Publié le 16 mai 2019

ÉNERGIE

L'ouverture à la concurrence des barrages hydroélectriques français s'invite dans la campagne européenne

Le dossier épineux de l'ouverture à la concurrence des barrages hydroélectriques français, poussée par Bruxelles, traîne depuis des années mais connaît soudain un vif regain d'intérêt avant les élections européennes. Plusieurs candidats s’opposent à ce projet, mais le gouvernement compte s’y atteler.

80 % des barrages hydroélectriques français appartiennent à EDF.
@EDF

La Commission européenne a mis en demeure la France, dès 2015, d'ouvrir à la concurrence ses concessions hydroélectriques, jugeant EDF en position dominante. Le 7 mars, elle a adressé une nouvelle lettre de mise en demeure à la France et d'autres pays. Propriétés à 100 % de l'Etat, les barrages sont actuellement concédés en très grande majorité à EDF, qui détient environ 80 % de la puissance installée, et à Engie via ses participations dans la CNR (Compagnie nationale du Rhône) et la SHEM (Société hydroélectrique du Midi).

L'enjeu est important : l'hydraulique a représenté 12,4 % de la production d'électricité en France l'an dernier. Le président de Debout la France (DLF) Nicolas Dupont-Aignan s'est rendu fin avril sur un barrage en Corrèze. "Après les aéroports et les autoroutes, le pillage des biens publics français continue avec les barrages hydroélectriques", s'est insurgé le candidat souverainiste. Yannick Jadot, tête de liste Europe Ecologie Les Verts (EELV), dénonce également la "privatisation des barrages", regrettant une "exception française", "qui est de ne pas avoir défendu le contrôle par l'Etat et les citoyens de sa principale source d'énergie renouvelable".

Décision dangereuse et irrationnelle

Début avril, plus d'une centaine de députés avaient déjà demandé au gouvernement de s'opposer à l'ouverture à la concurrence, en plein débat sur la privatisation d'Aéroports de Paris. Une résolution très œcuménique puisqu'elle avait été signée par des élus PCF, PS, LFI, LR... mais aussi LREM, comme Cédric Villani.

Elle rejetait comme "dangereuse et irrationnelle l'ouverture à la concurrence de ce secteur stratégique sur le plan économique, social et environnemental, qui s'adosse à un patrimoine financé de longue date par les Français et conservé en excellent état". Les opérateurs historiques "sont les seuls à offrir aujourd'hui des garanties suffisantes en matière de gestion des risques sécuritaires, de soutien à l'économie et à l'emploi et de prise en compte effective de la diversité des usages de la ressource en eau".

Le ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy, s'est toutefois prononcé contre le statu quo. "Le fait que, pendant des années, on n'a rien renouvelé, rien investi, a été très néfaste au fonctionnement de nos barrages", a-t-il répondu début avril lors d'un débat à l'Assemblée. "Nous pourrions aller jusqu'à 15% d'électricité d'origine hydraulique s'il y avait une meilleure gestion des barrages. Cela suppose des investissements. Le principe de la concession, c'est que celui qui l'obtient investit", a-t-il fait valoir.

Des redevances aux collectivités locales

Quant à l'appel à la concurrence pour le renouvellement des concessions, "nous ferons les choses de façon ordonnée et en respectant le droit français et le droit européen", ajoute-t-il. EDF, qui attend d'en savoir plus pour concrétiser d'importants investissements, demande pour sa part à être traité de manière "équitable", en étant notamment autorisé à candidater au renouvellement de toutes ses concessions.

Les entreprises intéressées par l'ouverture (le Français Total, le Suédois Vattenfall, le Finlandais Fortum...) veulent de leur côté faire valoir leurs arguments. "On est purement dans l'émotionnel", dans les prises de positions contre l'ouverture, regrette Benjamin Thibault, le directeur de Fortum en France. Il souligne les investissements importants à effectuer sur les barrages mais aussi le système de redevances qui serait mis en place - différent de ce qui se fait pour les autoroutes. "L'État et les collectivités locales récupéreront une part très importante du revenu et donc ils seront associés à la performance", avance-t-il.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies renouvelables

Le développement des énergies renouvelables est chaotique un peu partout dans le monde mais les habitudes de production énergétique changent et la promotion des technologies vertes se développent. Photovoltaïque (énergie solaire), éolien, agrocarburants ou encore biodéchets, les possibilités sont nombreuses.

Windmills gdb56acbce 1280

Comment le gouvernement entend rendre les éoliennes acceptables

En matière d'énergie renouvelable, la France est en retard par rapport à ses objectifs. En cause : les nombreux recours qui allongent la mise en place des projets éoliens. Début octobre, le gouvernement a annoncé dix mesures pour encourager leur acceptabilité. Il compte notamment s'appuyer sur la...

IStock @ALFSnaiper Mercedes-Benz  Stadium (Atlanta)

L'alliance européenne des batteries électriques se fera avec Mercedes... mais sans Renault

Mercedes-Benz a annoncé fin septembre rejoindre la coalition menée par la société Automotive Cells Company (ACC) pour faire émerger un "Airbus des batteries" électriques afin de garantir une indépendance de l'Europe et concurrencer les fabricants asiatiques. Renault a choisi de ne pas rejoindre...

Olien RawFilm on Unsplash

Seulement 2 % des dépenses des plans de relance sont dédiées aux énergies propres, selon l’Agence internationale de l'énergie

La mobilisation des États contre la pandémie de Covid-19 est sans précédent. Mais les milliards déboursés n'ont pas servi la transition énergétique. Un nouveau rapport de l'Agence internationale de l'énergie établie que seulement 2 % des dépenses des plans de relances mondiaux ont financé les...

bateau Chalki autonomie énergie @Films42 Pixabay

[Bonne nouvelle] Énergies renouvelables : l’île grecque de Chalki s’associe à Citroën et Vinci pour devenir autonome

L'île grecque de Chalki entend être autonome en énergie. Pour y parvenir, un accord a été signé avec des entreprises françaises comme Citroën et Vinci Énergie pour développer sur le territoire les renouvelables et les infrastructures à faible consommation, tout en déployant des outils innovants...