduction d’un plafond de production d’électricité issue des renouvelables ;

- une baisse des objectifs de création de nouvelles installations solaires et éoliennes terrestres ;

- l’introduction des procédures d’appel d’offre prévue pour 2017.

 

Manque de ressources

 

Ce dernier point concentre tout particulièrement l'ire des coopératives énergétiques allemandes : "La préparation d’un appel d’offre suppose du temps pour élaborer le cahier des charges, des connaissances juridiques pointues des cadres réglementaires en vigueur, des réserves financières conséquentes, bref autant de ressources dont ne disposent pas les coopératives", explique René Mono, de l’organisation Bündnis Bürgerenergie (BBEn), qui les représente. "Les énergéticiens, eux, sont en mesure de tenir ces procédures".

Depuis l’adoption de la réforme, il observe une grande incertitude s’installer chez les membres de son organisation, ce que confirment les derniers chiffres publiés : lorsque 183 coopératives étaient créées en 2013, seules 54 ont vu le jour l’année suivante.

 

Berlin reprend la main

 

Pour René Mono, avec sa réforme, Berlin a voulu mettre un terme à la décentralisation de la production et de la distribution de l’électricité. Il en est convaincu, "la sphère politique craint d’en perdre le contrôle."

De fait, en Allemagne, la question n’est plus de savoir si la transition énergétique est bel et bien enclenchée, mais de savoir qui doit se trouver aux manettes.

Jusqu’à présent, elle porte clairement l’empreinte citoyenne : une étude du cabinet Bündnis Bürgerenergie montre que les coopératives énergétiques produisent un total de 56 000 gigawatt/h, soit la moitié de la production nationale annuelle d’électricité verte, qui alimente à hauteur de 30% le marché allemand. Par ailleurs, le pays compte près de 1,2 million d’installations solaires et 4000 éoliennes, financées par des particuliers. Selon le BBEn, un Allemand sur 16 investit dans la transition énergétique via une coopérative.

Et leur envolée a pris le monde politique allemand de court. Elle s’explique par la convergence inattendue de deux évènements législatifs : l’adoption de la loi EEG en 2000, qui introduit les tarifs de rachat garantis sur 20 ans, et la simplification administrative, introduite par la réforme sur les coopératives, adoptée par le parlement en 2006.

 

Retour au charbon

 

"Cette réforme n’est pas seulement un revers pour les coopératives mais aussi pour le climat", s’alarme Rüdiger Rosenthal. Pour ce dernier, introduire une taxe sur l’énergie auto-produite et auto-consommée tout en maintenant les exceptions fiscales pour les centrales conventionnelles revient à privilégier le charbon.

"Au moment où l’Allemagne risque fort de rater ses objectifs pour 2020, le gouvernement est en train de démonter son instrument de lutte contre le réchauffement climatique le plus efficace".

Claire Stam, correspondante en Allemagne
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Nigel Topping (We Mean Business): "une vraie progression dans les ambitions climatiques des entreprises"

Lors de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques à Paris qui se tiendra au Bourget du 30 novembre au 11 décembre 2015 (COP21), seuls les Etats ont le pouvoir de négocier. Mais les...

OCDE : des financements climat insuffisants pour les pays victimes du réchauffement climatique

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) vient de rendre public mercredi 7 octobre dans un rapport le montant estimé des...

Entreprises : comment s’adapter au changement climatique grâce au big data

Les études scientifiques qui analysent le changement climatique constituent une mine d'informations très précieuse pour des entreprises qui voudraient éviter certains risques ou trouver de nouvelles opportunités de croissance. Encore faut-il des experts pour transformer ce big data brut en...

COP21 : le nouveau brouillon du texte de négociation épuré et clarifié

A moins de deux mois de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques à Paris (COP21), les deux co-président de l’Assemblée des négociateurs aux Nations unies, l’Algérien Ahmed Djoghlaf et l’Américain Dan Reifsnyder, ont publié lundi 5 octobre un texte de négociation...

L’objectif "zéro émission" est-il réaliste ?

Les scientifiques estiment que les émissions de gaz à effet de serre devront cesser entre 2060 et 2080 pour garder une probabilité raisonnable de maîtriser l’augmentation des températures sous les 2°C. Cet objectif à long terme est-il réalisable ? L’accord en vue de la <link...

ÉNERGIE

Energies renouvelables

Le développement des énergies renouvelables est chaotique un peu partout dans le monde mais les habitudes de production énergétique changent et la promotion des technologies vertes se développent. Photovoltaïque (énergie solaire), éolien, agrocarburants ou encore biodéchets, les possibilités sont nombreuses.

Laurent Vincenti Total

En Corée du Sud, Total accélère sur l’éolien offshore

Le pétrolier français veut se renforcer dans la production d’électricité bas carbone. Cet objectif passe par la Corée du Sud où l’entreprise va déployer 2GW d’éolien offshore. Ce projet s’inscrit dans l’objectif de neutralité carbone en 2050.

Panneaux solaires eoliennes europe pixabay

Les renouvelables deviennent la première source d’électricité en Europe, devant les énergies fossiles

Les énergies renouvelables ont produit plus d'électricité que les énergies fossiles au premier semestre 2020 au sein de l'Union européenne. Une première historique qui envoie un bon signal pour le développement d'une énergie verte. Bien que la baisse de la demande, due au confinement, explique en...

Panneaux solaires covid 19

Énergies renouvelables : pour la première fois en 20 ans, la croissance des installations va ralentir

L'Agence internationale de l'énergie confirme un ralentissement de la croissance de la production d'énergies renouvelables de 13 % cette année en raison de la crise du Covid-19. Celle-ci a entraîné une paralysie de l'économie, mais aussi des blocages financiers avec une baisse des investissements....

Laurent Vincenti Total

[Certifié sans Coronavirus] Total lance le plus grand site de stockage électrique par batterie de France

Total a annoncé mi-mars la construction à Dunkerque d'un site de stockage d'électricité par batterie, le plus grand du pays selon le géant pétrolier qui veut affirmer ses ambitions dans les renouvelables. Un investissement de 15 millions d’euros sur le territoire.