Publié le 03 novembre 2008

ÉNERGIE

Photovoltaïque : entre expansion et déchets, la filière s'organise

Engagements du Grenelle en France, engagements européens sur les énergies renouvelables, compétitivité croissante : le secteur de l'énergie solaire photovoltaïque est en plein boom. Pour répondre au possible problème d'une croissance de ses déchets, le secteur prend les devants.

118411_GF.jpg

Plus de 3500 experts et 700 entreprises étaient présents à la 23e conférence européenne de l'énergie solaire photovoltaïque, qui se tenait en Espagne, témoignant du dynamisme du secteur dont la technologie devient de plus en plus compétitive. Daniel Lincot, chercheur au CNRS, président de la conférence, a clairement exprimé le potentiel de la filière en rappelant que " la production mondiale de modules photovoltaïques en 2007 a représenté une surface de 40 kilomètres carrés alors que pour couvrir la consommation électrique de pays comme la France ou l'Allemagne, il faudrait environ 5000 km2."

Une filière en expansion...

Ce potentiel est confirmé par la récente étude d'Enerplan, association qui regroupe l'ensemble des acteurs de la filière en France. En effet, le marché du photovoltaïque, en tenant compte du développement des centrales au sol, pourrait couvrir près de 3 % de l'électricité consommée en France en 2020 et, en 2040, le PV pourrait représenter 20 à 28% de la production mondiale d'électricité selon les différents scénarios. Enerplan souligne que le parc cumulé (particuliers et professionnels) a été multiplié par 10 en Europe entre 2001 et 2006. Un succès qui s'explique notamment par la proximité entre production et consommation tant en milieu urbain que pour l'électrification rurale, et concerne principalement l'Allemagne qui représente 80% du parc européen.

Si les aides nationales, régionales et locales ainsi que la hausse du tarif de rachat de l'énergie PV permet aujourd'hui à la France de se situer dans les 10 premiers marchés mondiaux, elle accuse encore du retard notamment sur les cellules PV directement intégrés au bâti (toitures, verrières). Depuis 2 ans, une prime complémentaire est prévue lorsque les équipements sont intégrés au bâti : le prix de rachat du kWh augmente alors de 30 à 55 centimes d'euro. Trop restrictif pour les professionnels réunis en juin dernier à Aix-lès-Bains. Ils réclament un élargissement des tarifs de rachat à l'ensemble des installations, une simplification des procédures administratives et une révision de la Programmation Prévisionnelle des Investissements pour que le marché français rattrape son retard vis-à-vis de ses voisins européens.

Toutefois, l'expansion du PV devrait se poursuivre si l'on en croit les engagements du Grenelle de porter à 23 % la part des énergies renouvelables en 2020. En outre, l'annonce par la société belge Photovoltech, créée notamment par les groupes Total et GDF-Suez en 2001, d'une nouvelle unité de production de cellules PV confirme la tendance du secteur. Elle devrait permettre de créer au moins 150 emplois et de doubler la production du site d'ici fin 2010. Pour Photovoltec, il s'agit de répondre à "la forte expansion du marché européen, notamment en Allemagne, Espagne, Italie, France et Belgique." Cette dynamique se vérifie en France, puisque à Lunel dans l'Hérault, ce sont 6500 modules PV d'une puissance de 75W chacun qui forment la première centrale PV au sol mise en service chez nous. Ailleurs, en Rhône-Alpes, une véritable Solar Valley se met en place autour de l'Institut national de l'énergie solaire situé à Chambéry, en Savoie. Ainsi, dans le département voisin, en Isère, la société Photowatt, qui couvre toute la chaîne de production solaire, profite de cette ruée vers le solaire. Elle a plus que doublé ses effectifs en 5 ans et vu son chiffre d'affaires croître de 30% en un an.

... confrontée à ses futurs déchets

Mais la révision en cours de la directive européenne sur les Déchets d'Equipements Electriques et Electroniques (DEEE) pourrait freiner ce développement en incluant les panneaux PV dans son champ d'application. L'EPIA (European Photovoltaic Industry Association) craint que les coûts supplémentaires ainsi engendrés ne fassent obstacle à une industrie encore jeune, pas encore pleinement compétitive et dépendante des politiques financières mises en place.

Aujourd'hui, la quantité de déchets issus des panneaux PV est voisine de zéro. C'est en 2015 que les premiers déchets dangereux, du plomb et du cadmium en faible quantité, devraient voir le jour. Toutefois les professionnels européens ont jeté la base de leur propre filière de recyclage avec la création de PV Cycle. Un premier groupe de travail planche sur le modèle économique du futur éco-organisme et prévoit d'ici mars de développer un programme d'auto-collecte des modules PV usagées. PV cycle qui rassemble dès a présent 70 % de l'industrie photovoltaïque européenne se donne un objectif de recyclage de 90% de ses déchets d'ici 5 ans.

En agissant ainsi les professionnels envoient un signal clair à l'UE. Ils témoignent de leur bonne volonté mais également de leur refus de devoir mettre en place une filière similaire à celle des DEEE traditionnels, qui devrait faire peser fortement le coût du recyclage sur les producteurs. D'autant que la durée de vie moyenne d'un panneau PV est supérieure à 20 ans.

Christophe Brunella
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies renouvelables

Le développement des énergies renouvelables est chaotique un peu partout dans le monde mais les habitudes de production énergétique changent et la promotion des technologies vertes se développent. Photovoltaïque (énergie solaire), éolien, agrocarburants ou encore biodéchets, les possibilités sont nombreuses.

Reseau electrique RTE Stephane Herbert

RTE se dit prêt au boom des renouvelables, et ce, sans faire flamber les prix pour le consommateur

Le gestionnaire du réseau électrique français RTE se veut rassurant face au boom des énergies renouvelables. S’il prévoit de doubler ses investissements annuels dans les quinze années à venir, il assure toutefois que les coûts pour le consommateur final seront maîtrisés.

Eoliennes en mer terres rares pixabay

Les énergies renouvelables sont peu dépendantes des terres rares

Un nouveau rapport de l’Ademe fait le point sur l'utilisation des terres rares dans les énergies renouvelables et leurs solutions de stockage. Selon l’agence, il n’y a pas de risque d’approvisionnement. En revanche, l'utilisation de métaux rares comme le cobalt ou le lithium est plus problématique.

Panneaux solaires toitures pixabay

[Infographie] 100 % d’énergie renouvelable au niveau mondial en 2050, c’est possible et rentable !

Passer à 100 % d’énergies renouvelables, c'est possible en électrifiant tous les secteurs de l’énergie. Et ce serait même plus rentable que le système actuel. Voilà la conclusion à laquelle sont parvenus 14 scientifiques après quatre années et demie de recherches. Le dernier rapport sur les...

Centrale solaire Piolenc Arkuo Energy

[Bonne nouvelle] La France inaugure la plus grande centrale solaire flottante d’Europe sur un lac du Vaucluse

Le solaire flottant fait son apparition en France avec l'inauguration, il y a quelques jours, de la plus grande centrale photovoltaïque flottante d'Europe. Elle est installée sur un lac artificiel abandonné de la commune de Piolenc, dans le Vaucluse. Avec ses 47 000 panneaux, elle devrait alimenter...