Publié le 13 mars 2014

ÉNERGIE

L'Allemagne fait des énergies renouvelables la clé de son aide au développement de l'Afrique

Berlin revoit actuellement sa stratégie d'aide au développement sur le continent africain. Au cœur de celle-ci : le développement des énergies renouvelables. Pour les pays africains concernés, les avantages sont nombreux : transfert de technologie, formation sur place, indépendance énergétique, etc. Pour les PME allemandes du secteur, c'est un nouveau marché prometteur. Un modèle gagnant-gagnant ?

142324_GF.jpg
Panneaux solaires au Burkina Faso
© Nathalie Bertrams (worldfuturecouncil)

Energie pour tous

Le recentrage par Berlin de sa stratégie d'aide au développement en Afrique autour des énergies renouvelables s'inscrit dans un débat mondial. Selon les Nations Unies, c'est le manque d'accès des populations à l'électricité qui est le frein majeur au développement. C'est pourquoi l'organisation a lancé l'initiative «Sustainable Energy for All» (SE4All) dont l'objectif est de permettre l'accès à une énergie durable à 1,3 milliard de personnes à l'horizon 2030.

« Lorsque nous nous déplaçons sur le continent africain, deux requêtes précises nous sont adressées: aidez-nous à produire de l'électricité et exportez votre savoir-faire en matière d'énergies renouvelables », rapporte Stefan Liebing, président de l'Association des entreprises germano-africaines en marge de la conférence « Managing Risk in Africa » tenue au siège de la Commerzbank à Francfort. L'association comprend environ 600 membres dont la moitié est issu du monde des PME (le « Mittelstand ») et du secteur des énergies renouvelables. Pour Stefan Liebing, il n'y a donc pas de doute : il est nécessaire de lier activités industrielles et aide au développement.

Les acteurs du secteur énergétique coopèrent depuis plusieurs années déjà, qu'ils soient issus du domaine public, privé ou coopératif, souligne un porte-parole du ministère de l'Aide au développement (BMZ). « Entre 2004 et 2011, environ 6 milliards d'euros ont été consacrés à des projets énergétiques et ils y étaient tous impliqués », relève-il. « De fait, l'énergie est devenu un élément central de l'aide au développement allemand et son importance devrait rapidement croître de manière significative ».

La volonté de pousser un « made in Germany » responsable

Seul problème, mais de taille: « les PME n'ont pas les mêmes capacités que les entreprises du Dax (le CAC 40 allemand, ndlr) à investir en Afrique », note Stefan Liebing. Aussi son organisation en appelle-t-elle à un soutien plus soutenu de Berlin, via par exemple l'attribution de garanties par l'agence allemande d'assurance-crédit Hermes. Plus généralement, c'est une meilleure efficacité de l'aide au développement qui est visé : « il serait judicieux à nos yeux de voir une collaboration bien plus étroite entre ministère de l'Aide au développement et ministère de l'Economie et de l'Energie », estime ainsi Stefan Liebing.

Dans un contexte de concurrence accrue avec la Chine, très active sur le continent africain, le président de l'association des entreprises germano-africaines rappelle aussi l'importance du «made in Germany » en matière de RSE. « Il se distingue non seulement par sa grande qualité technologique, mais aussi par ses standards sociaux et environnementaux. Nous aimerions que les gouvernements africains intègrent ces critères lors de leurs appels d'offre ». Un nouveau chantier en perspective.

Claire Stam, à Francfort
© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies renouvelables

Le développement des énergies renouvelables est chaotique un peu partout dans le monde mais les habitudes de production énergétique changent et la promotion des technologies vertes se développent. Photovoltaïque (énergie solaire), éolien, agrocarburants ou encore biodéchets, les possibilités sont nombreuses.

IStock 948327168

Énergie solaire : de nouvelles mesures pour le photovoltaïque, mais les projets citoyens menacés

Le gouvernement a simplifié l'installation de panneaux photovoltaïques sur bâtiments pour les projets allant jusqu'à 500 kilowatts (environ 5 000 m2 de surface). Une mesure très attendue par la filière, qui doit également permettre de limiter l'artificialisation des sols. Mais dans le même temps, il...

IStock 927960860

Éolien : le casse-tête du recyclage des pales

Alors que les premiers parcs français arrivent en fin de vie, des centaines d'éoliennes vont devoir être prises en charge ces prochaines années. Or aujourd'hui, les pales ne sont quasiment jamais recyclées en raison de leur composition. Mais une innovation pourrait changer la donne. Siemens-Gamesa a...

Windmills gdb56acbce 1280

Comment le gouvernement entend rendre les éoliennes acceptables

En matière d'énergie renouvelable, la France est en retard par rapport à ses objectifs. En cause : les nombreux recours qui allongent la mise en place des projets éoliens. Début octobre, le gouvernement a annoncé dix mesures pour encourager leur acceptabilité. Il compte notamment s'appuyer sur la...

IStock @ALFSnaiper Mercedes-Benz  Stadium (Atlanta)

L'alliance européenne des batteries électriques se fera avec Mercedes... mais sans Renault

Mercedes-Benz a annoncé fin septembre rejoindre la coalition menée par la société Automotive Cells Company (ACC) pour faire émerger un "Airbus des batteries" électriques afin de garantir une indépendance de l'Europe et concurrencer les fabricants asiatiques. Renault a choisi de ne pas rejoindre...